Accueil > Santé >

Arnaque du faux médicament « Rahmat Rebbi » : Le ministre se lave les mains

mardi 6 décembre 2016, écrit par : Boutebna N.

Devant l’échec avéré du supposé traitement anti-diabète « Rahmat Rebbi » , et suite à l’annonce de l’hospitalisation de patients ayant consommé ce produit, le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf se retrouve dans une situation bien agaçante.

En effet, le ministre qui avait contribué à médiatiser ce supposé médicament a choisi de se laver les mains de tout rapport avec ce produit et de prendre la fuite en avant, en déclarant que son ministère n’avait aucune responsabilité concernant la commercialisation de « Rahmat Rebbi ».

Abdelmalek Boudiaf a en effet nié que son département ait une quelconque responsabilité dans l’affaire de « Rahmat Rebbi » , en précisant que la commercialisation de ce produit relevait des prérogatives du ministère du commerce, puisqu’il s’agit d’un complément alimentaire et non d’un médicament.

De son côté, le directeur de l’organisation et de la régulation au sein du ministère du commerce, Abdelaziz Aït Abderrahmane, a déclaré que le département de Bakhti Belaïd ne pouvait intervenir et arrêter la commercialisation de Rahmat Rebbi qu’en cas de réserves émises sur ce produit par le ministère de la santé. Nous ne sommes pas habilités à contrôler les produits pharmaceutiques et semi-pharmaceutiques car ils sont sous le contrôle des instances du ministère de la santé a-t-il précisé.

Le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf, qui a grandement contribué à médiatiser Rahmat Rebbi , choisit donc la fuite en avant et se lave les mains de cette affaire, devant le scandale qui se dessine à l’horizon et qui risquerait de lui coûter son portefeuille de ministre.

Source : kabylie-news.com


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus