Accueil > Santé >

Rupture des laits de régime depuis plusieurs mois

mardi 4 février 2020, écrit par : F. Senoussaoui

L’allergie aux protéines de lait de vache, appelée APLV, est une pathologie plus ou moins fréquente en pédiatrie qui touche le nourrisson de bas âge dès l’introduction du lait de vache maternisé appelé communément lait en boîte de 1er et 2ème âge.

En effet, l’APLV est la première allergie alimentaire à apparaître chez l’enfant et débute, le plus souvent, chez le nourrisson dans les premiers mois de vie. Le traitement fait appel à l’éviction des protéines de lait de vache et donc au lait de vache en le substituant par des laits de régime sans protéines de lait de vache.

Cependant cela fait plusieurs mois que les laits de régime, à savoir le Pepti junior, Celia EHF et Allernova sont au grand dam des parents et des enfants malades, non disponibles.

« Cela fait plusieurs mois que nous avons constaté une rupture des laits de régime destinés aux nourrissons, que nous prescrivons généralement pour soigner les allergies aux protéines de lait de vache. Nous déplorons l’absence de ces laits dans les pharmacies, car cela complique davantage notre mission dans les soins des enfants souffrant de cette pathologie plus ou moins fréquente ». Nous dira Dr Ahmed Hamza Benahcène, président du club des pédiatres libéraux de Sétif.
Et de préciser : « Cette non disponibilité des laits adaptés pousse les parents à donner à leurs nourrissons malades soit un lait de soja qui est végétal et non approprié aux très jeunes, voire aux nourrissons de moins de 6 mois soit le lait de chèvre qui reste non adapté aux besoins du nourrisson vu le risque d’une allergie croisée dont le taux est estimé entre 40 et 60% ».

Par ailleurs, nous avons appris que la prévalence des APLV dans le monde varie entre 1.9 % à 4.9 contre selon des études globales, voire des thèses réalisées par des spécialités à travers les quatre coins du pays, varie entre 1 et 2% en Algérie. Il est à noter que cette pathologie se manifeste chez le nourrisson par des diarrhées, rectorragies (sang dans les selles), des vomissements, des troubles respiratoires comme la toux, dyspnée voire un choc anaphylactique ce qui constitue une urgence et qui peut conduire même au décès.

Il est à noter que selon les spécialistes, le meilleure moyen reste la prévention par le recours à la promotion de l’allaitement maternel qui selon les recommandations de l’organisation mondiale de la santé doit être exclusif durant les six premiers mois.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus