Accueil > Culture >

L’histoire musicale de Sid El Kheir

mercredi 26 avril 2006, écrit par : Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

Le musicien Nabil Moceli et Tahar Chenane viennent avec la collaboration du comité des fêtes de la commune de Sétif de publier un ouvrage de grande valeur sur l’histoire de la première troupe musicale dans la ville de Sid El Kheir, intitulé « Le parcours de la troupe El Saada » qui a vu le jour en 1938.

Dans son introduction, les deux auteurs estiment que l’antique Sitifis qui signifie sable noir de par son histoire millénaire recèle un important héritage culturel et artistique dont son exploitation et sa valorisation au niveau de cette ville sous le règne de l’administration française étaient confrontés à l’indisponibilité d’un cadre de rencontre et pour la promotion de ce riche patrimoine musical qui a son cachet particulier, à savoir le Seroui.

Les deux auteurs affirment par ailleurs que la création de la troupe El Saada n’était pas épargnée par le climat sociopolitique qui prévalait au début des années 30, notamment l’apparition des premiers acteurs du nationalisme algériens toutes tendances confondues avec feu Ferhat Abbas qui s’est établi à Sétif où il a ouvert en compagnie de Ben Maiza une officine de pharmacie qui était en vérité un cercle politique.

Les coauteurs ajoutent que le projet de Hassen Belkhird relatif à la création de cette troupe remonte au début des années 30 mais il a été concrétisé réellement en 1938 après une série de rencontres qui se sont soldées par sa création au niveau de Hemam Zemamera en présence du président de l’association des Oulémas musulmans algériens Abdelhamid Ben Badis et Bachir Ibrahimi, qui étaient deux présidents d’honneur, et feu Ferhat Abbas et Hassen Belkhird comme fondateurs et Mekhloufi El Hadj en tant que trésorier de ladite association qui a vu le jour au théâtre communal de Sétif qui, faut-il le rappeler, était avec son fameux lycée ex-Albertini, actuel Keraouani, un bastion du nationalisme algérien.

Cet ouvrage se veut un important éclairage sur une partie de l’histoire culturelle et artistique de la ville de Aïn Fouara dont la mémoire se souvient toujours des Salah Moceli, Meftah Seklafi, Ben Chaib Mohamed, Bouzid Achour, Abderrahmane Ben Saoud, Ben Zine Abdelkader, Lakhdar Belkadi qui constituent les vrais précurseurs de la musique de la ville truffée de symboles et de repères.

Bouhali M. C.


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus