Accueil > Culture >

L’association Nassim El-Hidhab de Sétif

La musique algérienne comme credo
mardi 2 mai 2006, écrit par : Boutebna N.

Le monde de la culture vient de s’enrichir, à Sétif, d’une nouvelle association, dénommée Nassim El-Hidhab, qui consacre l’essentiel de son activité à la musique algérienne. Pour fêter sa naissance, Nassim El-Hidhab, que préside M. Mohamed Dib, a concocté un programme d’animation riche et variée, entamé lors d’un après-midi artistique à la salle polyvalente de la maison de la Culture de Sétif.

Devant une assistance nombreuse, formée en particulier de familles, une première formation, constituée d’un jeune orchestre andalou, dirigé par le violoniste Youcef Zahouani, a donné le ton en interprétant, entre autres, l’un des classiques algériens, en l’occurrence Ya qalbi khelli l’hal.

Les jeunes pousses de la nouba ont ensuite cédé, sous des applaudissements nourris, la scène au guitariste Ali Bella, qui excelle dans le genre jazz jumelé à la musique arabe, puis au sextuor en guitare sèche qui a épaté l’assistance par un enchaînement de morceaux très agréables à écouter, dont Jeux interdits.

L’autre moment de plaisir vécu par l’assistance fut celui du passage de la formation andalouse dirigée par Hassene Touati, qui a interprété, de son répertoire, les trois mouvements de la nouba : mezmoum, dardj insraf et ikhlass. Le public a également eu droit aux prouesses techniques du jeune Mohamed Alia, qui a interprété avec talent le célèbre morceau Astria, d’Issac Albini, avant qu’« El-Anka de Sétif », Mustapha Boutchiche, ne clôture en apothéose cet après-midi musical par une musique raffinée, puisée dans la chanson chaâbie.

Ce dernier a, lui aussi, soulevé un tonnerre d’applaudissements dans la salle, surtout avec Harat zemmour, un texte puisé dans le patrimoine de la chanson sétifienne et interprété dans un pur style chaâbi. De ce spectacle, on peut conclure que les premiers pas de l’association Nassim El-Hidhab ont tout d’un début de maître.

Les ambitions de l’association, loin d’être démesurées, visent en particulier la création « d’un cadre approprié » pour tous les talents (enfants et adultes) dans le domaine de la musique et dont les potentialités au niveau de la wilaya de Sétif sont énormes.

Selon les fondateurs de cette association, il est aussi prévu de contribuer au renouveau culturel de la cité d’Aïn El-Fouara et de faire découvrir les talents d’artistes méconnus qui ne demandent qu’à être soutenus. En un mot, promouvoir la culture musicale à Sétif.

M. H. G.
Le Jeune Independant


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus