Accueil > Culture >

Sétif veut donner l’impression d’être prête pour Alger, capitale de la culture arabe 2007

jeudi 21 décembre 2006, écrit par : Abdelhalim Benyelles, La Tribune, mis en ligne par : Boutebna N.

A l’approche du lancement de l’événement culturel « Alger, capitale culturelle arabe 2007 », la préparation de Sétif ne semble guère imprégnée par l’importance de la manifestation même si le directeur de la culture de wilaya se dit prêt à assurer une participation positive. « Nous avons établi un projet de programme de la semaine culturelle de Sétif à Alger en attendant le signal du ministère », a-t-il déclaré au lendemain de la réunion des directeurs de la culture avec la ministre de tutelle. Ainsi, le programme sétifien proposé comporte une participation théâtrale et musicale, des expositions des richesses traditionnelles de la région, des arts populaires et ethnographiques. Car, si l’on tient compte de sa position géographique de capitale des Hauts Plateaux, Sétif englobe aussi la région de la Kabylie et celle des Aurès dont la richesse du patrimoine traditionnel et culturel n’est plus à décrire.

Mais qu’en est-il de la participation des associations et autres coopératives théâtrales à ce programme ? C’est en fait cette question qui alimente les débats sur le programme que doit présenter Sétif. Pour l’heure, associations culturelles, coopératives théâtrales et autres organisations ignorent le contenu du programme et leur éventuelle participation. Mais le directeur de la culture affirme que les orientations ministérielles ne précisent guère le contenu des programmes et, dès lors, aucune association n’a jusque-là été saisie de l’ordre du jour. Son projet de programme demeure ainsi dépendant des détails inhérents à la date de participation et à son contenu. L’enveloppe, si enveloppe il y a, allouée à l’opération n’a, quant à elle, pas encore été spécifiée. S’agit-il de retards enregistrés au niveau de la tutelle ? Point de réponse à ce sujet.

Et comme pour rajouter à ce flou persistant, le personnel de la direction de la culture note des perturbations notables au niveau de l’administration depuis l’annonce du départ du premier responsable de la culture de Sétif. Le sujet, qui alimente depuis quelques jours les discussions dans les couloirs de l’institution, est aussi une raison qui explique le retrait de Sétif par rapport à l’événement culturel régional.

Ainsi, les associations culturelles et les coopératives théâtrales se retrouvent dans l’expectative. Le choix des participants n’a pas encore été fait. Le facteur financier à même d’enclencher la dynamique de participation est derrière la platitude du champ culturel, ces derniers jours à Sétif. Car, eu égard à l’ampleur de l’événement, les retards seraient enregistrés au niveau du ministère de la Culture, selon quelques responsables d’association qui déplorent à ce sujet leur « marginalisation » par rapport aux préparatifs. « Ne sommes-nous pas les premiers concernés par la réussite de la manifestation culturelle arabe ? » demandent certains d’entre eux notant que le retard pourrait influer négativement sur la qualité des productions culturelles et représentations artistiques qui, pourtant, doivent être de bonne facture, exigence que la ministre, faut-il le rappeler, a soulignée lors de sa réunion avec les directeurs de la culture de wilaya. Pour l’heure, c’est la platitude qui prévaut à Sétif, et ce, même si le directeur de la culture réaffirme que tout est fin prêt, mais tout en attendant le signal d’Alger.

Jeudi 21 Décembre 2006

Par Abdelhalim Benyelles


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus