Accueil > Culture >

Une nouvelle option culturelle est née à Sétif

jeudi 26 avril 2007, écrit par : Abdelhalim Benyelles, La Tribune, mis en ligne par : Boutebna N.

L’ère des subventions financières de la tutelle et de la disette culturelle est en passe de céder le pas à une nouvelle approche de la gestion de la culture, celle de lancer les jalons d’un marché de l’art dans la région basé sur l’effort artistique et culturel et la qualité du produit. L’initiative a été lancée à la fin de l’année 2005 avec le programme « Noir sur blanc » qui consiste en une action de partenariat entre trois associations culturelles, les Compagnons de Nedjma de Sétif, Chrysalide d’Alger et Gertrude II de Lyon.

Ce programme est diversifié et englobe les différentes expressions culturelles et formes d’art (théâtre, danse, littérature, cinéma, arts plastiques...). Le programme ne se limite pas aux représentations artistiques, il inclut aussi des ateliers pédagogiques où des experts des deux rives de la Méditerranée orientent leur action vers le public afin de l’imprégner du fait culturel. A titre d’exemple, le slam, une danse expressive américaine encore méconnue en Algérie, a profité d’un
créneau particulier qui a permis à des étudiants, lycéens et enseignants de bénéficier des orientations pédagogiques prodiguées par les spécialistes de l’association lyonnaise. L’atelier de théâtre n’est pas en reste puisqu’il a suscité l’intérêt des membres des troupes de Sétif et a imprégné les participants du savoir-faire professionnel du 4ème art dans sa forme théorique. A son acte III, le programme « Noir sur blanc » délègue l’organisation à la ville de Lyon au mois de mai prochain avant sa clôture. Mais on devrait retenir qu’il s’agit d’une initiative d’associations culturelles et compagnies théâtrales indépendantes orientées vers une approche moderne de la conception du projet artistique en Algérie basée sur le partenariat et la libre entreprise. C’est l’artiste lui-même qui se charge du montage du spectacle dans tous ses aspects, tout en ayant, évidemment, recours au concours financier d’opérateurs économiques de la région. Une formule qui cède, certes, le pas à une vision dépassée de la gestion de la culture basée sur la centralisation de la décision autour de la tutelle mais qui devrait œuvrer dans le sens de l’implication du monde de la production économique dans le projet culturel.
En fait, cette orientation concrète de la propagation du fait culturel par les professionnels suscite même l’adhésion de l’administration qui se retrouve déchargée de fait de la contrainte de l’organisation du spectacle et de son financement. Son apport pour la réussite de l’initiative pour laquelle des salles ont été gracieusement accordées mérite d’être signalé. Pour le cas de Sétif, c’est la maison de la Culture, le théâtre municipal et la salle d’exposition du parc d’attractions qui favorisent l’engagement des initiatives en faveur du libre concours pour la promotion de la culture. Une option qui figure sans nul doute sur le carnet de bord du ministère de la Culture dans le domaine de la vulgarisation de l’expression culturelle et artistique.A Sétif, le dernier exemple en date est donné par le Salon des arts plastiques, une manifestation unique dans la région qui a regroupé les professionnels de la sculpture et de la peinture du territoire national.
Le rassemblement, en raison de son ampleur, a certes satisfait les organisateurs mais aussi les artistes exposants, selon leurs témoignages.

Du côté du public, le contact avec les exposants a permis d’instaurer des rapports pédagogiques enrichissants qui plaident en faveur de la continuité de l’initiative, celle de l’action culturelle de proximité.

Par Abdelhalim Benyelles
La Tribune


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°2224 :
BONJOUR SAVEZ VOUS QUE DES MILLIERS D’EMPLOIS PEUVENT ETRES CREES DANS LE DOMAINE CULTUREL ? IL SUFFIT DE FORTIFIER L’EDUCATION ET L’ECOLE .
maleek :
first of all i would like to thanks the people who are encouraging the comunity to be more interesting to the arts in general,because it would have been dead if there was not some artists who are behind that and one of them is the writer of this text which by this occation i would like to tell him that your job as a reporter of any newspaper is very important for this art and the artist aswell to be known. also to show to the government to give more importance to the artists who are doing very well but do not get anything,i was really very sad when i read the text about the painter boudina redha who is working in (la maison de la culture)but he diden’t get any money from them it is really sad to hear bad news like that,but anyway i hope it will get better in the (...)
quelqu’un qui croit a l’art mais pas en Algerie :
La culture en Algerie ne connaitra JAMAIS de future tant qu’ils ya une tutelle pas digne.posez vous la question : ou sont les artistes algeriens ? pourquoi la culture Algerienne et OCCASIONNELLE ? oui la culture rennait durant chaque evenement 1er novembre,8 mai,visite de ministre...etc. je connais tres bien l’artiste peintre R.Boudina, il a tout essayer le pauvre,peinture, chant...mais en vain et bien pour la seule raison que celui qui doit l’encourager a un niveau inferieur a celui de redha,alors ont le brise...ne vous cassez pas la tete,l’artiste doit changer de don, et je propose qu’il devient joueur de FOOT, car il ya plein a gagner...
un artiste :
Cessez de marginalisé les autres artiste et d usé de vos sois disant correspondant pour nié les autres artiste ce ne sont pas les compagnons de nedjma ; il y a un groupe de vingt artiste de setif alors monsieur avant de mettre des informations ; sache que la correction est de rigueur avec vous même d abord. Car parlé de culture je ne pense pas que c est de votre ressort monsieur benyelles
riadh :
la culture occasionnelle nous a tout apris sauf l’art et la manière de conduire les artistes à bon port.la plupart sont éparpillés dans leur recherche du meilleur moyen d’évoluer dans ce qu’ils aiment faire. Mais hélas, l’artiste sétifien est et sera toujours un mort né, car la BABY SITER est une IDIOTE. où somme nous du temps où sétif rayonnait par ses artistes, CEUX QUI TRAVAILLAIENT SANS COMPTER SUR L’ASSISTANCE ? VOUS ME MANQUEZ TOUS.
Commentaire n°10367 :
Salam. On arrive enfin à bouger sans faire l’aumone à l’état. Ces mouvements sont les prémisses d’une nouvelle approche pour le déploiement des gens de la culture car à mon avis il est plus facile de bouger dans notre pays par les associations que d’essayer de faire bouger un état complétement engloutis dans les vases de la bureaucratie. BRAVO POUR CES ASSOCIATIONS.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus