Accueil > Culture >

Massacres du 8 mai 1945 : Bouchareb maintient son idée de film

mercredi 9 mai 2007, écrit par : El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

Il l’avait annoncé lors de sa dernière venue à Alger, en automne dernier, pour l’avant-première nationale de son film, Indigènes. Son prochain long métrage serait consacré aux événements du 8 mai 1945, une suite logique à Indigènes. Rachid Bouchareb vient de confirmer son intention à travers un entretien accordé à l’APS.

Ainsi, il entamera les repérages des lieux de son film en juillet prochain à Sétif. Selon ses prévisions, son œuvre nécessitera dix mois de préparation et cinq mois de tournage. Consacré aux massacres perpétrés par l’armée coloniale à Sétif, Kherrata et Guelma, le 8 mai 1945, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le film abordera également la mobilisation des Algériens dans l’armée française lors de la guerre d’Indochine et le déclenchement de la guerre de Libération nationale.

Selon les déclarations du réalisateur, ce film devrait coûter 20 millions d’euros et de gros moyens techniques. Deux chaînes de télévision française et un producteur anglais sont d’ores et déjà impliqués dans le financement, mais Bouchareb ne donnera aucun nom. Il souhaite simplement une participation algérienne, qui « serait la bienvenue ». La distribution devrait être quasiment la même que celle d’Indigènes, c’est du moins ce qu’a indiqué Rachid Bouchareb à l’APS et a refusé de se prononcer quant à la rumeur qui avance le nom de Zineddine Zidane dans le casting. Si Indigènes a remporté plusieurs distinctions - notamment le prix de la meilleure interprétation masculine au Festival de Cannes 2006 - ainsi que la révision du régime des anciens combattants maghrébins et des ex-colonisés et l’alignement de leurs pensions sur celles de leurs confrères de la métropole, le réalisateur espère que sa suite éveillerait les mêmes passions et susciterait les mêmes débats. Il souhaite plus précisément une réécriture des livres scolaires d’histoire, mais ne cible pas plus sa pensée, quoique la chose serait souhaitable des deux côtés de la Méditerranée. Pour Rachid Bouchareb, un tel travail de mémoire « permet de raconter et de faire (re)découvrir un pan d’une histoire douloureuse aux peuples algérien et français, ainsi qu’au reste du monde ». Enfin, pour l’écriture du scénario, qui semble bouclé ou en voie de l’être, le réalisateur a précisé qu’il s’est basé sur des ouvrages et des études historiques de cette période, ainsi que sur des récits et des témoignages d’acteurs directement impliqués dans les événements du 8 mai 1945. Cependant, aucune date de sortie n’a été avancée, mais une chose est sûre : ce ne sera pas avant l’automne 2008.

Zineb Merzouk
El Watan


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°2426 :
A VOUS MONSIEUR RACHID BOUCHAREB INFINIMENT MERCI POUR CE FILM QUE TOUT LE MONDE ATTEND A SETIF A DANS TOUTE L’ALGERIE . DES IDEES DE FAITS REELLES EXISTENT CHEZ NOS MERES ET GRANDES MERES ,PIPIERS ET PREUVES CONFIRMES , IL SUFIT DE DEMANDER . MERCI ENCORE .

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus