Accueil > Santé >

« Destin » d’orthophonistes

dimanche 10 juin 2007, écrit par : Nabil Lalmi El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

Les orthophonistes exerçant au niveau des structures hospitalières sont en rogne. Leur tutelle a décidé d’envoyer en formation sur les implants cochléaires, deux orthophonistes du service ORL du CHU sans aucune consultation des représentants de la corporation.

Les deux bénéficiaires sont, comme la plupart de leurs consœurs, sous contrat préemploi et vacataires. Il faut signaler que la wilaya de Sétif n’emploie que trois orthophonistes titulaires, le reste est employé de façon incertaine et pour une durée indéterminée ou encore dans les associations s’occupant de personnes handicapées. Le travail de l’orthophoniste consiste à s’occuper de la rééducation orthophonique de déficiences de l’audition et de la parole. A part celles exerçant à la maternité de Sétif (pédiatrie et CCI), les rééducatrices n’ont ni locaux ni matériel au niveau des infrastructures. Si les deux orthophonistes du service de pédiatrie s’occupent parfois de plus de 150 patients par mois, dont 1 de Douéra, un autre de M’sila et un troisième de Barika, à raison de 30 mn/séance, elles assurent aussi la consultation externe au niveau du CHU Saâdna Abdenour pour les adultes, surtout celle du service de chirurgie infantile qui traite jusqu’à 50 malades par mois. Alors que le ministère se prépare à lancer le programme d’implant cochléaire à Sétif après de longues tergiversations, la direction de la santé a décidé d’envoyer deux rééducatrices (contrat préemploi et vacataire), sans aucune expérience et sans la moindre certitude sur leur avenir professionnel, en stage. Leur statut de contractuelles ne les autorise pas à bénéficier d’une formation ni même d’un poste de travail permanent. Ces orthophonistes, élément primordial dans la réussite de l’implant cochléaire, sont le moins qu’on puisse dire dans l’attente de jours meilleurs.

Nabil Lalmi El Watan


Partager cet article :
2 commentaire(s) publié(s)
Docteur A.Cheriet :
Si Nabil,vous devriez vous informer un peu plus auprès des associations que vous avez pris l’habitude d’évoquer à peine sans trop savoir ce qui s’y fait réellement.Nous employons des orthophonistes à temps plein depuis 1995 et quelques uns à temps partiel depuis 2 ans faute de moyens.Ils sont au moins 7 et disposent de batteries de tests et de matériels necessaires.La meilleure preuve est que 2 de ces orthophonistes qui se sont présentés,ont été reçus(2/2) haut la main au concours de magistère de même qu’une psychologue(1/1).L’un d’eux a été classé 2 ème à l’echelle nationale et a agréablement etonné ses examinateurs lorsqu’ils ont appris qu’il avait acquis son expérience au sein de notre association les oiseaux du paradis. Ils avaient déjà entendu parler de cette association. Comme vous avez promis de revenir,sachez que nous vous attendons toujours depuis votre dernière visite. cordialement (...)
HTM :
Salam. Il y a des gens qui profitent de la misère des gens en fondant des asociations lesquelles leur permettront d’ouvrir les portes de la wilaya, daïra et autres afin de régler leurs petites affaires (spéculations foncières, projets...). La vermine est partout. Méfiez-vous mes frères.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus