Accueil > Santé >

Enfants diabétiques : Ouverture d’un centre d’éducation thérapeutique

dimanche 16 novembre 2008, écrit par : Nabil Lalmi, El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

a salle des expositions du parc d’attractions a accueilli, jeudi après-midi, les enfants diabétiques de la région de Sétif.

Dans le cadre de la journée mondiale du diabète, célébrée le 14 novembre, la DSP de Sétif, en collaboration avec le personnel du service de médecine interne du CHU et les associations d’aide aux diabétiques de la wilaya, ont organisé des séances d’éducation thérapeutique à l’intention des enfants atteints de diabète. Sous le slogan Plein feu sur le diabète, la rencontre a été l’occasion, pour ces enfants, de se retrouver, de faire la fête et d’apprendre à gérer leur maladie. C’était aussi une occasion pour l’association d’aide aux diabétiques de recruter les animateurs de la santé parmi les jeunes étudiants en médecine. Une collation sera également servie, consistant notamment en gâteaux à base d’édulcorant, sucre à consommation lente.

A titre indicatif, ces sucres représentent moins de 2 % des importations de sucre. Alors que le sucre ordinaire, importé à plus de 150 000 t, est exonéré de taxe douanière, l’édulcorant, lui, est assujeti à 52,1 % de taxe (cumulée). Signalons qu’un centre d’éducation thérapeuthique ouvrira bientôt ses portes (les lundis et jeudis) au niveau de la crèche du Croissant rouge ; il accueillera parents et enfants qui bénéficieront de cours et d’explications sur le diabète. Il est plus que nécessaire de mettre en exergue la fidélité et l’abnégation des membres de l’association d’aide aux diabétiques, qui se donnent à fond à cette tâche qu’est la sensibilisation des enfants sur cette maladie « chronique, invalidante et coûteuse.

Bravo à tous, Hamoudi l’animateur, l’autre Hamoudi, président de l’ADS, Pr. Malek, Dr Rezig et à tous les médecins du service de diabétologie de Sétif !


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
COUGAR73 :
Sabâh alkheir, Oui, c’est une très bonne chose que de casser l’isolement que les familles ont dans pareils situations mais aussi pour les jeunes eux-même de se rendre compte que finalement, ils ne sont pas seuls dans ce cas et découvrir comment l’autre évolue avec la maladie car il est souvent ressenti un sentiment de culpabilité chez le + jeune, pourquoi il n’est pas comme son frère, sa soeur, les autres jeunes en parfaite et bonne santé,qu’il se voit contraint à des contraintes qu’il lui est parfois difficile à supporter surtout pendant la période de l’adolescence dans les pays développés...Alors comment est vécu cette maladie chez l’adolescent en algérie, ce serait une bonne chose d’en avoir un petit écho...L’accepte t’-il + facilement car il est vrai et difficile de pouvoir comparer en fonction d’un environnement différent(les moyens familiaux,la couverture des maladies chroniques en (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus