Accueil > Santé >

Prise en charge des diabétiques : Les spécialistes se concertent

dimanche 18 janvier 2009, écrit par : Nabil Lalmi, El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

’uniformisation des méthodes de diagnostic et de traitement demeure la principale préoccupation des médecins. En attendant la mise en place d’un guide national de cette pathologie, beaucoup reste à faire en matière de prévention.

Une réunion de différents spécialistes du diabète s’est tenue à Sétif, ce week-end, à l’initiative du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, en collaboration avec l’organisation mondiale de la santé (OMS) et celle du comité national du diabète, présidé par le Pr. M.Belhadj. Ce dernier déclare à ce propos : « Il est nécessaire de faire d’abord un état des lieux du diabète et ensuite arriver à mettre sur pied un consensus national pour une meilleure prise en charge de cette pathologie qui nécessite une certaine éducation ».

Médecins généralistes, spécialistes en médecine interne, diabétologie, endocrinologie, ophtalmologie, chirurgie, pédiatrie et autres, psychologues, pharmaciens, associations de diabétiques, de l’est du pays, se sont donc retrouvés au CHU Saâdna Abdenour de Sétif pour essayer d’établir un consensus autour du diabète. Le Pr. Rachid Malek, médecin-chef du service interne du CHU et coordonnateur de la réunion dira dans ce sens : « Nous avons invité tous les partenaires du diabète de la région Est : médecins, spécialistes, internistes, pharmaciens, la CNAS, les formateurs, et les associations. Il s’agit d’uniformiser la prise en charge et le traitement du diabétique, d’abord à un niveau local puis national. La réunion de Sétif est la première des trois régionales, Est, Ouest et Centre, qui permettront d’arriver à un guide national du diabète ». Ce dernier sera une référence pour tous les acteurs en charge du malade atteint de diabète. Sétif, est, faut-il le rappeler, devenue un pôle de référence de la formation autour du diabète, et le cours de formation médicale continue sur le diabète, qui se déroulera entre le 28 mars et le 2 avril 2009, en est, cette année, à sa 6e cuvée. Presque une centaine de spécialistes se sont donc retrouvés durant deux jours de conférences et d’ateliers de concertation autour des méthodes de détection de la maladie métabolique, sa prise en charge et son traitement. Le 2ème jour a été l’occasion de travailler en ateliers traitant de la prise en charge du diabète du type 1 et de la femme enceinte, celle du diabète du type 2 (surtout chez l’enfant) et enfin le circuit de prise en charge, la formation des formateurs, en plus de l’éducation du diabétique.

Ainsi, des équipes pluridisciplinaires ont débattu et échangé idées et expériences pour essayer de trouver un terrain d’entente autour de la pathologie en question. Le docteur D. Nadir, représentante du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dira à ce sujet : « La volonté du ministère est d’améliorer la prise en charge du diabétique, et de ce fait, nous devons être au fait de ce qui est recommandé par les sociétés savantes. Il y a aussi cette réflexion pour l’élaboration d’un guide pratique de prise en charge du diabétique ». Hamoudi, éducateur, nous fera savoir, quant à lui, que « ce consensus est très important pour le diabétique. Selon les chiffres donnés par l’Union mondiale des diabétiques, le diabète sera une véritable épidémie à partir de 2025. Le seul moyen de combattre cette pathologie, en parallèle avec un traitement médical, est l’éducation thérapeutique. Donc, il s’agit d’élaborer une entente pour unifier le traitement du diabète à tous les niveaux et dans toutes les régions ».


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
Toubib :
Bonjour, Je suis médecin spécialiste exerçant dans le privé et je vous assure que je viens d’apprendre cette nouvelle réunion régionale sur le diabéte sur votre site, alors merci beaucoup pour sétif info de nous informer à temps les prochaines fois. C’est vraiment désolant de ne pas y assister, mais, pour me consoler, j’attendrai le compte rendu du consensus.j’éspére qu’il me parviendra .

Réponse de interne :

le nombre des assistants étaient limité car il y avait des invitations c’est pas adressé à tous les medecins, je pense que ça conceranait seulement les hospitlo universitaires

Réponse :

Merci beaucoup monsieur l’interne pour l’information, mais pour un interne, je trouve que vous en savez un peu trop et il est plus judicieux que vous vous occupiez de votre stage
UN AUTRE TOUBIB outré :
LA MEME CHOSE POUR MOI BIEN QUE J ’AI VINGT ANS D ’EXERCICE.RABI YACHFI LE SYSTEME DE SANTE LES ORGANISATEURS ET AVANT TOUT LE MALADE.
public :
Les actions de formation ou autres avantages offerts par l’etat demeurent toujours au profit de ceux qui ont préferé de se sacrifier pour le service public et de l’etat. Celui qui a choisi une autre virée, il n’a qu’à subir les conséquences.

Réponse de UN PRIVE qui a plus de" deux neurones "dans le cerveau :

NON MR PUBLIC, tu te trompes .Je défie quiconque du service public qui fait ses 08 heures au service du malade. LE PRIVE OUI EN TOUTE FIERTE.Si tu n’es pas convaicu ,tu n’as qu’à faire un petit tour aux cabinets des prives.

Réponse de sana :

C’EST PIRE ENCORE ,C’EST UNE AUTRE PREUVE DU DESORDRE D’ORGANISATION.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus