Accueil > Santé >

Formation continue sur le diabète : Des cours pour les journalistes

mercredi 1er avril 2009, écrit par : Kamel Beniaiche, El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

n marge du 6ème cours de formation continue sur le diabète et les maladies métaboliques, se déroulant du 28 mars au 2 avril 2009, à Sétif, où se trouvent 74 médecins généralistes venus de 24 wilayas du pays, Pr. Malek, chef de service de médecine interne du CHU de la capitale des Hauts-Plateaux, a convié, hier, les représentants de la presse nationale à un cours sur le diabète.

C’est une première à l’échelle nationale. Celui-ci est l’initiateur de ce cours ayant déjà permis à plus de 358 généralistes des deux secteurs d’uniformiser et améliorer la prise en charge des diabétiques. Cette pathologie est considérée par les observateurs et les spécialistes comme étant « l’épidémie du 21e siècle ». Le professeur souligne à ce propos : « Nous avons mis à profit cette première rencontre avec les journalistes qui nous accompagnent dans notre mission pour leur parler de cette maladie, véritable problème de santé publique. Avec un vocable approprié, nous avons disserté sur le diagnostic, la classification et le dépistage du diabète ». Notre interlocuteur met également l’accent sur l’éducation thérapeutique du diabétique et la nécessité de doter les patients d’une maison où ils auront droit à une bien meilleure écoute.

Notons que l’initiative du Pr. Malek et de son équipe a été bénéfique pour les gens de la corporation, qui ont profité de l’occasion pour poser d’innombrables questions inhérentes au sujet, comme nous le confie Imad Sellami, notre confrère du Soir d’Algérie : « Cette louable initiative permet au journaliste d’acquérir d’autres informations concernant cette maladie silencieuse et d’avoir une idée sur le Changing diabètes, opération lancée par Novo nordisk, leader mondial dans le traitement du diabète qui met plus de moyens pour la recherche de nouveaux traitements à la prévention. » Et Zohir Charef, d’El khabar, d’ajouter : « Je vous avoue que j’ai été fortement impressionné par le travail titanesque réalisé aussi bien par l’équipe médicale du Pr. Malek que par les volontaires et membres de l’association des diabétiques de Sétif, initiateurs, pour la quatrième année consécutive, du centre d’éducation thérapeutique pour enfants, tenu à Sétif du 20 au 25 mars 2009. »


Partager cet article :
14 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°26208 :
Ne confondons pas cher monsieur,la maladie silencieuse se rapporte à l’ hyper-tension artérielle.

Réponse de lahcene el berchi :

puisqu’on y est ,pourquoi pas des cours de journalisme aux médecins ? des cours de foot aux policiers et des cours de maintien de l’ordre aux joueurs. des cours de comédie aux politiciens et des cours de politique aux comédiens ........etc.

Réponse de malek :

l’article reporté est tout à fait juste, le diabète de type 2 est une maladie silencieuse et peut passer inapercu pendant une delai pouvant aller jusqu’à 7 à 10 ans. Pendant cette durée les complications peuvent s’installer. je vous explique pourqoui ? parceque les signes du diabète , la soif et la polyurie( uriner beaucoup) ne s’observent qu’à partir d’une glycémie de 1.80 g/l alors que le diabète c’est à partir de 1.26g/l. 2 conséquences immédiates de ce caratère silencieux du diabète : le dépistage précoce de la maladie et la pratique du bilan des complications dès la découverte du diabète.

Réponse :

A laquelle il faut ajouter l’hépatite C.Donc ,il faudrait peut être parler de maladies silencieuses

Réponse de Bent le bled :

Bonjour ! Je suis Assistante aux diabétiques. Formée et certifiée á l´etranger. Je n´ai pas pour cela le titre de médecin, mais je conseille depuis plus 10 années en collaboration avec des médecins du domaine. Je suis decue (pas de c cedille)par le manque d´informations donné aux médecins et surtout aux concernés.Il y a quelque années je suis passée au centre des diabetiques Bouzaréa.J´ai étée surprise par le manque d´informations donnés aux malades, vu le nombre de malade au centres et faute de materiel d´organisation. Les suivis malades sont décourageant en plus de la maladie en elle-ême. Au grand desespoir c´était à Tipaza grande rencontre des Pharma(Aventis et Novo)qui distribuaient des sacs avec logos comme promo et des dépliants avec prévention faite á Bruxelles. Aucune idée de prévention j´avais le sentiment d´être dans le marché á légumes quelque part dans une znika beb echdid. Réunis par la FAD et responsables des wilayates il y a deux années.Les responsables des centre diabetiques se plaignaient de ne (...)
Nora :
Bonjour, Je trouve que c’est une bonne initiative, le diabete est une maladie chronique qui touche beaucoup de monde. Si cela permet de diffuser l’information à plus grande échelle pourquoi pas. La majoritè de la population lit la presse écrite, si on peut donner des conseils pour limiter les risques de diabete encore une fois pourquoi pas. Je ne me préoccupais pas du tout du diabete avant, mais quand mon fils l’a eu je peux vous dire que cela a bouleversè ma vie. C’est important de s’informer et si ça peut nous aider à mieux vivre pourquoi pas Cordialement
Commentaire n°26295 :
je suis trés ravie pour ce genre d’initiative puisque les gens qui ont subi cette formation sont des techniciens en chimie, des profs de sport et des enseignants ; Bravo M. Malek.
El moundji :
Ce commentaire est le propre des faibles ;Avec de tels invectives de bas étages et qui s’apparentent à des règlement de comptes , ces faux crtiques dévoient ce site de sa véritable vocation.De grâce ne tuer le mouvement des gens qui bougent.J’éspère que ce commentaire qui est le dernier car j’ai décidé de couper le pont avec SETIF-INFO qui mérite mieux, ne sera censuré

Réponse de salima :

apparement vous etes contre la formation des extra, cher monsieur sinon vous coupez les ponts, les rour$tes,etc......c’est un forum de libre expression , donc il ne faut pas se sentir derangé, si ce n’est.....

Réponse de lahcene el berchi :

ce ne sera que bénéfique pour le site.ce dernier a besoin de gens qui apportent des critiques sur les sujets publiés ,pas des gens qui applaudissent ce qui est écrit. je pense que la critique est la raison d’être de Sétif-info. bref , avec le temps se fait la décantation.

Réponse de doc Maria :

je vois que vous faites partie des gens -qui coupent les ponts- lorsque ce la dérange leurs sujets et surtout de ceux qui -censure- lorsque des propos les bousculent.....eh bien monsieur, coupez et consurez une liberté d’expression que vous ne pouvez jamais l’atteindre ; a moins que vous travaillez dans le secteur des ponts et chaussées....là c’est une autre paire de manche...sans rancunes
doc Maria :
tout a fait, je suis d’ac avec toi cher Lehcen et berchi, car en lisant cet article , c’est en flagrant cette meche entre le formateur et les formés en plus cette initiative n’a aucun lien avec la maladie ou meme le traitement de la maladie. a quoi bon former des journaleux alors que les medecins et personnel para medical sont en dificit d’encadrement specialisé surtout pour ce genre de maladie ;
Bel-Air :
Des cours de diabétologie pour les journalistes ?C’est vraiment étonnant et j’aimerai bien en connaître les raisons.Je trouve que le professeur Malek ne cesse de nous surprendre dans ses démarches pour la bonne prise en charge du diabète.Il forme des médecins généralistes,fait connaître la maladie au public ,attire l’attention sur l’importance de l’hygiène de vie qui peut même amener à éviter le diabéte,organise des séjours pour les jeunes diabétiques etc.C’est très bien.
le prof :
es-ce ke il y a prise en charge des diabetiques ou encore les encadreurs des malades ou les journalistes qui n’ont, à mon avis personnel rien a voir la dessus ??? car leur boulot se limite à informer c’est tout...ou peut etre influencer, mais cela dans d’autres domaines....je pense que ces journalistes auraient pu etre former sur le phenomene du cartablisme, ce sera tres utile pour eux

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus