Accueil > Santé >

Education inclusive pour les IMC

jeudi 4 juin 2009, écrit par : Imed Sellami, le Soir d’Algerie, mis en ligne par : Boutebna N.

ésormais, l’éducation des personnes en situation d’handicap ou vivant avec un handicap ne se déroulera plus dans les centres de prise en charge mais plutôt dans les écoles, en parfaite harmonie avec les personnes valides.

C’est du moins le grand espoir des membres de l’Apimc de Sétif (Association des parents d’infirmes moteurs cérébraux) qui ne cesse d’œuvrer pour une meilleure insertion des handicapés dans la société à travers le projet d’aide à la scolarisation des enfants IMC ou (éducation inclusive), initié par l’ONG Handicap international en collaboration avec l’Apimc. Pour M. Kentache, membre de l’association et responsable de ce projet pilote expérimenté pour la 1re fois dans notre pays, « c’est dans l’école que tout se tisse. C’est là que l’on noue les amitiés et c’est uniquement là que la personne en situation d’handicap pourrait s’épanouir, qu’elle peut tout autant oublier par moments son état avec tout naturellement l’appui de ses camarades. Tous les enfants ont le droit d’apprendre ensemble et ces handicapés ne doivent pas être défavorisés ou discriminés en devenant exclus ou renvoyés à cause de leur handicap ou de leur difficulté. Dans ce projet, nous parlons de droit. Il n’y a pas de raisons légitimes de séparer les enfants pour leur éducation.

Les enfants vont ensemble avec des avantages et des bénéfices pour tous. Ils n’ont pas besoin d’être protégés les uns des autres. Aujourd’hui, l’objectif demeure l’amélioration des opportunités d’éducation des enfants handicapés et de ceux qui ont des difficultés d’apprentissage pour développer leur autonomie et leur indépendance, leur participation et la réalisation d’une éducation pour tous », a-t-il affirmé, lundi, lors d’une journée de sensibilisation organisée à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance. L’inclusion des enfants handicapés au système éducatif n’est pas un luxe mais un droit humain fondamental qui doit être affirmé clairement. Un système véritablement inclusif devra assurer une éducation et une aide égales pour tous les enfants dans toutes les écoles et dans tous les environnements d’apprentissage. Pour que cela ait lieu, une restructuration et une réorganisation majeure des systèmes éducatifs sont nécessaires. Tels sont les vœux des parents d’infirmes moteurs cérébraux. « Pour l’enfant ayant des besoins particuliers, l’éducation inclusive privilégie l’accès aux activités de la vie quotidienne : activités de loisirs et école. L’éducation inclusive vise le plein développement de l’autonomie et de l’autodétermination des enfants, et principalement de ceux ayant des besoins particuliers. Cette vision de l’éducation encourage l’ensemble de la communauté à privilégier l’intégration de tous les enfants dans les différentes sphères d’activités, en privilégiant et en favorisant l’accessibilité aux activités du milieu naturel pour tous les enfants avec ou sans handicap. En offrant un soutien éducatif aux membres de la communauté : l’enfant ayant des besoins particuliers, les enfants qui l’entourent, ses parents et les professionnels des services éducatifs », a déclaré Arab Sadaoui, président de l’association.


Partager cet article :
5 commentaire(s) publié(s)
l espoire de vivre :
on s occupe mal des personne normaux alors pour les handicapes c est pas mieux c est le cas dune personne de ma famille ma famille etait obliger de l envoyer a l etranger
loutegou@aol ;com :
L INSERTION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP EST UN DEFI MONDIAL ! BRAVO A CETTE INITIATIVE QUELLE FASSE SON CHEMIN ET DES EMULES IL FAUT ETENDRE CE PROJET A L ACCUEIL DES HANDICAPES DANS LES TRANSPORTS LES SERVICES PUBLICS ETC ..LA TACHE SERA RUDE COMME QUOI IL NE FAUT PAS DESESPERER DE L ALGERIE !!
veritas :
Très bonne initiative à encourager et à aider !! Mais la commune de sétif pourrait commencer par un geste très simple, demander par un arrété communale à ce que tous les commercants respectent la hauteur du trottoir, car comme chacun le constate c’est le saut des obstacles. Chacun construit le trottoir comme il l’entend, beaucoup de personnes agées et moins agées tombent à cause de ces marches ; alors les pauvres handicapés moteurs ne peuvent aucunement se déplacer. N’en parlons pas du squatage des trottoirs par des commerçants et des buralistes sans que personne ne lèvent le petit doigt ! Mr le maire commencez par cela !! cela aidera beaucoup la grande majorité de la population qui souffre. Le trottoir est du domaine public n’est ce pas, il n’appartient pas aux commerçants que je sache ! Chiche ce petit (...)
naima :
bonjour, je travaille pour une association des handicapés. on a beaucoup discué sur ce thèmeet nous somme pour l’education inclusive, d’ailleur on a fais une journe de formation par une associatio de révention de la jeunesse et de l’enfance de la w de tizi ouzou. pour votre informationnotre association a crée un centre psychoèpédagogique.

Réponse de youcef :

je suis un handicapé moteur type imc

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus