Accueil > Culture >

Le festival, l’agitation et la culture

jeudi 13 août 2009, écrit par : El Yazid Dib, Le Quotidien d’Oran, mis en ligne par : Boutebna N.

outes nos villes semblent frémir sous la fièvre estivale pour s’ériger en des podiums dignes d’abriter des festivals.

Certes, ils ont tous leurs effets aléatoirement bénéfiques ; secouer un tant soi peu l’habitude, remplir une mission d’animation agitatrice et créer du remous et du mouvement. Mais en fait de festivals, tous se ressemblent.

L’on dit pour certains qu’il s’agit là d’une tradition. A l’exemple des plus en vogue, Timgad (c’est connu) ou de Djemila (c’est où déjà ?). Voilà d’emblée la bonne communication et bon marketing cellulaire et communicatif. Pour d’autres, c’est le cachet faussement culturel de la localité que l’on tente incorrectement de le faire coller à l’un ou à l’autre. Le raï à Sidi Bel-Abbès, la chanson actuelle à Bordj Bou Arreridj, le film arabe à Oran... il n’y a rien de thématique dans ce carnaval de tant de festivals. La Zehouania, la Fella, la Nedjoua, le Kamar, les Caracalla, le Bekakchi, l’Espagnol et tout le reste passent tous par toutes les scènes. Ils sont là comme ils seront ailleurs. Sans originalité distincte, ni label solfégique. Le haouzi avec le rap en accompagnant le malouf et le sraoui peuvent être sur la même mélodie. Un même orchestre peut faire indifféremment leurs variations rythmiques.. Donc le heurt se trouve déjà dans la formulation le plus souvent inappropriée de l’intitulé et de la dimension géoculturelle, très limité du reste que l’on se plie à en attribuer. A quand un festival spécialisé ? Pour un seul et exclusif registre. La Tunisie regorge, comme nous, de festivals. Ils ont un cachet divers et diversifié. Mais l’un d’eux fait tache d’huile. Le festival d’El Jem. Dédié uniquement à la musique classique au sens classique du terme. Toute la philharmonie de Vienne et d’ailleurs est au rendez-vous avec les Tunisois, encore fans de ce genre.

Se contenter d’un encart télévisuel dans sa propre maison, sur son antenne intérieure et sur ses ondes domestiques est, pense-t-on, une fin en soi pour un festival lourdement qualifié d’international. Editer un recueil qui n’arrive pas sur les étals de la haute connexion, ne produit que de l’autosatisfaction. Le mirage. Batna est célèbre non pas par Timgad, mais par ses Aurès. Sétif l’est par son 8 Mai mais pas par son Cuicul (dites-vous !).

Selon la définition usuelle et universelle, un festival est censé être une manifestation à caractère festif, organisée à époque fixe (annuellement, le plus souvent) autour d’une activité liée au spectacle, aux arts, aux loisirs, etc., et susceptible de durer plusieurs jours. Il est souvent l’occasion tant attendue de la remise de trophées, de prix et de récompenses diverses. Jusqu’ici ces normes structurelles sont aléatoirement respectées.

Mais chez nous, à quels objectifs un festival serait-il destiné ? Simple divertissement ? Remplissage d’un pauvre agenda, banale agitation ou mission culturelle authentique, itérativement éducative, dynamique ? Que le festival ait à changer de couleur, de date ou de lieux, l’essentiel se perdrait dans l’obligation de vouloir faire coûte que coûte quelque chose. La ville n’aurait jamais donné son nom à un festival épisodique ; si ce dernier n’était le nom épique de cette ville.

La ville aurait connu tous les aspects des sciences humaines. La ville fut un bastion de révolte déjà du temps de l’invasion byzantine. Elle fut tout aussi un creuset intarissable dans la révolte contre l’occupation française qui mit plus de onze ans, après 1830, pour pouvoir insidieusement s’y installer. Ce grand sentiment d’amour et de nationalisme s’est érigé également à travers les âges par les grâces d’une lutte menée sur divers fronts. La culture en fut un outil rédempteur que Nourredine Aba, Kateb Yacine, Abdelhamid Benzine et autres surent manier à bon escient. L’on ne rate plus l’année du festival, pour essayer à chaque coup de titrer l’édition par des étiquettes, enrobées dans un moule de solidarité inefficace et paraissant d’ordre politique. La Palestine, El Qods, le Liban, Baalbek. La solidarité peut se faire autrement. Classiquement aussi.

Paradoxe des choses et dans la morosité quotidienne d’un été ressemblant aux autres et qui fait que la cité souffre plus de sources culturelles qu’elle en souffre de sources hydriques, elle reste confinée dans un veuvage indescriptible quant à la prospérité et l’épanouissement de la culture. La véritable, celle de tous et pour tous, sans exclusive, sans carton d’invitation, sans badges, ni bons d’entrée. Absente, caporalisée et carrément mise au pas, car fortement budgétisée, la culture dans la ville n’est qu’un programme officiel tracé, comme l’est par ailleurs la liste des convives ; sur commande, à la pipe et à la hâte. Elle n’est en somme qu’un protocole d’occasions et de circonstances. Elle vise plus une cible de pouvoir remplir une case de service fait que d’opter pour distraire une population

Le théâtre s’est mis dans un mutisme que seule une opérette tragique ou un sursaut ludique pourraient l’en retirer. Malgré une bonne et franche volonté de la part de ceux et celles qui y voudront bien y officier. La misère en sévit autant que sévit la lenteur de la rénovation.. La maison dite de la « culture » abrite tout sauf... la culture. Le chant villageois et la fête familiale néanmoins restent des complaintes à savourer l’été suivant l’autre.

Si pour le commun des citoyens la culture demeure un comportement, l’art une attitude et la science une recherche, il en est autrement pour les serviteurs du secteur qui, par obligation ou par mécénat, devaient imaginer, sinon laisser faire et encourager, l’initiative, la parole et l’acte de culture. Les journées littéraires d’une ville d’à côté ont pu, hélas, enregistrer un interventionnisme extra-poétique. Inculture ! Impudence !

L’on aurait voulu que nos festivals ne soient pas uniquement un contenu hybride d’un lot de spectacles à mettre au-dedans d’un amphithéâtre romain. L’art du spectacle ou le spectacle vivant comme l’on dit se devait de dépasser le cloisonnement du seul but de divertir. Certes faire oublier la morosité journalière serait, entre autres, l’un des soucis de cette production de joie instantanée lors d’une représentation en public. La joie est partagée et trop vite consommée. Le retour au jour difficile et contraignant ferait subitement omettre sur la scène le spectacle, l’enthousiasme et les décibels. D’autres décibels viennent le jour tarauder les méninges fragilisées du spectateur d’hier soir. Le quotidien, les affres du menu du jour. Le crédit bancaire, la loi de finances complémentaire, le Ramadhan, sa propre loi de finances, ses compléments et le couffin feront le reste de l’ultime assaut. Ils sont ainsi ces festivals censés donner une activité apte à faire détourner l’attention d’un public de ses majeures et essentielles préoccupations. La survie ou la mal-vie.

Quoi de plus ahurissant que de ne pas voir s’éclore, hors toute hiérarchie, des talents, des oeuvres et des chefs-d’oeuvre ? La culture n’est pas dans une administration ni se résume au desideratum d’un pouvoir à l’oeil culturel clos et semi-muré. A la voix asséchée, sèche, tarie et aride. Elle devait être au moins une simple passion lorsque l’ambition de l’avoir n’arrive point à câliner le moindre déclic. Et pourquoi devront-ils nous argumenter ces organisateurs que le festival n’est autre que dans la chanson locale, arabe ou timidement internationale ? Il y a bien, ailleurs, des festivals sans cor, ni cri, ni trompette. La famille des loisirs est large de gammes et de produits. Elle va de l’image, au son, passant par les deux pour arriver jusqu’au rituel, le mimique, l’ancestral, le traditionnel, le local, etc. Il y a l’épi, le blé et les hauts plateaux qui sont plus rentables et profitables et moins dispendieux que ne le sont les triples ou les doubles canons.

L’entente sportive est une culture d’équipe que les citadins veulent locale. Le site romain de l’antique cité fut le réceptacle artistique d’un festival disparu par l’insouciance de tout un chacun. Le regain à peine de volonté publique s’était fait ressentir, la résurrection devient quasi impérative. Il est là en ce jour-là. A son énième reproduction. Répétitif à satiété, itératif à volonté.. Et quoi encore ? Même rengaine, mêmes acteurs, même public.

La connaissance serait dans un corps social moribond telle une paix dans l’âme, si l’inculture s’évaporait des méninges caciques. Le liège reprendra surface dès la levée des pesanteurs.


Partager cet article :
3 commentaire(s) publié(s)
tafet19 :
« Si l’inculture s’évaporait des méninges caciques. Le liège reprendra surface dès la levée des pesanteurs. » l’ ébauche du problème a tout juste été effleurée par l’auteur.J’attendais qu’il développe son idée ou il y a matière à discutions.Il nous apporte l’eau à la bouche mais.........Enfin,il nous suggère que l’hirondelle ne fait pas le printemps comme ces différents tintamarres ne font pas la culture.Et si l’inculture s’évaporait des méninges caciques........
Tizi :
Tres bon papier, ca se voit que vous êtes un écrivain plus qu’un journaliste

Réponse de BASTOS. agri-culture... et ruine. :

L’heure est a la culture de la patate tout comme elle as étais culture du melon dans les années 80...Faudrait il (encore)un 5 octobre que le liége restera liége faisant fi de toute apesanteur il dame(encore) le pion a une culture lourdement plombée, et comme toute -création- narcissique et servile meme les ruines ne resisterons pas a cette ultime usure.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus