Accueil > Santé >

Le « khol » à base de plomb inonde le marché local : Un danger pour la santé publique

mercredi 14 octobre 2009, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

l n’y a pas mieux que le regard des belles sétifiennes félines et élancées ayant longtemps inspiré poètes et chanteurs, pour célébrer la beauté à l’état pur. Cela commence paraît-il par le khôl, cette mystérieuse poudre millénaire qui donne de la profondeur et du velouté au regard, parfois même un air effarouché. Mais ce n’est pas tout, car au khôl on attribue des vertus médicinales d’une certaine importance. Toutefois, ces derniers jours, le marché local s’est vu inondé par des produits cosmétiques, venus du Pakistan et de l’Inde, dont une grande quantité de flacons de Khol, fabriqué à base de plomb. Ce dernier est, en effet, un métal très dangereux notamment lorsqu’il s’accumule dans le corps et est donc toxique même à un niveau d’exposition peu élevé. Selon le Docteur Khaouni, Ophtalmologue, Il n’est pas toujours facile de reconnaître l’empoisonnement par le plomb. Ses symptômes comprennent les maux de tête, l’irritabilité, la douleur abdominale, les vomissements, la faiblesse générale, la pâleur, la perte de poids, la déficience d’attention, le retard du développement de la parole et l’hyperactivité.

Le plomb est particulièrement dangereux pour les enfants. L’exposition à même de petites quantités de plomb avant la naissance, en bas âge et pendant l’enfance peut donner lieu à un faible poids à la naissance, des troubles de comportement, des troubles d’apprentissage et une intelligence diminuée. Le plomb peut augmenter le risque de fausses couches, de morts-nés et de naissances avant terme chez les femmes enceintes, et peut également avoir des répercussions sur la fertilité masculine. D’autre part, selon le même avis, « Le khôl est à la base un produit naturel considéré comme une substance antimicrobienne générale. Si on est sûr que c’est naturel, on peut l’utiliser sans problèmes. Autrement, il faut s’en méfier. Si le produit n’est pas étiqueté et qu’on ne connaît pas sa provenance, mieux vaut l’éviter. Il ne faut pas badiner avec sa santé oculaire, surtout si on porte des lentilles de contact. En ce sens que l’on doit veiller à la propreté de ses yeux. On ne peut pas appliquer un produit de beauté en faisant l’impasse sur sa santé. Si la femme veut maquiller ses yeux, je lui conseille d’utiliser les traceurs à paupières qui sont contrôlés plus strictement », dira Dr Khaouni. Ainsi, et en attendant une vaste opération de contrôle que devront mener les services de contrôle des produits de la DCP, les flacons de khol contenant du plomb se vendent à travers nos marchés dans l’impunité totale.


Partager cet article :
15 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°44741 :
ou sont passé les service de ma DDs, de la DCP et de l’ygienne ???
SATOF :
un état completement abscent sur tout les plans ;santé,éducation,sport on est dans un pays TAG ALAMEN TAG.
lemenaouer :
avis aux femmes setifiennes, attention à ce produit nefaste pour vos yeux.....belles yeux
Commentaire n°44751 :
Ce sont toujours les barons de traffic soit en costume pour les produits de beauté made in china oubien akhi kamiss en option commerciale. C’est toujours les memes personnes sauf qu’il y a un changement de look. Qui importe le Khol taiwan au plomb où sont les services de controle au niveau des ports en premier et ensuites les DCp de Wilaya.
Mériem :
Pour le Khôl comme pour nos traditions vestimentaires, culinaires, pour notre poterie traditionnelle, pour notre architecture c’est hélas la débandade : l’art de nos ancêtres et de nos pères et mères sont abandonnés et même...moqués au profit de cette économie de bazar qui a envahi notre pays par des milliers de conteners : on nous a déshabitués à travailler et produire mais bien conditionnés à cheter...acheter...acheter... tout et n’importe quoi !! Des fortunes colossales se font chaque jour et nous sommes tous complices Ma grand mère faisait son propre khôl et je regrette amèrement aujourd’hui de ne pas l’avoir appris par elle..

Réponse de je pleurs l’algerie :

merci meriem pour votre comentaire..vous avez entierement raison..j’ai les larmes aux yeux quand je pense a nos ancetres ...c’est triste ...papi t’est mort pour rien (alah yarhmek)
Commentaire n°44781 :
Le cauchemar continue pour ce pauvre pays que les rapaces de tous les calibres dévorent avec acharnement. Le comble de l’hypocrisie, le vendredi les mosquées sont remplies à craquer. Tout les pays du monde avancent vers l’amélioration de la qualité et du savoir vivre de leurs sociétés. Et nous qui prétendons ghaira oumatine okridjat li nass (la meilleure nation) on spécule même avec la mort. Charognards sans foi, ni loi !
ZIGOMAR DE LYON :
vous dites controle ? OU VOUS ETES LE CONTROLE SE FAIT POUR LES GENTS CORRECT LES AUTRES TCHIPA SA SUFFIT LARGEMENT L’ESSENTIEL L’ALGERIE BATTRA L’EGYPTE POUR OUBLIER TOUT CE QUI SE PASSE MERCI

Réponse :

parfum , khol ets c’est vraiment grave cette marchandise venue de n’importe ou
algé-rien :
l’algérie restera une poubelle à ciel ouvert il n’y a aucun avenir pour ce pays dirigé par la camora.
minou :
ou sont les instance du commerce qui ne rate pas une ocas pour faire leur bilan ????
warda :
jate tekahal aameteha
kahlouchi :
rabi yesetor aynine ma femme, elle aime ce produit c’est une specialiste de khol
TAHAR DE MAOKLANE :
CET ARTICLE EST D AUTANT PLUS SERIEUX QUE LE MENSUEL FRANCAIS 60 MILLIONS DE CONSOMMATEUR A FAIT UN ARTICLE SUR LE SUJET. ABANDONNEZ LE KHOL LOCAL ACHETEZ LE EN EUROPE CHEZ LES PARFUMEURS RENOMMES !! quand s arretera-donc la gangrène des produits made in china .nous n avions pas assez de nos maladies ..voila qu’on les importe ...!!
setifienne :
merci monsieur khalil pour cette info svp es ce que on peut connaitre le nom des marques de ce psoeudokhol merci rabi youster

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus