Accueil > Santé >

Le personnel de santé boude le Vaccin A/N1H1 et opte pour l’antigrippal classique

samedi 2 janvier 2010, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

’opération de vaccination lancée en fin de semaine et qui devait concerner le personnel de santé, les plus exposés à cette pandémie, n’a pas eu l’engouement escompté dans le milieu de la santé à Sétif et, curieusement, la majeure partie du personnel refuse de se faire vacciner. Ce mouvement s’est amplifié depuis la mort, du moins inquiétante d’une femme médecin, chef de service de la réanimation du CHU de Sétif, 36 heures après sa vaccination contre la grippe porcine. Cette tragique mort en est pour beaucoup de choses mais le constat de visu à travers quelques centres de vaccination mis en place par le DSP, nous réaffirme que le mot d’ordre lancé par certains afin d’éviter de se faire vacciner a été largement suivi.

« Bon nombre de médecins, de différentes nationalités, ont affirmé que ce nouveau produit traitant la grippe porcine peut provoquer des effets secondaires dangereux pour la santé. L’efficacité du vaccin est ainsi remise en cause au moment où ses fabricants appuyés par notre tutelle insistent sur les tests cliniques positifs du produit. » Nous dira, sous couvert de l’anonymat, un médecin du CHU de Sétif.

Une réticence inquiétante de ces professionnels de la santé qui suscite bien d’interrogations sur la dangerosité de ce vaccin.

Cependant, aucun des spécialistes en médecine, approchés hier, ne voulait s’étaler sur la question. Le doute sur l’efficacité ou non de ce vaccin demeure-pointu", et ce, en l’absence d’informations médicales et autres réponses rassurantes sur le sujets. « Personnellement, je refuse le vaccin contre le virus H1N1. Son efficacité n’est pas encore confirmée alors qu’on parle d’effets secondaires indésirables pour ne pas dire dangereux », nous dira une étudiante interne, approchée hier au CHU Saâdna Abdenour, avant d’ajouter « tous mes professeurs le refusent, cela explique tout ». A Sétif, personne du milieu médical n’a pu expliquer de manière sensée son refus de la vaccination mais il apparaissait clairement que leur décision était prise, par ignorance, par solidarité ou simplement par hâblerie. Certains même, arrivent à avancer qu’il vaut mieux attraper la grippe à plutôt qu’une contamination qui pourra provoquer des effets secondaires dangereux pour la santé. D’autre part, des déclarations peu rassurantes d’un spécialiste établis Outre Méditerranée, qui affirme tout de même que la meilleure protection reste la vitamine D3. Cette dernière, poursuit-il, module la réaction immunitaire, réduisant le risque de réactions excessives. Elle stimule le corps à produire ce qu’on appelle des peptides antimicrobiens puissants destructeurs du virus qui ne font pas intervenir l’immunité. Les huiles de poisson contribuent également à réduire une réaction immunitaire excessive. Divers antioxydants peuvent aussi être utiles comme le curcuma, l’extrait de pépin de pamplemousse, la vitamine C, ainsi que la vitamine E naturelle.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus