Accueil > Culture >

Rencontre avec Rachid Boudjedra : La créativité dans un débat littéraire

lundi 19 avril 2010, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

C’est en répondant à l’invitation de la direction de la culture de Sétif que l’auteur du « figuier de barbarie » a saisi l’occasion de se rendre pour la première fois dans la capitale des hauts plateaux. Un programme très captivant l’attendait puisqu’il fut reçu à la direction de la culture, puis il eut à animer un débat sur un sujet fort intéressant ; « la créativité dans littéraire ». Il a également procédé à une vente-dédicace de son nouveau roman intitulé « le figuier de barbarie », où deux hommes se retrouvent côte à côte dans le vol Alger-Constantine. A dix mille mètres d’altitude et en moins de soixante minutes, c’est leur destin, et celui de tout un pays à travers le leur, qui va se jouer au fil de la conversation et des réminiscences. Ils sont unis par de vagues liens de parenté, par l’expérience commune et traumatisante de la guerre d’Algérie, mais aussi par le souvenir d’un été torride de leur adolescence. C’est toute l’histoire de l’Algérie, depuis la conquête française jusqu’à l’indépendance et ses ratages - de l’enfance dorée et sensuelle aux horreurs de la torture coloniale, des luttes fratricides et du terrorisme des années 1990 -, qui défile dans Les figuiers de Barbarie.

A la maison de la culture de Sétif, Rachid Boudjedra, le citoyen, l’écrivain, le militant, l’artiste fut accueilli chaleureusement par un public nombreux, composé essentiellement d’universitaires, il parlera de la littérature et la créativité dans les œuvres. Ecrivain de la troisième génération, la majorité de ses œuvres sont en rupture avec l’écriture classique, plate, linéaire : « J’ai voulu faire différemment que Dib ou Feraoun. » « La colonisation ne m’intéressait pas même si je suis issu d’un milieu nationaliste, et avais pris le maquis à l’âge de 17 ans. » Ecrivain anticonformiste, souvent provocateur, les thèmes de la sexualité, de la femme sont présents dans tous ses textes.

Revenant à sa technique, d’écriture et à la structure de son texte auxquelles il reconnaît la complexité tout en maintenant que « seules les techniques complexes peuvent refléter les mentalités complexes ». Le public sétifien durant presque trois heures de temps a découvert un homme, un écrivain traduit dans quarante langues, un auteur marqué profondément par les soubresauts qui ont secoué son pays.

A noter qu’a la fin de cette rencontre littéraire, Rachid Boudjedra a été honoré par le forum des intellectuels et des journalistes sétifiens.


Partager cet article :
24 commentaire(s) publié(s)
Adel Messai montréal :
une bonne initiative,notre chère ville donne tjrs l’exemple mais tant qu’il ya des gens comme khallil,bousekine ,benaiche etc je suis optimiste bonne continuation pour votre forum

Réponse :

Je ne partagerai pas votre opinion Mr Adel. On se connait très bien à sétif. Tant que le joueur est H’mida et r’acham est h’mida, on se permet de tout dire et écrire. Dites la vérité aux sétifiens et ne pas cacher le soleis par le tamis. Haram alikoum

Réponse de zinou :

Tout a fait d’accord avec vous ,monsieur l’anonyme !!
bougaa :
je nai lu de rachid boudjedra que son roman lescargot entete ca fait longtemps mais jai un grand respect pour ses prises de position et ses engagements envers la patrie.sans langue de bois ni demi-mots cest un ecrivain entier qui na jamais fait de cadeaux aux tenants du chaos.merci pour tout rachid lauthentique chaoui.

Réponse de borgne to be alive :

born , born , borgne to be alive ! Nous gardons tous en mémoire ses prises de position pro-gourou, son irrationalité et ses affirmations mensongères lors d’un ’cercle de minuit’ dans les années 90. Il s’est fait ridiculisé lui et semblables présents par un certain Benjamin Stora. Bref, rien ne nous étonne dans ce bled dont la culture est a l’image de son ministre de tutelle .

Réponse de I S L A M :

Moi, je l’aurai accueilli avec une Hrawoi, n’est ce pas Mr Bougaa ? tu sait bien à qui tu adresses tes remerciements.

Réponse :

@ ISLAM ... explique toi ?? pourquoi cet accueil...violent ? Ou c’est dans vos gènes vous les islamistes, votre seul langage est la violence ? Tu ne vas pas nous faire sortir encore qu’il est “kafar” ? Comme d’habitude. Comme Kateb Yacine.
Commentaire n°67306 :
Ils faut travailler beaucoups sur la reconnaissance de la france de ses MASSACRES EN ALGERIE ALLAH YARHAM CEUX QUI NOUS DONNES LA LIBERTE DANS NOTRE CHERE PATRIE

Réponse de Nadhifa :

Demandes à Mr Boudjedra s’il est d’accord avec toi.

Réponse de constantine1948 :

il faut aussi,pour être honnête,que l’Algérie travaille sur les tortures,les exactions de toutes sortes que les pied noir et les soldats du contingent ont subi...même si on n’en parle jamais,ni en France,ni en Algérie.
mirage :
Enfin, la direction de la culture de Sétif a fait quelque chose de positif, à savoir l’invitation de cet illustre écrivain, il reste par contre à signaler que peu de gens étaient au courant de son arrivé, on éspère que, la prochaine fois, les responsables informeront les citoyens d’avance.

Réponse de Alilouche(El-Kseur) :

Ce monsieur parait ces derniers il a changé radicalement et tant mieux,ça nous rassure.Quand on prend de l’age on commence à prendre conscience que la vérité est une et une seule !
bougaa :
quon aime ou pas boudjedra je ne vois pas le lien entre un ecrivain engage et prises de positions tres courageuses contre le systeme qui nous a humillie et la sinistre ministre de la culture representente de ce systeme.

Réponse de EL-MEREG :

Notre ministre de la culture est très charmante ;que lui trouves-tu de sinistre ?Par contre ton Boudjedra,il n’éprouve même pas de la sympathie pour soi-même.Seulement vous les communistes résiduels vous vous soutenez pour ne pas vous laisser emporter par le torrent:persévérez dans votre effronterie,il ne vous reste que cela à faire.LIMEN TAHKI ZABOUREK YA DAOUD

Réponse de AZZEDINE LE SETIFIEN :

C’EST UN GRAND ECRIVAIN QU’ON LE VEUILLENT OU NON.SON ROMAN -LA REPUDIATION- EST UN CHEF D’OEUVRE IL A SU PARFAITEMENT DESSINER LE MARASME DE LA FEMME ALGERIENNE DURANT LES ANNEES 70.UN ECRIVAIN PAS COMME LES AUTRES AVEC UN STYLE ALLUSIF,PERCUTANT,IL EST D’UNE CULTURE ET D’UNE INTELLIGENCE INOUIES
zinou :
Que dire de ce monsieur qui cultive les paradoxes et les contradictions de toute sorte, Boudjedra est certes un homme de lettre ,notoirement connu surtout grâce a son autobiographie « la répudiation ».Il dira un jour qu’il est de gauche et Bouteflika de droite oubliant qu’il a répété a maintes reprises qu’il est un écrivain apolitique !alors que notre président n’est ni de droite ni de gauche, ni islamiste, ni nationaliste, ni capitaliste, ni communiste, ni démocrate.... Bref, il n’a aucune idéologie, ni même un idéal, il est malade. C’est un ’Khoubziste’ . D’ailleurs comme tous les hommes du système en Algérie. Et les seuls écrivains apolitiques sont ceux qui écrivent des romans policiers, tous les autres écrivains sont engagés politiquement. Quant à Kateb, Mammeri, Feraoun, Dib, ils sont des géants de l’écriture aucun commentaire n’est nécessaire la dessus. Que dire aussi de cet homme dur comme une « Jedra »qui tient un langage ordurier à l’encontre d’Assia Djebbar et son entrée a l’académie française la (...)
Roimalik :
Il faut encourager ce genre de rencontre. Sétif ce n’est que l’Entente. Meme si cette derniere est la plus grande fiereté de la Wilaya.
Esther C B :
Amis Algériens bonjour, Je vous écris de l’autre côté de la Mer Méditerranée. Je lis ici ou là que les journalistes algériens n’osent pas critiquer Yasmina Khadra de peur de se voir rappeler à l’ordre. Voilà une bien bonne chose, connaissant le courage et la bravoure de votre peuple. Je dis cela car Yasmina Khadra a été une nouvelle fois épinglé pour un autre plagiat que celui qu’à déjà dénoncé le psychanalyste Karim Sarroub il y a un an, et on ne lit pas ça dans vos colonnes. Son deuxième plagiat est désormais inscrit sur le site d’une encyclopédie en ligne, et des intellectuels et des philosophes en parlent sur le site et se moquent de lui car il soutient mordicus que ses livres ne parlent pas de terrorisme. Il a en effet tort de soutenir une chose pareille mais il fait ce qu’il veut. Qu’en est-il chez vous ? Bien à vous Esther Le site de Jonathan Klein, philosophe et professeur de littérature, un grand monsieur de la littérature maghrébine et arabe : http://kleinjonathan.wordpress.com Le site de (...)

Réponse :

Aucun écrivain algérien n’a échappé au lynchage. L’un est un kaffar, un autre communiste, un autre arabophone, un autre du parti de “Franssa” et le comble un autre qui a plagié ... un autre écrivain algérien. Arrêtez ce massacre de l’intelligence algérienne. Je vis dans un pays (occidental et très riche) qui idolâtre ses écrivains alors que le meilleur d’entre eux n’arrive même pas au ras du pied de notre Feraoun, Dib, Boudjedra ou Ouettar. Le talent indiscutable de Khadra n’a pas besoin d’aller chercher les lignes d’un autre écrivain talentueux Youcef Driss.

Réponse :

Ca vous regarde en quoi ? Vous voulez savoir ce qui se passe ici ? Ici, on est fier de khadra, de Youcef Driss et de tous nos écrivains. Votre campagne de denigrement de la litterature algérienne gardez la pour vous. Le peuple algérien n’est pas dupe même si vous essayez de le caresser dans le sens de ses poils (“peuple de bravoure”, de “courage”, etc..). Fakou ! Merci
lectrice :
Le Figuier de barbarie ou Les Figuiers de barbarie ?????

Réponse de Aghiles :

Ce ne sont pas cela qui sont l’élite de notre pays !

Réponse de Ait Hamza :

Tu oses parler de kateb yacine ???
Aghiles :
Non pas lui !!!!

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus