Accueil > Culture >

Les moineaux de Ain El Fouara

dimanche 21 novembre 2010, écrit par : Ammar Djerrad, mis en ligne par : Boutebna N.

En cette saison d’automne, dès le soir venu, ce sont des nuées de moineaux qui regagnent leur habitat, à Ain El Fouara, dans la cinquantaine d’arbres, pour la plupart centenaires, composés essentiellement de platanes, de micocouliers, de sophoras, de mûriers blancs et de frênes. Ils sont des milliers à se rassembler en colonie dans cet endroit, qui est leur territoire ; poussant des pépiements assourdissants pour nous mais exprimant sûrement la joie des retrouvailles, pour leur espèce, après une errance en bandes bruyantes, pour se nourrir, dans toute la région. Ils dorment dans ces arbres en guise de dortoir commun en se serrant les uns contre les autres. Le moineau que l’on qualifie de ‘domestique’ est l’hôte de l’homme au point où il ne s’aperçoit pas, ou rarement, de sa présence. Il dépend étroitement de sa présence. Il est le commensal de l’homme dit-on. Les habitués des cafés et les habitants environnant de Ain el Fouara cohabi !
tent avec ces passéridés - de 15 cm et 30 grammes de poids qui peuvent vivre jusqu’à 13 ans - malgré leurs-tchip tchip" peu mélodieux et leurs déjections embarrassantes surtout sur les vêtements. Mais à la nuit tombée, quelques sautillements et chuchotements puis subitement un silence ‘religieux’ jusqu’au petit matin. Encore de nouveaux cris mais cette fois pour un nouveau départ et ce jusqu’au soir.

Certains-esprits chasseurs" disent « un seul jet de pierre et au moins dix moineaux à terre ! » mais la ‘vieille garde’, toujours présente dans ce lieu, veille sur ce ‘trésor’ de la nature en même temps qu’aux arbres qui les ont vu naître.


Partager cet article :
14 commentaire(s) publié(s)
Heb errih fi Stif tah lourag fi Satarno :
Merci Monsieur Djerrad pour ce bel article. En vous lisant je me suis retrouvée en ce soir frileux d’automne à Aïn El Fouara qui est un lieu qui m’est très cher. J’entends le cui-cui des moineaux et je ressens une grande nostalgie. Ravie tout de même de savoir que la durée de vie des moineaux peut atteindre 13 ans je pensais qu’il ne vivaient pas aussi longtemps. On dit que les déjections d’oiseaux portent bonheur : c’est ce que je souhaite à tous les sétifiens.
espoir :
Enfin ! un peu de romantisme sur info sétif. Merci monsieur Djerrad.
baumarchi :
OOoouufff ! enfin, une esquive romantique sur setif info ! Merci
fanfan :
Ce doit-être sublime ! Moi qui adore les oiseaux ! Les pépiements sont l’espoir, la joie de vivre. J’imagine le spectacle. Surtout tout faire pour protéger ces arbres séculaires. Rien de plus beau que ces témoins du temps ombrageant la ville.
sétifienne :
Trés émouvant, merci.
samir de lyon :
quand je pense qu’ils ont abattu y’a peu de temps un de ces arbres centenaire parce qu’il genait pour la construction d’un immeuble ça me dégoute promoteurs véreux sans foi ni lois aucun respect de l’environement j’ai peur pour les derniers arbres qui subsistent merci pour cet article qui nous laisse réveur ça change des faits divers ....
boufenkara :
merci pour l’article,il faut egalement citer et faire l’eloge des arbres de ain el fouara qui ont toujours fait chanter les anciens comme Ain el fouara sdjourek ydhalou...et ain el fouara sans ses arbres n’est..qu’une statue sans ame setifienne...
asmae :
Heureusement qu il existe encore des oiseaux qui ne sont pas exterminés par les vandales ! Quel bonheur de pouvoir entendre leur chant au centre ville de Sétif.
Yacine de Londres... :
Nostalgique...Ca me manque !!
bachtotti :
Trés romantique . A quand un article sur les sauterelles monsieur Djerrad ?
blanche :
C est simple Yacine de Londres , t as qu à rentrer et entendre le cui cui des moineaux !!!
neverov :
Il faudrait qu’on récence toute les espèces qui vivent dans ce périmètre antique. Ain fouara, le jardin el emir, le parc et l’hôpital n’abritant pas que le moineau. Il y a aussi le mésange, le pinceau, le rouge gorge …..Au fait, y a t ils des spécialistes ?genre ornithologues !
baumarchi :
@ bachtotti : Je ne crois pas que M. DJERRAD aura le temps d’écrire sur les sauterelles, donc, a toi la main pour le faire !
watani :
Tres romantique Merci pour la nostalgie. ain fouara sans les moineaux et les arbres ca fait moche

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus