Accueil > Santé >

Silence, on pollue dans l’impunité

Lorsque l’impunité conforte les pollueurs dans leur entreprise criminelle.
jeudi 24 mars 2011, écrit par : A. Nedjar

Nous n’avons eu de cesse de dénoncer les atteintes de la nature par la pollution des champs ,des prairies et des cultures maraichères aux abords du périmètre de la vallée du Bousselam que longe le ruisseau éponyme.

Les nombreuses photos et vidéos affichées sur ce site pour dénoncer cet état de fait sont restées lettres mortes .Les différents services approchés par nos soins se renvoient la balle pour dire qu’il n’est pas de leurs ressorts ni de leurs responsabilités d’agir en l’absence de la police des eaux en cours de création.
Le démantèlement de l’une des conduites incriminées par des étudiants volontaires ,aidés de citoyens consciencieux ,n’a pas produit l’effet escompté .Pis encore ,les exploitants du périmètre agricole ont installé cette fois ci leur pompe d’aspiration et de refoulement juste à la prise d’eau ,au niveau du terminal de rejet des eaux usées qui ,étonnamment, déverse directement ses eaux charriées de toutes sortes de détritus dans la canal de Oued Bousselam .

Voici donc un exemple flagrant de démission des organismes de gestion et de répression chargés de la protection de l’environnement en raison du silence et de l’absence de leurs réactions considérés comme étant de véritables encouragements à l’atteinte , à la destruction de la nature et la création de foyers nuisibles pour la santé des citoyens.

Voir le lien de la séquence vidéo réalisée le 22 Mars 2011 en contrebas de la porte d’entrée principale du pôle de l’ancienne université.le cours d’eau était poissonneux dans les années 70

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=/OZ-taokj9Es


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus