Accueil > Santé >

Près de 300 médicaments introuvables en pharmacie

vendredi 3 juin 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Selon Faycal Abed, secrétaire du bureau régionale du syndicat des pharmaciens d’officines à Sétif, le nombre de médicaments introuvables en Algérie est estimé à environ 300 médicaments. Pis encore, la majorité des ces médicaments concerne les classes utilisées pour le traitement des maladies chroniques comme l’hypertension artérielle et le diabète.

L’absence de plusieurs médicaments sur le marché algériens est liée à une mauvaise gestion dans la distribution. L’acheminement des médicaments est limitée dans certaines officines en particulier, dans des régions éloignées du pays.

Il est à noter que notre pays compte près de 9000 officines et 536 distributeurs à travers le territoire national.


Partager cet article :
11 commentaire(s) publié(s)
/-*/ :
Si on devait craindre une révolte c’est à cause du sieur Louh et la gestion de son ministère surtout l’assurance sociale.....
anis :
A Vous lire on dirait KHLAT ! 300 médicaments manquent dans les officines !, soyons sérieux le Glucophage,l’insuline,et les antihypertenseurs sont toujours disponibles.Vous voulez tout importer ?OULLAH ?,ça ne sert à rien d’avoir 3 ou 4 médicaments qui ont les mêmes indications.C’est du gaspillage !les génériques y en a a gogo et sont par dessus vos marchés contrefaits .
MR BE COOL :
Warak ya weld abbes dinia khelet we nta tegoul labess........?!
amriette :
reste à vérifier, tout ça, je prends pas en argent comptant ce que vous écrivez
Zen :
Quels sont les médicaments importants absents du marché ? Cet article n’en dit rien !! Et pourquoi ? Une mauvaise gestion dans la distribution ne peut pas expliquer cela ! C’est aussi l’engagement des laboratoires algériens de satisfaire tel % de la demande nationale qui n’a pas été respecté ! Et on se pose aussi des questions sur la qualité des produits mis sur le marché ; surtout concernant les maladies cardio vasculaires ! Que fait l’institut Pasteur et le Ministère de la santé pour vérifier la conformité de tous ces produits ?
khali :
Le cycle infernal revient chaque fois que le pays se mobilise pour accoucher de textes balisant l’avenir du pays. la mafia de la destabilisation est tellement active pourque les choses sérieuses soitent prise en charge par l’état. finalement le monopole de l’état est une bonne chose evant les mafieux du trabendo. je préconise que tout ce qui attrait à l’alimentation, aux soins, soit étenu par l’etat (revenir à l’onaco, ofla, etc.)
nigrobabay :
un etat elf leila ou leila.
médecin :
mais ou est donc ce ministère à la con c’est un état 1000 cauchemars et cauchemar à quand ta démission monsieur ould abbas ?depuis ton arrivée à ce ministère l’état de la santé dans ce pays ne fait que se dégrader jusqu’au stade de coma actuellement, peut être vous attendiez la déclaration de son décès ??!!!! ça sera trop tard monsieur le ministre
daksi :
vous accuser toujour le ministere regarder ces pharmaciens qui loue leur diplome et ce celui qui vent le detail et le gros en meme temp c’est la honte pour not diplomer et il cherche dout viens la punerie des medicament vraiment hchouma apres cherbale smati bouaoud ya plus de pharmacien ce diplome et devenus un chifonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn
Commentaire n°101903 :
QUELS SONT LES Medicaments qui manquent ?? des exemples s’il vous plait.
inconnu :
la pharmacie, les médecines humaines,vétérinaire et l’odontologie ...des branches ou des pompes à fric ou l’humain compte par son potentiel argent.il n’y a +de conscience professionnelle, +d’hymanisme, que du profit, du profit et encore du profit. et que penser du CH Saadna Abdenour où il faut apporter soi même ses fils de sutures .. c’est affligeant et tout le monde le sait mais qui condamner

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus