Accueil > Culture >

Louziaa, une tradition qui survit dans nos villages

dimanche 31 juillet 2011, écrit par : Rachid Sebbah, mis en ligne par : Boutebna N.

Louzia est l’une des traditions qui survivent encore au village Lemroudj de Draa Kébila. Elle peut se définir comme étant une manifestation de solidarité permettant de renforcer les liens d’unité entre les membres de la communauté et à procurer des moments de joie aux jeunes, eux-mêmes appelés à la perpétuer.

L’avant dernière manifestation de ce genre remonte au 29 mars 2007, date qui a coïncidé avec la célébration de la naissance du Prophète Mohamed (que le Salut de Dieu soit sur lui). Ce jour là, jeunes et vieux se sont rassemblés sur la prairie située au milieu de la localité et ont immolé trois bœufs achetés par le comité du village (Thajmaath) avec l’argent versé par les chefs de familles. Aux yeux de tous, l’évènement est important, d’autant plus que la précédente manifestation de ce genre remonte à environ dix sept ans. Donc, les jeunes de moins de 20 ans ne savent pas ce que c’est ; il la découvre pour la première fois.

Tous les habitants du village savaient que le 29 mars 2007 serait un jour de fête et, par conséquent, de bonne heure, ils se sont rassemblés sur la prairie tant pour contribuer activement aux travaux de préparation que pour contempler les gestes et mouvements de chacun tout en exprimant leur joie.

Très tôt le matin, la foule ne cessait de s’amplifier ; les hommes chargés d’immoler les trois bœufs ont ramenés ces derniers attachés par des cordes pour donner l’occasion à l’assistance de les contempler pour la dernière fois.

Pendant qu’ils s’attelaient à les immoler puis à leur enlever la peau et à couper la viande en morceaux, vieux et jeunes se racontaient de vieilles histoires ayant ou non une relation avec la manifestation.

Après que la viande ait été coupée en morceaux, elle est répartie en parts égales de sorte à ce que chaque foyer en reçoive une. La viande est déposée sur un tapis de branchettes d’un arbuste appelé ici « Thilouguith », dont les propriétés médicinales sont connues de tous ; il est très répandu dans la région.

Une fois toutes les parts prêtes, l’Imam du village, entourées de tous les participants, prononce la « Fatiha », sourate du Saint Coran, avant que le principal responsable de Thajmaath n’appelle les bénéficiaires et ne les invite à prendre chacun la part qui lui revient.

Après épuisement des parts de viande, il ne reste qu’à se séparer en se donnant rendez-vous pour la prochaine occasion ; car Louziaa n’est pas une manifestation liée à un événement précis ou à un jour de l’année préalablement défini. Elle peut avoir lieu à d’autres occasions telles que Laid Améziane (fête religieuse qui suit immédiatement le mois du Ramadhan – le jeûne), au lancement des travaux de construction d’une mosquée ou de la fin des travaux de cette dernière, etc.

A préciser que les têtes des trois bœufs immolés ont été mises à prix aux enchères ; occasion pour tous de rigoler un peu et de se faire des souvenirs inoubliables.

A ce sujet, une fois, lors de Louziaa, une vieille dame avait demandé à son mari de lui ramener la tête du bœuf immolé et ce, quel que soit le prix. Mais de peur que son époux n’accède pas à son vœu, elle prend la précaution de demander la même chose à Dahmane, un de ses proches.

Au moment des enchères, au départ, il y avait plusieurs personnes intéressées par l’acquisition des ces têtes. Mais au fur et à mesure que le prix grimpait, les prétendants se retiraient un par un ; sont restés deux concurrents, le mari et le proche de la vieille dame. Ils avaient continué à faire de la surenchère pendant un bon moment avant que le mari n’abdique.

Le soir, en rentrant chez lui, Da Slimane, époux de la vieille dame nommé Aadada, fût étonné de voir une tête de boeuf chez lui et demanda alors à sa femme d’où provient-elle ? Elle lui avait répondu que c’était Dahmane qui l’avait ramenée à sa demande. En raison de sa grande sagesse, au lieu de s’en prendre à son épouse, Da Slimane éclata de rire et il s’est toujours souvenu de cette merveilleuse scène.

Ainsi, Louziaa renforce les liens entre les membres de la communauté notamment en perpétuant l’esprit de solidarité. Aux yeux des gens du village, ce n’est pas la part de viande qui est importante mais la joie de se retrouver tous ensemble. A cette occasion du mouloud du 29 mars 2007, beaucoup de personnes vivant hors du village ont été rencontrées ; certaines d’entre elles ne sont pas revenues depuis longtemps ; d’ailleurs, Nordine, un cousin établi en France, est venu spécialement y assister.

A noter que Thajmaath est le comité composé de sages du village, dûment mandatés pour gérer les affaires communes telles que Louziaa, la construction et l’entretien de la mosquée, la réfection des fontaines et des routes, la distribution de l’aide aux familles nécessiteuses, etc. Les personnes qui le composent veillent à la stabilité au sein de la communauté villageoise et participent à la résolution de conflits qui peuvent surgir de temps à autres.

Le comité du village Lemroudj a réédité Louziaa le 19 mars 2008, à l’occasion de la célébration de la naissance du Prophète Mohamed (que le Salut de Dieu soit sur lui).
Comme en 2007, pour les habitants du village, ce fût l’occasion de se rassembler et de manifester leur joie, de se raconter des histoires et de faire remonter à la surface les traditions et rites qui tendent à se faire oublier.


Partager cet article :
22 commentaire(s) publié(s)
bis :
On rabache ; mais même le vieux Socrate le fait ;dit-on !
essss :
mazal elkhir rabi yedewem n’challah
Changla :
Merci pour le recit . Louzi3a a des regles tres bien definis...vos sages(l30uqal) du village doivent intervenir,je ne suis pas fort en religion mais je crois qu’il ya une (....) quelque part...Inama al a3malou bi niyati...Saha Ramdhankoum wled lemroj sans oublier wled ali ,ith s3idi et aqerqar....
Commentaire n°106869 :
C’est le signe de la paupérisation du peuple. Incapable de se payer la viande, on se retourne vers une pratique du temps de la misère durant le colonialisme.
Changla :
Une bonne action est la bienvenue. ...et le miserable sort un peu de sa misere en cotoyant le fils du riche,ou dans la foulee on ne reconnait ni le riche ni le pauvre,tous la main dans la pate,citadins villageois se retrouvent entre fils de villages apres de longues absences,il ya des cousins qui ne se connaissent pas et c’est le moment propice pour faire connaissance,celui qui a un litige avec un voisin ou un cousin c’est le moment propice pour une reconciliation...manifester son attachement a son village ancestral en marquant sa presence.....etc etc ...ni calculs ni autre chose .... je ne peux enumerer toute cette philosophie que nos aieux nous ont legues,qu’on soit a leurs tailles ou faisant un peu mieux tel est mon souhait...Ramadhan Karim.
BDS :
Mai pourquoi ceux qui nous gouvernent actuellement ne font pas louziaa des rentes du pétrole pour tout le peuple algérien. Manger de la viande est devenu un prestige.
bensemra nacer :
nostalgie ,cet article ,me rappelle,la convivialite et la solidarite qui existaient jadis, les voisins d un meme quartier cotisaient et a chaque occasion, ils sacrifiaient un belier ou un mouton . ,la repartition a parts egales incluait le voisin demuni, la veuve,ses habitudes renforcaient la cohesion sociale et la solidarite . nous avons perdus nos bonnes traditions ce qui a entrainer une destructuration de notre tissu social.Actuellement les voisins ne se connaissent meme pas,la culture du sac poubelle noir pour que le voisin ne voit pas a l,interieur a pris la releve du couffin en osier de nos grands parents. l,individualisme,le clinquant et le m,a tu vu d,arrivistes sans culture ni humanisme font que louziaa appartient au passe dans nos villes,heureusement que nos villages perpetuent encore ses valeurs de notre (...)
bichou :
Je salue la bonne action que ces villageois ont pris pour refaire vivre une bonne tradition à caractère social que jadis nos parents et aieuls avaient l’habitude de pratiqueren guise de solidarité sociale et faire sentir à son prochain qu’il existe aussi. Pourvu que cet exemple soit une habitude. RAMADHAN KARIM INCHALLAH
inconnu :
nous patientons ,dans deux mois, nous mangerons de la viande achetée la peau du c*l par des vauriens qui profiteront de l’Aïd el kébir pour bien sur s’enririchir , ils n’en ont cure des pauvres dans un pays qui entend l’appel à la prière 5fois par jour.quelle hypocrisie
houda :
la zouia3a est pratiquée depuis toujours en Algérie :02 barils pour moi un pour toi 1/2 pour lui.Tu importes les bananes,laisses moi le sucre.....Donc ce n’est pas nouveau et on s’en fou du pauvre !
anis :
Vous avez vu cette photo ? une image qui ressemble étrangement aux gens misérables de chronique des années de braises on ne lis aucune joie ,ni enthousiasme dans leurs yeux,que de la tristesse ! des mômes qui attendent,le saut à la main, le verdict .la zouia3a n’est ni une tradition ni sidi zekri,c’est un moyen pour le propriétaire du bélier ou du mouton d’écouler sa marchandise avant qu’elle ne crève pour limiter les dégâts.
bichou :
@ Anis tu te trompes , moi j’ai bel et bien à maintes reprises assité à LOUZI3A, et c’est une tradition que peut être tes grand.parents ou parents omis de te la raconter. Quant À la photo, elle ne reflète pas la LOUZI3A mais des mômes pris à froid dans une humeur peu joyeuse, j’avoue. Salam
Mustapha B. :
Beaucoup de fierté ! à nos chers villageois, après avoir remercier l’ecrivain de cet article, qu’on le respecte et on lui souhaite tout le bonheur. cette belle tradition qui existe depuis x temps, qui rassemble les gens de toutes categories de la société, je crois que c’est un exemple à suivre pour s’arranger, s’unir, revivre et partager les bonnes valeurs, ce n’est pas facile ! dans le temps où le matérielisme a domminé à 100%. je félicite nos compatriotes pour ce jest humanitaire et je leurs souhaite que de succes pour d’autres occasions. saha ramtanwen a yith lemroudj.
Mala :
c’est depuis 2008 que cette tradition n’a pas ete faite...c’est bientot les elections 2012 on se rememorera de cette belle tradition...
Commentaire n°107034 :
Quand je regarde l’image on dirait qu’on est encore au temps des maudits colons , oui pour des actions sociales mais il faut progresser avec l’hygiène et pourtant on manque pas de plastique ni de papier ni de table , sur la photo les gens ont l’air misérables , la viande n’est pas vraiment nécessaire car on peut remplacer son apport en protéines avec d’autres aliments. La viande coute beaucoup pour l’environement et son index carbone et très élevé donc elle est très couteuse pour l’écologie . On peut se contenter d’un repas avec viande par semaine ca sera mieux pour la santé.Sahara ftourkoum.
jbaili :
c’es t la montagne et au mois de mars il fait tres froid...on a pas les sens de la pause...
Commentaire n°107077 :
Mustapha B Il n’y a là aucune fierté ,ni une véritable tradition au sens culturel du mot mais c’est LA MISÈRE qui pousse ces gens a se regrouper pour pouvoir y arriver a manger un peu de viande.
madjid 1975 :
je suis entièrement d’accord avec Anonyme-107077
Tobna :
c’est dans et grace a la MISERE que le peuple algerien a fait sa revolution...celui ou celle qui n’a pas vecu ces moments ne peux donner un avis juste sur cette noble initiative qu’est louzia... a lire certains com,il y a des algeriens qui croivent que l’ouzia est une initiative journaliere...Yaw mel mousem lelmousem...idurar i d-el amriw !Saha l’fator nwen(nkent)...
houda :
Tobna ! non c’est grâce aux gens qui ont fait la guerre 40 45
inconnu :
bien sur qu’il n’y a pas de pauvres en Algérie, il n’ya ques des riches qui se partagent l’ouziaa, d’après certains énergumènes qui veulent à tout prix se faire remarquer mais ils ne le seront jamais au regard d’intellectuels avertis qui ne versent pas dans le sensationnel
benahmed mohammed :
Salam fellawen jmii, celui qui n’a pas vécu la misère, n’a rien compris encore a la louziaa, saha lafdhour enwen

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus