Accueil > Culture >

Parution du roman « La Bataille de Sétif »

samedi 15 octobre 2011, écrit par : Nabil Foudi, mis en ligne par : Boutebna N.

Intitulé « La Bataille de Sétif », un roman de fiction traitant de l’histoire coloniale dans la région de Sétif vient de paraître aux éditions de l’Harmattan en France .

Écrit par Dr Abdelkader Benarab, l’ouvrage de 160 pages, raconte dans sa première partie le meurtre du lieutenant « Said », un agent de l’armée française qui sème la terreur dans le petit bourg de Ain Margoum dans la région de Bougaa. Ce meurtre est commis par Dahmani, héros de l’histoire. Le roman consacre sa deuxieme partie, aux maquisards qui se dirigeait vers Sétif pour commettre d’autres attentats. L’action se passe dans la ville avec la une description des ses rues, ses bâtisses, le lycée Albertini (Mohamed Kerouani) etc. Dans ce roman , on relève des actions militaires (attaques de postes et attentats contre l’armée française) mais il y a aussi beaucoup de descriptions de lieux qu’on peut situer aisement aujourd’hui.

Le Dr Abdelkader Benarab est un universitaire, connu pour ses publications sur la culture et la littérature du Maghreb et de l’Afrique. Il était l’invité de Sétif Info durant le mois de janvier 2009. Il a collaboré à la publication de l’ouvrage Maghrébins de France paru aux éditions Privat qui a reçu le prix de la sélection Amitié franco-arabe. Son dernier ouvrage publié en 2010 aux éditions Alfabarre traite de Frantz Fanon. Il a fait l’objet de traductions en arabe, en anglais et en espagnol.

Ce roman fera bientôt l’objet d’une édition à Constantine.


Partager cet article :
25 commentaire(s) publié(s)
scarlett :
Merci Nabil Foudi, merci Sétif -info, Salam,
omar khayam de bougaa :
il ya lieu de preciser que ain margoun se situe du cote de bougaa et ce netait pas la bataille de setif mais la bataille du peuple algerien contre le colonialisme et linjustice.
BDS :
Dr Benarabe, c’est intéressant de lire ses écris. Merci setif info pour cette info. Mais moi le Said de Ain mergoum dont mon défunt père m’avait parlé fut un grand moudjahid(chahid), de quel Said s’agit-il alors ?
badidou :
Veuillez corriger svp le titre:c’est la bataille de ain magroun a Bougaa et non Sétif,il n’y a jamais eu de batailles dans les villes sauf peut être Alger qui était un territoire autonome.Des attentats oui ! mais bataille c’est un peu trop
Commentaire n°111838 :
En appelant le héros du roman lieutenant Saïd ,certainement harki , l’auteur ne fait que confirmer que les Algériens en tout temps et le plus souvent n’ont jamais eu à se plaindre que d’eux mêmes ......
BEGAGABDOU :
Il faut savoir lire entre les lignes ;« La Bataille de Sétif » et un roman de fiction traitant de l’histoire coloniale dans la région de Sétif et Bougaa est une des pricipales daira de la wilaya de setif ...Quand au lieutenent Said ce n’est qu’un nom de fiction...sans rancune merci......
Commentaire n°111850 :
bonjour il y a erreur dans votre article MR NABIL, c’est en anglais, pas en anglaise mdr cordialement
INconnu :
Il s’agit d’un ROMAN et non de la réalité historique , donc les faiseurs d’amalgames , allez lire ailleurs....
Commentaire n°111861 :
il a oublier la grenade qui a exploser a la messe des officier français que mon oncle devais lancer et eu peur au dernier moment alors son neveu s en est charger ((( oncle ou neveu le résultat est le même)))
Ben Toumert :
En attendant de lire et découvrir Abdelkader Benarab,une bonne nouvelle Boualem Sansal a été primé à Francfort
mayad :
à badidou pourquoi avoir l’esprit si restrint ,bougaa a toujours fait partie de setif ,un attentat dans un village,une bataille dansune ville ,l’imporant est que tout le monde ait contribué à la libération de ce pays adoré,et ils l’ont fait ,et ils ont chassé l’intrus de chez eux 1500000bravo ,du nombre de nos valeureux martyrs ,sans oublier villageois et citadins partout en algerie morts pour que nous réspirions la liberté..
tintin :
à mayad : Tu dis : l’imporant est que tout le monde ait contribué à la libération de ce pays adoré. Tu pousses un peu fort, jeune homme. Le jour où les archives seront mises à disposition, tu sauras que seulement un faible pourcentage du peuple a effectivement participé à la révolution. Le reste tenait le baton par le milieu et attendait le vainqueur. ET C’EST CEUX-LA QUI ONT GAGNE, PUISQUE TOUTES LES REVOLUTIONS DEVORENT CEUX QUI LES FONT, ET LES OPPORTUNISTES ET AUTRES ENTRISTES TROUVENT LEUR COMPTE.
parla:baghla :
LA BATAIL DE SETIF CEST APRÈS LA GUERRE PENDANT QUE LES BOUGAAIS LES SABRIS LES BERRY (MONTAGNARDS) FÊTAIENT L INDÉPENDANCE LES ARABES SETIFIENS CASSAIENT LES PORTES DU HARATES ET APPARTEMENT MAIS VIVE L ALGERIE ET LES ALGERIENS
petra :
Vraiment ! quel débat !!c’est une honte !
hasna :
Bravo Dr BENARAB pour ouvrage
ALGERIEN DE SETIF :
De Bougaa ou de Tambouktou, se sont des hommes (صدقوا ما عاهدوا الله عليه), qu’avais vous vous fait pour vous même et non pour l’algerie ? un grand salut pour les montagnards qui ont accueilli les citadins, et grâce a eux l’algerie et libre .
Sabri :
A celui qui se prenommeparla:baghla je ne pense pas que vous etes un vrai Setifien,ou vous n’etes pas en age de parler de l’histoire de Setif.
SABRI :
A « parla:baghla » les SABRIS font partie des AMEURS qui sont les anciens habitants de Sétif.
Scarlett :
Ben Toumert Merci pour Boualem Sansal que je ne connais pas, Salam
3amri horr :
A « parla:baghla » les SABRIS ont existé a Setif bien avant 1830 et même avant la construction de la ville de Setif comme toutes les 12 branches qui forment LES AMEURS
Ben Toumert :
Scarlett si vous voulez découvrir l’ame algérienne post indépendance,je vous le conseille vivement ainsi que Yasmina Khadra,Rachid Mimouni,Rabah Belamri et j’en oublie pour pénétrer encore plus profondemment cette ame Mohamed Dib,Mustapha Lacheraf,Mouloud Mammeri ,Fathma Amrouche,Rachid Boudjedra et j’en oublie encore je ne connais Abdelkader Benarab (je vais essayer de me procurer son livre)et je remercie Setifinfo de nous le faire découvrir
scarlett.pivin@club-internet.fr :
Ben Toumert, J’ai commencé à lire des auteurs algériens : Rabah Belamri,Rachid Mimouni, Rachid Boudjera, Mohammed Dib, Kateb Yacine,Mouloud Mammeri, Actuellement, je lis : Femme sans visage de Rabah Belamri. J’ai eu un échange avec un internaute sur les livres, et je disais que les auteurs que j’ai commencé à lire, parfois, me déconcertent dans la manière dont se déroule le roman, Je suis souvent perdue car les auteurs font des allers et venues dans le présent, le passé, sans prévenir, sans faire de transition,et aussi, parfois, je ne sais pas si le roman est dans la réalité ou en lien avec l’iréel, pareil, sans transition, mais si ça me déconcerte, je me laisse porter par le livre, et comme j’aime beaucoup lire, ce n’est pas un problème, au contraire, Quand on veut approcher un pays, les livres sont indispensables,car ils témoignent d’une autre réalité,, d’une manière de vivre, de pensée, enfin c’est bien. J’ai commandé le livre d’Abdelkader Benarab près de chez moi. (...)
BRIHI Djamal :
Salam, Toutes les publications sont les bienvenues, surtout celles qui traitent de la région Sétif et environs. Les statistiques montrent que les Algériens ne lisent pas beaucoup comparés à d’autres. Ces livres nous éclairent sur notre histoire qui reste méconnue des Algériens surtout des générations actuelles. Je n’ai pas eu encore le plaisir de lire le livre du Dr BENARAB, je le ferais dès que l’occasion me sera donnée. Notre région est belle et riche de son histoire ancienne et surtout de celle relative au mouvement national, elle a donnée des grands NOMS. De nombreux Moudjahidines sont morts au combat dans des batailles avec l’ennemi colonial, d’autres ont survécu, qu’ils apportent leurs contributions pour que nous puissions réapproprier notre propre histoire. Bonne lecture. (...)
baghla baghla :
Beaucoup d imposteurs durant la révolution. On etait a 26000 moudjahids a l indépendante et maintenant on est 400 000 moudjahids fils cousin etc.. Même dr. Kader ou hafid sont fils de moudjahids. On n est pas sorti de l Auberge.
Abdel Marseille :
Nous sommes des gens du passé, la seul éternelle histoire cette période coloniale à croire qu’apres l’indépendance on a cessé d’exister. Il serait bon de se tourner vers l’avenir pour enfin donner l’espoir à nos enfants, ne plus importé des produits finis,mais les machines pour produire redonner envie à nos cerveaux ,et Dieu sait qu’ils sont nombreux, de retourner au pays.Cet cette littérature que l’on a besoin, celle qui nous projette dans le futur qui nous rends fière d’être Algérien.On a besoin du passé pour expliquer le présent, qu’en a nous pas de présent donc inutile de parler du passé.On n’existe pas.Et Dieu c’est que l’on a le potentiel de scientifique pour exister, mais, ce fameux mais qui nous ramène à cette guerre, on arrive même à leur donner des prix, a ceux qui racontent le mieux cette période. je pense que nos martyres auraient espérés mieux, pour notre (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus