Accueil > Santé >

Les urgences médicales submergées durant l’Aïd

mardi 8 novembre 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Décidément, les jours de la fête de l’Aïd à Sétif ont enregistré pas mal d’accidents domestiques signalés un peu partout à travers la wilaya de Sétif.

Ainsi, chez ceux qui ont accompli eux-mêmes le rite du sacrifice, de nombreux accidents ont été dénombrés. Une soixantaine de personnes victimes de blessures ont été admises au service des urgences du CHU de Sétif, suite à la manipulation des couteaux utilisés dans l’opération du sacrifice ou autres outils indispensables pour découper le mouton.

D’autre part, le même service a enregistré l‘admission d’une quinzaine de personnes victimes de brûlures.

Par ailleurs une dizaine de personnes ont été les proies d’intoxication suite à la consommation de produits alimentaires douteux.
Selon des sources médicales sûres, plus de 230 personnes ont été pris en charge par les urgences de ce service. Ces derniers ont été admis pour différentes pathologies et accidents domestiques déjà signalés.

Il importe de souligner que les parents des personnes admises que soit aux urgences du CHU ou celles de la pédiatrie, ont été ravis de voir leurs enfants pris en charge dans ces services par des équipes de garde bienveillantes.


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
achraf :
bravo aux urgences, on a de l’espoir pour notre pays
Gomez :
C’est pas nouveau, ça. Ce genre d’accidents est plus fréquent qu’on ne le pense. J’en connais un qui l’a échappé belle. Il n’avait jamais pratiqué le sacrifice rituel et n’avait jamais auparavant tenu un couteau dans sa main, C’était donc sa toute première expérience. On lui a donné un couteau bien effilé. Il s’est saisi de la glotte (guerjouma) du mouton à sacrifier, et en glissant le couteau, le mouton a commencé à se débattre violemment et a donner des coups de pattes sous l’effet des convulsions. Il a donc perdu le contrôle de sa proie, et du couteau qui était passé à un demi-millimètre de ses doigts et a bien failli les sectionner. Ce geste d’apparence anodine doit être fait de préférence par un boucher spécialisé. Quand on ne sait pas faire, il vaut mieux laisser quelqu’un qui s’y connait accomplir ce (...)
Commentaire n°113546 :
60 personnes blessées !!!! On s’était trompé de bêtes , je suppose.....Consommation de produits douteux , manipulation incorrectes ; brûlures !!mais qu’a l’Aïd à voir dans tout ça...
Abdel Marseille :
le peuple ne compte que sur lui même, et bravo à cette équipe.
Commentaire n°113578 :
90% de leguia de tro mangé viende
bichou :
Rien n’est règlementé dans ce pays finalement, même le couteau n’appartient plus au boucher ! Le reste est sans commentaires !!!!
houda :
Anonyme-113546 et 113578 Les animaux que nous sommes ne sont pas forcement bêtes,les couteaux et les haches sont tellement aiguisés qu’un accident peut arriver a n’importe d’entre nous.Ne nous prenez pas pour des moutons !!!manger trop de viande ce n’est pas la leguia qui vous prend mais l’occlusion intestinale aiguë qui vous mènera directement sur la table du chirurgien .Vous pouvez ensuite rigolez quand vous vous réveillez et vous trouveriez une pochette en plastique accrochée au ventre et sans orifice naturel qu’est l’anus
INconnu :
L’AÏD el kébir est un rite solonnel du sacrifice d’abraham. il n’est pas dit qu’il faut manger la bête et se rendre malade au point d’aller aux urgences ; C’est l’esprit de fête qui permet tous les excès et donc tous les risques y compris les urgences digestives par ignorance.
cherifa :
sobhane allah les urgences yakhadmou 60 blessé
ben ali :
l’intoxication alimentaire est sans doute du a la decouverte par le metabolisme des algeriens de ce qu’est une proteine animal !! beaucoup d’algeriens perdent la capacityé a assimiler ce genre de molecule faute d’exercice- ca change en effet du zith zitoune !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus