Accueil > Culture >

Le grand poéte Rabah Belamri disparu en 1995 reviendra à l’occasion du salon du livre de Sétif.

dimanche 15 avril 2012, écrit par : A Nedjar Sétif info., mis en ligne par : A. Nedjar

Ayant perdu sa vue à l’age de 16 ans,il ne subsistait pour Rabah Belamri que son cœur et sa sensibilité pour voir ce monde notamment son pays et son peuple qu’il dépeint avec des mots et des maux dans de brillantes fresques romanesques,littéraires et poétiques .

Longtemps confiné dans l’oubli , voir dans le mépris de l’ enfant du pays , à l’occasion du prochain salon du livre de Sétif Rabah Belamri ,ce grand écrivain de la génération d’après- révolution ,décédé en 1995 à Paris ,voici que 18 ans presque de sa disparition,ses amis se sont attachés à le ressusciter , l’espace du salon ,pour retracer son parcours extraordinaire,jalonné par un destin tragique car il perdit la vue à l’age de 16 ans alors qu’il était brillant élève du Lycée Mohamed Kerouani.

Le parcours atypique, le génie,l’œuvre,les écrits pleins de romance ,de souvenirs et de sensualités de Rabah Belamri méritent d’être connus et reconnus du grand public et de la jeune génération privée de ce droit.Tout le monde s’accordera ainsi un instant pour commuer avec l’esprit et l’âme de ce grand poète pour qui et pour bon nombre d’entre eux ,il ne les a jamais quitté .

Pour notre part,nous réitérons ce que nous avons formulé dans ces colonnes à son propos de en Mars 2009 :

".....Cependant, les grands ne meurent jamais. Lorsque je relis des passages de son livre « Soleil sous le tamis » je ne perçois plus guère ce « Regard blessé » ou ce « Chemin de brulure », je ne
revoie que ce large sourire de Rabah qui appelle à l’amour et à la générosité des ces talents perdus ,une « Rose rouge »dans la main alors que « Les grains de la douleurs » ne feront partie que du souvenir"

Nous reviendrons avec plus de détails dès que les promoteurs ,organisateurs et intervenants, auront arrêté un programme précis.

En marge de ces travaux ,se préparent dejà bien d’autres au niveau national à l’occasion du 50 anniversaire de l’indépendance d’Algérie
pour une reconnaissance et un hommage mérités.

Nous vous renvoyons au lien ci-après pour redécouvrir la biographie et la bibliographie de cette immense talent , homme de lettres.
http://www.setif.info/article3122.html


Partager cet article :
43 commentaire(s) publié(s)
berri mazel ayeche fi stif :
tres bonne nouvelle je vais pouvoir acheter ses romans que je ne trouve nulle part.
Bougaa setif :
rabah belamri est honore par tous ceux qui l’ont connu partout en algerie ,en france ; au monde entier :ces oeuvres ont ete traduits en plusieurs langues meme en japonais ;en allemand. sauf dans son village natal bougaa. OUBLIE.meme le centre culturel qui devrait etre baptise en son nom a ete devie. quand est ce qu’on verra son nom honore en baptisant le centre culturel un lycee ; un pole universitaire...... pourtant kateb yacine est aussi de Bougaa :il ya plusieurs etablissements baptises par son nom. merci pour ceux qui honorent la culture. merci de lire les oeuvres de RABAH BELAMRI
Bougaa setif :
Bibliographie • L’Œuvre de Louis Bertrand, miroir de l’idéologie colonialiste, Office des Publications Universitaires, Alger, 1980. • Les Graines de la douleur, contes populaires algériens, Publisud, Paris, 1982, • La Rose rouge, contes populaires algériens, Publisud, Paris, 1982. • Le Soleil sous le tamis, récit d’enfance autobiographique, Publisud, Paris, 1982, • Chemin de brûlure, poèmes, Éditions de l’Orycte, Paris, 1983. • L’Oiseau du grenadier, contes algériens, proverbes et souvenirs d’enfance, Flammarion, Paris, 1986. • Le Galet et l’hirondelle, poèmes, l’Harmattan, Paris, 1985, • Proverbes et dictons algériens, L’Harmattan, Paris, 1986. • Regard blessé, roman autobiographique, Gallimard, Paris, 1987, Prix France-Culture 1987. • Jean Sénac : entre désir et douleur, essai, Office des Publications Universitaires, Alger, 1989. • L’Olivier boit son ombre, poèmes, Edisud, Aix-en-Provence, 1989, • L’Asile de pierre, roman, Gallimard, Paris, 1989, • L’Ane de Djeha, (...)
Bougaa setif :
Sur Rabah Belamri • Les Mots migrateurs, Une anthologie poétique algérienne, présentée par Tahar Djaout, Office des Publicationsnotices et commentaires de Charles Bonn, Le Livre de Poche, Paris, 1990 Universitaires, Alger, 1984. • Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, Editions Karthala, • Anthologie de la littérature algérienne (1950-1987), introduction, choix,
Commentaire n°134392 :
Merci bien noté !a quand le prochain livre ?
berri mazel ayeche fi stif :
a bougaa setif .nul nest prophete dans son pays.bougaa et sa region a donne des grands dans tous les domaines mais helas quelque uns sont reconnus ailleurs mais chez eux rien du tout enfin dieu reconnaitra les siens ya si bougaa car la betise et la mediocrite regnent en maitres dans notre pays et pourtant bougaa a connu un grand depute-maire mr benachour que je salue par loccasion.
belqiss :
Enfin !!!!!!!! j’ai découvert rabah Belamri à travers la lecture de ses oeuvres , on me les avait juste passés , j’ai beau chercher à travers les librairies ses livres ....helas ... A part quelques privilegiés de Bougaa qui possèdent ses livres , c’est pire que chercher une aiguille dans une botte de foin ! et pourtant c’est un enfant du pays ...malgré sa cécité , il a continué à baigner dans la culture de l’autre côté de la méditterannée ...en racontant des contes aux enfants des écoles ... aurons nous le bonheur d’acquérir enfin ses livres ?
IZORAN :
Il n ’est jamais trop tard pour bien faire... Merci .
hadj ahmed :
C’est avec les yeux noyés de larmes que je rends un hommage des plus fraternels à rabah Belamri dont j’étais le condisciple au lycée Kerouani. Il incarnait à travers son doux visage la quintessence de la bonté. Un jour j’ai appris que son absence était due à ses difficultés de vision et c’est alors comme si c’était moi qui suis devenu aveugle de ne plus le revoir. Je garde jusqu’à ce jour son souvenir émouvant et depuis son départ j’ai compris que la vie ne faisait parfois aucun cadeau. Bien plus tard, je suis arrivé à la conclusion que si Allah en a décidé ainsi, c’est qu’il sait ce que nous ne savons pas : Bismi allahi arrahman arrahim, Oua 3assa an takrahou chai’ann oua houa khairoun lakoum , oua 3assa an touhibbou chai’an ou houa charroun lakoum, oua Allahou ya3lamou oua antoum la ta3lamoun Sadaq Allah al 3aliy al 3adhim. Je prie Allah de le couvrir de sa douce miséricorde. (...)
tintin :
Enfin une bonne nouvelle et pas que du négatif que nous lisons sur Sétif-info !! Ce n’est que du mérite de rendre hommage à Belamri, mais citons qu’il était d’abord élève au Lycée Albertini rebaptisé Lycée Kerouani. .
azzedine_ l’USMKhenchela :
C’est une bonne nouvelle ; je viens de découvrir des affaires trés importantes concernant Monsieur BELAMRI Allah yarhmou .Merci pour ces infos
CHOUIHI FROM CANADA :
ALLAH YARAHMOU OUA YAWASAÂ ALIH. INA LILAHI OUA INA ALAIHI RAJIOUNE.
samany diafat :
* je decouvre avec fierté que tout ceux qui sont passer par le lycee KIROUANI ont briller par la suite d’une facon ou d’une autre , l’un de mes voisins a DALLAS est un BELAMRI de BOUGAA je ne sais pas s’il ya un lien de parentée avec lui , bref je suis Fiere !
IZORAN :
Une grande opportunité a ne rater sous aucun prétexte pour découvrir, voir redécouvrir, cet auteur d’une grande sensibilité, je l’imagine.J’emploie le mot découvrir a propos de Belamri pour dire combien de son vivant peut nombreux connaissent son oeuvre,silence et chape de plomb dans les cercles littereux-cultureux. J’avoue en toute humilé ne pas connaitre l’oeuvre de cette écrivain,bien que son nom ne m ’était pas inconnu... Je m ’en veut et en veut aux autres nombreux a avoir gardé le silence .L’histoire et la littérature retiendront... Merci pour cet hommage au poète Rabah Belamri, enfant de Bougaa. Je sais ce qu’il me reste a faire...
hadj ahmed :
@IZORAN, Rabah Belamri est à l’image fidèle de nombreuses femmes et de nombreux hommes qui ont éclairé l’humanité et continuent de l’illuminer tout en restant dans l’ombre, soit par modestie, soit parce que leur génie ne suscite aucun intérêt pour ceux qui pensent avec leur portefeuille et leur fascination du bassement matériel. Nous avons plus besoin de leur flamme substentielle qu’eux de notre obscurantisme latent ou constaté. salam.
Commentaire n°134976 :
Je ne sais pas si l’oeuvre de Rabah Belamri plaira à tout le monde, parce que de son vivant, il n’était pas très aimé en Algérie : il n’était pas tendre avec la société algérienne bien pensante et hypocrite. Par exemple, dans Le soleil sous le tamis, il dénonce pas mal de choses, entre autres, la médisance et la méchancté des voisins à Bougaâ... sa soeur qui allait à l’école et était une bonne élève a fini par renoncer parce que le voisin a dit au père s’il envoyait sa fille à l’école pour apprendre la stamba... c’est comme ca qu’on gâche une vie... Dans un autre roman, il dénonce les abus sexuels d’un taleb tout ce qu’il y a de plus honorable qui abusait des petits garcons qui lui étaient confiés au djamaâ pour leur apprendre le Coran... etc... etc... seuls ses contes étaient en librairie, les autres livres, il fallait les acheter en France si on voulait les (...)
IZORAN :
@hadj ahmed Nombreuses celles et nombreux ceux qui ont tout donné a ce pays, passant par l’exil, la maladie,la solitude... Tout cela n ’est rien comparé a l’imposture, l’oubli le silence,le mépris ou l’amnésie simulée. les cultureux-autistes, et décideurs pour certains, oublient souvent qu’une oeuvre forte, SINCÈRE, reste vivante,battante comme un coeur, une lampe tempête dans la tempête,un phare contre le naufrage.Rabah Belamri est de ceux la. les oeuvres de l ’esprit tous mediums confondu ne cherchent pas la gloire,juste une reconnaissance afin de faire aboutir l ’oeuvre de toute une vie,une vie de partage,de legs,une flemme substantielle comme vous le dites. J’ai commencé par l’imposture,ce mal qui ronge les esprits,il est partout,ce glorifie de lui même et comme le ferait une métastase, il se multiplie, et ronge tout le corps d’une société déjà bien affaiblit. Le Seul protocole médicale qui nous reste pour combattre l’ ’imposture ,cette imposture imposé,c’est notre propre exigence d ’éthique dans (...)
IZORAN :
Il n ’était pas tendre avec la société algérienne(?) Pourquoi l’aurait était face a une société ultra conservatrice , bigote, composé du taleb, de l’épicier, du cafetier, du coiffeur, du cordonnier suivit du gaid-notable du coin qui supervise le bon fonctionnement du village-société de cet immense pays Algérie ? Y’a pas a dire Belamri c’est du terreau de rebelle....Et c’est grâce a ces rebelles du livre que les plaine les esprits s’embrasent pour encore un terreau meilleure. Plaire ou ne pas plaire a tout le monde, surprenante interrogation qui n’as pas lieu d’être posée.Comme si l’ écrivain écrivait pour plaire.
scarlett :
Mercı Setıf ınfo, j,aı decouvert Rabah Belamrı ıl y a un an a peu pres, J,aıme, et c,est sans commentaıre, Son parcours est hors norme, de part sa cecıte, ıl s,est battu pour etre autonome, de plus ıl a tout d,un socıologue, avec de l,humour, J,aı encore beaucoup de lıvres a lıre de luı, mercı pour la bıblıographıe, La vıe vaut le coup d,etre vecu, car sur cette terre, ıl y a des des regımes d, horreur maıs ıl y a des gens de qualıte, et ça, ça rechauffe, Salam a Rabah Belamrı quı ne mourrera jamaıs, et salam a tous ceux quı l,apprecıe
IZORAN :
Peut on définir un écrivain ou un poète de grand ? Oui, par l’originalité et l ’intransigeance de son oeuvre. le cas de Kateb, Belamri ,Mimouni, de Djaout nous le prouve. Ils continueront a marquer la littérature contemporaine algérienne par tout ce qu’il y a de noble,de courageux, d’intelligent ,de sincère, pour nous et ceux qui nous suivront, a commencer par nos enfants. Devrait il y avoir une liste gigantesque de grands auteurs qu’elle ne pourrat combler le gouffre béant des usurpateurs pseudo écrivains ,pseudo poètes, pseudo peintres,pseudo de pseudo de rien du tout qui font que agrandir la faille entre le lecteur et ( le grand) l’écrivain, le poète ,le peintre...La tache semble lourde pour séparer le bon grain de l ’ivraie tellement l ’espace littéraire et artistique est occuper par des usurpateurs d’identités. Ils sont légions et produisent a tour de bras une brume soufrée et trompeuse, la vigilance est plus que jamais de mise,et ce n ’est pas la réclame (publicité) irresponsables que (...)
IZORAN :
Dans mon court commentaire sur, qu’es ce qui fait qu’un écrivain est grand ? Il fallait lire IMPOSTEUR a la place de USURPATEUR, dans les deux cas c’est presque kif kif et cela reste sans conséquences pour nous . Un écrivain est grand parce qu’ il est bon tout simplement, bon comme du pain ne dits t’on pas dévorer un livre ?... Me reste plus qu’a vous souhaiter , un bon appétit, et une bonne lecture. Pour ce qui es de l’imposteur , vous es t ’il déjà arrivé de consommer un produit qui n’a pas de gout , voir, qui sent et suinte le pire, sans en avoir l ’esprit retourner ?...
mmnn :
Il me semble qu’il a fait l’objet d’un homage particulier dans le revue le Sétifois dans son tout premier numéro
IZORAN :
Q ce passe t ’il ?.. Il y avait un commentaire sur ce qui fait qu ’un écrivain devient un grand écrivain. Le commentaire est parti dans les limbes du pacifique ? Sinon a quoi cela sert de laisser- passer mon commentaire en date du 22 avril ,14 h:39 . Cela n ’a aucun sens... Connaissant cette vielle rengaine nommé, a moi les ciseaux ,a moi d’en découdre, j en ai fait fit pensant que écrire ...Tristes tropiques certainement,mais plus jamais de damnés de la terre, merci a toi Frantz Fanon et tant pis pour l ’apprenti censeur , il pourra toujours exercer ce pourquoi il est fait, lire les autres jouir et souffrir de ne jamais écrire. Vous salut bien Mrs dames.
scarlett :
La lıtterature algerıenne, C,est comme un souffle tıede sur un oasıs quand les ombres s,allongent, C,est la brulure du soleıl en pleın mıdı, C,est la nostalgıe de ce qu,on voudraıt, et ce quı a ete, C,est le rıre eclatant quı se perd dans le temps, Ce n,est nı hıer, nı aujourd,huı, nı demaın, c,est ıntemporel, C,est la beaute a l,etat pur, la lıberte de pensee, La lıtterature algerıenne, c,est comme le vıeux bazar egyptıen d,Istanbul, C,est un delıce de bruıts, d,odeurs, de savoır faıre, de fınesse, en lısant Rabah Belamrı, on apprend les coutumes, on rıt et on pleure, on n,est plus lecteur spectateur, on est dans le lıvre, Dans la lıtterature algerıenne, comme dans le bazar egyptıen, on perd ses reperes, Il n,y a pas plus ordonne qu,un bazar,contraırement a la logıque occıdentale. Je rends hommage a Rabah Belamrı. Salam aux amoureux eprıs de lıvres, et de (...)
Commentaire n°135574 :
Izoran 22 avril 15 h 05 Y’a pas a dire Belamri c’est du terreau de rebelle....Et c’est grâce a ces rebelles du livre que les plaine les esprits s’embrasent pour encore un terreau meilleure. Plaire ou ne pas plaire a tout le monde, surprenante interrogation qui n’as pas lieu d’être posée.Comme si l’ écrivain écrivait pour plaire. Qui a dit que l’écrivain devait écrire pour plaire ? Qui a dit que Rabah Belamri devait plaire ? Rabah Belamri n’a jamais voulu plaire, il avait une trop forte personnalité Il était question de cet enthousiasme soudain pour un écrivain méconnu de son vivant, pour un écrivain censuré de son vivant... maintenant, tout d’un coup, on parle de lui, on fait son éloge... mais je dis et redis qu’il n’aura pas la bénédiction des décideurs qui n’autoriseront jamais la publication d’une grande partie de son oeuvre dans laquelle il dénonce les faits et méfaits d’une société hypocrite et méchante (sinon il ne serait jamais parti définitivement en France, et beaucoup d’Algériens bien pensants (...)
scarlett :
Izoran j,,ecrıs sous fond d,un match de foot, bof bof.....Barcelone contre Turquıe et Barcelone gagne, ıl y a de l,ambıance, je vaıs essayer de me concentrer. Un eclaircısement Toute l,oeuvre de Rabah Belamrı n,a pas ete publıee en Algerıe**poınt d,ınterrogatıon. , encore aujourd,huı** Parce que avec ınternet, on peut avoır tous les lıvres que l,on veut, Pour les lıvres, ıl ne peut plus y avoır de censure grace a ınternet, Chıche pour moı, pas de probleme, je peux le faıre quand je seraı dans l,exagone, maıs pour cela, ıl faut que je mette mon nez dedans. et j,en aı deux ou troıs,, pas de nez, maıs de lıvres Le soleıl sous le tamıs Le galet et l,hırondelle Regard blesse que j,aı empreınte a la medıatheque Femme sans vısage empreınte L.Asıle de pıerre que j,aı aussı empreınte, j,aı beaucoup aıme ce lıvre, Memoıre en archıpel que j,aı empreıntee Je me suıs faıte une bıblıographıe pour la lıtterature algerıenne, et j,aı du boulot, Sı vous avez un lıvre specıfıque a me conseılle, je suıs preneuse. De pğlus, je (...)
IZORAN :
Je partage votre analyse sur la bénédiction des décideurs et les algériens bien pensant .Par contre je ne le suis pas du tout quant a proposer un extrait d’un des livres de Raban Bellamri, l’extrait (réducteur par essence ) ne pourrait remplacer le livre ,encore moins l ’oeuvre. Donc lire ou se contenter d’un extrait ? Le choix pour ma part est vite fait. La discution est ouverte , j y reviendrais.
scarlett :
Izoran et l,ınconnu du 24 avrıl 15h 05 Veuıllez m,excuser, j,aı attrıbue les propos de l,ınconnu..... a Izoran, Donc, je rends a Cesar ce quı appartıent a Cesar. Pour l,extraıt d,un lıvre de Rabah Belamrı, sur SI, ce seraıt juste pour permettre d,en faıre quelque chose, de precıs, demontrer, argumenter, provoquer des reactıons. Il est evıdent qu,un lıvre se lıt de A a Z. Salam aux lecteurs
nadir de bougaa :
le poete a toujours raison ...il voit plus loin que lhorizon...chanson de jean ferat que je dedie a scarlett pour lamitie quelle porte a mon pays et a toute lhumanite.
scarlett :
Nadar de Bougaa Je dıs souvent que Jean Ferrat me manque toujours, luı le poete, le pacıfıste mılıtant, lI a accompagne tant de luttes socıales, ıcı, avec ses chansons quı ne veıllıssent pas, Alors mercı, ouı, le poete a toujours raıson, les mots restent une force subversıve qu,aucune oppressıon ne peut faıre dısparaıtre, Salam
Commentaire n°135849 :
oui, scarlett sait tou, scarlett a toujours raison, alors scarlett ne sait pas qu’un extrait donne envie ou ne donne pas envie de lire un livre, scarlett ne sait pas aussi qu’un extrait peut donner beaucoup d’informations sur un livre, scarlett ne sait non plus que beaucoup de gens ne peuvent pas commander les livres qu’ils veulent lire sur internet... mais scarlett sait tout, comme toujours
scarlett :
L,ınconnu, ue du 26 avrıl 2012, 14.48 Personne ne saıt tout, personne a toujours raıson, je ne saıs pourquoı vous dıtes cela. Vous n,etes pas oblıge de defouler votre agessıvıte sur moı, c,est facıle de se cacher derrıere l,ınconnu de....... De plus, je suıs ok avec vous quand vous dıtes qu,un extraıt de lıvres peut donner un aperçu sur le contennu du lıvre en plus du resume,et peut donner envıe ou non de lıre, je n,aı pas dıt le contraıre . Pour l,achat en lıgne, j,aı dıt sur un autre theme en lıen avec les lıvres. que tout le monde ne peut pas avoır acces a ces achats. Moı meme, ıl n,y a pas longtemps que j,achete en lıgne et unıquement des lıvres. La dıfference de prıx est tres ınteressante, et comme le prıx des lıvres est eleve, ça peut valoır le coup, c.est tout. Salam
Commentaire n°136289 :
Recherche désespérément : Proverbes et dictons algériens, L’Harmattan, Paris, 1986. livre de Rabah Benlamri, que j’ai perdu par 2 fois... si quelqu’un pouvait me le procurer - merci -
Smati L. :
Recherche désespérément : Proverbes et dictons algériens, L’Harmattan, Paris, 1986. livre de Rabah Benlamri, que j’ai perdu par 2 fois... si quelqu’un pouvait me le procurer - merci -
Smati L. :
Recherche désespérément : Proverbes et dictons algériens, L’Harmattan, Paris, 1986. livre de Rabah Benlamri, que j’ai perdu par 2 fois... si quelqu’un pouvait me le procurer - merci -
Scarlett :
Smati L. : Je veux bien chercher en librairie en France, ou sur internet, si vous êtes d’accord, et si je le trouve, je vous préviens, Si votre problème peut se résoudre en Algérie, tant mieux, Salam,
belqiss :
toute contente de lire que le salon du livre à sétif allait faire revivre l’oeuvre de rabah belamri , je n’ai évidement pas raté cette première journée ...et ben ....wallou de chez wallou ...bon à part deux livres que j’ai trouvé par hasard ....pas trace de cet écrivain ! je suis vraiment déçue ! • L’Olivier boit son ombre, poèmes, Edisud, Aix-en-Provence, 1989 et Femmes sans visages ... c’est tout ce qu’il y avait ! quand on annonce en grande pompe que Rabah Belamri allait être à titre posthune honoré cela voulait dire que tout un stand allait être ouvert ! qui a eu cette idée de le faire sans s’assurer que ses livres allaient faire partie de ce salon ? ou trouver ses livres ailleurs qu’en France ?
Commentaire n°136608 :
Belqiss ca fait des années que les livres de Belamri sont épuisés, on ne les trouve plus, même pas chez amazon... peut-être chez des bouquinistes ou au marché aux puces. il faudrait que des éditeurs algériens rachètent les droits d’éditions chez Gallimard, Publisud, etc... mais en auront-ils les moyens ? ou seulement la volonté... les thèmes de Belamri ne sont pas du goût de tout le monde
Smati L. :
Pour Scarlett : Merci pour avoir répondu et merci par avance pour la recherche.. Salutations.
Scarlett :
Smati L. : J’ai trouvé 3 exemplaires du livre de Rabah Belamri : Proverbes et dictons algériens. ; Ils sont à peu près au même prix, en euros : 12 euros 32, Je vais aller voir en librairie, voir si il est commandable, et si oui, à quel prix. Je vais y passer, mais pas avant samedi, Je ne ferai rien sans votre accord, mais, ce qui peut se faire, c’est un échange de livre contre un autre, par exemple un livre de Rabah contre un autre livre de Rabah ou un autre auteur. Je vous tiens au courant, Salam, PS : je vais quand même régulièrement aller voir sur internet, car il peut y avoir d’autres offres, toujours du même livre.
Scarlett :
Smati L. : Je continue à regarder sur internet, il y a un nouveau livre, à 10 euros, en état neuf, Il est également disponible en librairie, il y a juste à le commander, 4 à 5 jours,chez Harmattan, il est à 13 euros, Mais, pour internet, il y a les frais de port qui se rajoutent, Donc, pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de différences entre la librairie et internet, Je ne sais pas ce que vous en pensez, de mon côté, je peux commander par internet, et en même temps, je me commanderai d’autres livres algériens pour moi, ,car les frais de port sont les mêmes pour un ou plusieurs livres, Ensuite, on peut faire un échange,entre le livre qui vous intéresse, et un livre que vous me proposez ? Salam,
Smati L. :
Pour Scarlett... merci pour votre dévouement.. faites ce qui vous arrange et ce qui ne vous dérange surtout pas...ok pour 2ième suggestion.. commandez le par internet...ensuite on verra pour modalités échange ou autre et encore mille merci. mon email pour la suite : louisa.smati@bluewin.ch et merci à Sétif Info pour ces échanges de communication.
Scarlett :
Smati L. : C’est d’accord, le temps que je me trouve un deux autres livres, sur internet, et je vous tiens au courant des étapes, Je vous écrirai à votre adresse mail, Salam,

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus