Accueil > Culture >

Réussite de la 3e édition du Salon du Livre de Sétif

lundi 7 mai 2012, écrit par : Nabil Foudi, mis en ligne par : Boutebna N.

Plus de 100 éditeurs animent la 3e édition du Salon du Livre de Sétif en cours du 30 avril au 8 mai au niveau du Palais des Expositions de la cité Maâbouda. Pas moins de 100.000 titres de livres y sont exposés entre 9h et 19h.

Cette manifestation à vocations culturelle et commerciale est organisée par l’ENAG et la wilaya de Setif sous le haut patronage du ministre de la culture.

Cette édition est très particulière par rapport aux deux dernières. En effet, les représentants des maisons d’édition déclarent, pour la plupart, leurs satisfactions totales.

Une organisation meilleure, ventes satisfaisantes, public plus intéressé, … etc. Tels sont les propos que nous avons recueillis sur place.

« Nous arrivons à vendre entre 30 et 40 livres par jour. Certes c’est mieux que la dernière édition mais ça reste insuffisant pour le niveau intellectuel du Sétifien. Il faut faire apprendre la lecture à l’enfance », nous témoigne un représentant d’une maison d’édition.


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
belqiss :
oui c’etait pas mal , je ne vais pas dire le contraire , sauf un floc ! on devait rendre un hommage à Rabah Belamri , il a été honoré à titre posthune , mais je n’ai pas l’impression que les éditeurs font des efforts pour chercher à l’éditer , il serait si simple de se mettre en contact de son épouse et voir ce qu’il en est . dans tout le salon , il n’y avait que deux de ses livres . madame la ministre devrait vraiment s’interesser à cet écrivain du terroir qui a du s’exporter pour être connu ailleurs que chez lui à Bougaa mais aussi à travers son pays
Commentaire n°137642 :
d’après le nombres des commentaires sur ce article il a bien réussi
Commentaire n°137690 :
C’est bien ce que j’ai déjà dit, belqiss, les livres de Rabah Belamri sont épuisés, c’est ca le monde de l’édition. Et sa femme ne peut rien faire, ce sont les éditeurs qui décident si un livre doit être réédité ou pas. C’est ca la loi, et ce n’est pas si simple comme vous le dites. Les maisons d’édition algériennes le savent parfaitement, c’est une question de sous De plus, Rabah Belamri a fait son temps, lui, c’était les années 1970-80, il n’intéresse plus le grand public, il y a eu un temps pour Rachid Boudjedra, un temps pour Yasmina Khadra, pour le moment, c’est Boualem Sansal, en attendant le prochain... le public aime le changement, il aime les thèmes d’actualités,les scandales, il veut que ca bouge, c’est cette littérature qui ramène de l’argent. Je le sais parce que je suis dans le domaine de la littérature, il y a des livres parus en 2011 ou même en 2012 qui sont déjà épuisés et qui ne vont pas être réédités Mais là où vous avez raison, c’est quand vous dites que le ministère de la culture devrait (...)
belqiss :
certes il y a des livres qui sont comme la mode en couture , mais dernièrement j’ai eu un enorme plaisir à racheter une trilogie de Mohamed DIB la grande maison , l’incendie et le metier à tisser c’est une oeuvre que nous avions eu le bonheur de découvrir durant notre enfance et on ne s’en lassera jamais . les livres ne sont pas une mode qui passe ...à l’exemple du petit prince de saint expury ou alors les contes et recits de Kalila et dimna ... je n’ai pas flashé sur yasmina khadra , il ne m’a rien appris ... comme tous les auteurs qui ont ecrits durant la décenie noire ... il ya beaucoup d’amoureux du livre qui en le lisant cherche à l’acquérir et je fais partie de cette catégorie qui ont un immense respect pour le livre .
Mourad Rami :
Mais les prix restent inabordables.
Commentaire n°138214 :
belqiss, vous ne voulez pas comprendre... ici, il ne s’agit pas d’offre et de demande, mais plutôt de : DEMANDE et ensuite d’offre Le petit prince est lu et traduit dans le monde entier... Il est lu dans les écoles, dans les lycées, dans les universités... on le lit, on l’interprète... Kalila et Dimna... lu dans tout le monde arabe, et traduit dans beaucoup de langues Mohamed Dib... lu et relu dans beaucoup d’universités, des profs et des étudiant(e)s écrivent des mémoires et des thèses de doctorat sur lui et ses oeuvres. Il se trouve que personne ne demande les loeuvres de Rabah Belamri dont j’ai tous les livres, que j’ai rencontré et avec qui j’ai correspondu, et si Mr Nedjar n#avait pas écrit cet article sur lui, personne ne parlerait de ses livre à cette heure, même ici sur (...)
Commentaire n°139930 :
Je trouve que le lieu d’exposition désavantage le salon du livre si c’était au centre-ville , plus proche des citoyens, il y aurait sûrement plus d’intérêt et attirerait plus de personnes ! Concernant le salon de cette année, je le trouve meilleur en qualité et diversité de l’offre, contrairement à l’année passée où il y avait beaucoup de livres religieux et scolaires, cette année c’est beaucoup plus varié ......Les prix restent quand même un peu élevés sauf pour les amoureux du livre ! A l’année prochaine !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus