Accueil > Culture >

Maher Zin en digne représentant du chant religieux

lundi 6 août 2012, écrit par : Dj. Gherib, mis en ligne par : Boutebna N.

Le festival de la chanson arabe de Djemila, transféré provisoirement au stade Mohamed-Guessab, a baissé rideau ce samedi avec, au menu, un programme consacré exclusivement au chant religieux.

Le choix de ce genre musical n’est pas fortuit, affirment les responsables du commissariat national du festival qui précisent que l’évènement coïncide avec la célébration de la bataille de Badr, la première bataille victorieuse du Prophète Mohamed (QSSSL) et ses compagnons contre le clan quraychite. Il faut dire que les initiateurs de cette manifestation culturelle ne pouvaient pas trouver mieux que le chanteur Maher Zin pour représenter ce registre appelé souvent nashid ou madih. En effet, cet auteur, compositeur et producteur suédois d’origine libanaise est une star mondiale du genre fortement appréciée dans le monde musulman de par ses nombreux produits qui vénèrent Dieu et le Prophète Mohammed (QSSSL). Ovationné dès son apparition sur scène, l’artiste, entouré de neuf musiciens de talent, dont quatre Egyptiens, quatre Hollandais et un Marocain, a marqué son entré en la matière par la célèbre chanson intitulée « Ya Nabi assalamu alayka » qui lui a permis de remporter le prix de la meilleure chanson religieuse sur Nujoom FM, l’une des plus grandes stations de musique traditionnelle au Moyen-Orient, avant d’enchaîner avec « ôh my father, ôh my sister », « Ya habibi ya Mohamed », « Freedom et « Wahachna ya RassoulAllah ».

Ainsi, il alternait à chaque fois ses chants en anglais et en arabe et même en turc, comme pour répondre à tous les goûts. Tout en déclarant, au passage, qu’il était très ravi de visiter l’Algérie pour la seconde fois et de se produire devant un public aussi enthousiaste, Maher a continué de gratifier l’assistance, rehaussée par la présence du wali, Abdelkader Zoukh, de ses chansons à succès, à l’imaged’ »Incha Allah », « I love you so », « Radhaïtou bil islam », « For me ». Maher n’a pas manqué, également, d’exprimer sa satisfaction de voir le public entonner en choeur la plupart de ses partitions. La star du jour s’est ensuite installé au piano pour interpréter, avec beaucoup de doigté, « Thank you Allah », un tube issu de son premier album sorti en 2009, qui a connu un succès mondial et a même été disque de platine notamment en Malaisie et en Indonésie.

Et pour faire plaisir aux nouveaux mariés, il a interprété « Adjmel Farha », une chanson très rythmée qui a agrémenté davantage cette ambiance déjà hautement joyeuse et festive.


Partager cet article :
4 commentaire(s) publié(s)
Avicenne :
Saha Ftourkoum, J’ai assisté à cette soirée et j’avoue que c’était vraiment très sympa, personnellement je n’avais jamais assisté auparavant à ce genre de festival et je ne connaissais pas Maher Zain mais, ce soir là, j’ai beaucoup aimé et atteste que ce jeune libanais incarne le musulman moderne, modeste , actif et surtout qui accepte la différence, il a su bercer le coeur des algériens et des musulmans à travers le monde, je lui souhaite bonne chance et Rabi yahfdhou .
LYON :
MANY THANKS MAHER IT WAS A FASINATING CONCERT
staifi bla sokna :
on dirait qu’il chante du rap w kanon rire !!!!!!!!!!!!!!!
Commentaire n°148257 :
Il faut qu’il soit à la hauteur des paroles qui prononce. Or avec un look de rappeur, il ne peut guère représenter le chant religieux. De plus le Prophète Mohamed (QSSSL) n’ a pas besoin d’être chanté par ceux qui font le commerce religieux. Arrêtons SVP la mascarade, laissons les choses à leurs justes valeurs et ne jouons pas avec le feu !!!

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus