Accueil > Santé >

Journée médicale sur la transmission du VIH mère-enfant

jeudi 5 décembre 2013, écrit par : Nabil Foudi, mis en ligne par : Boutebna N.

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le sida, le service des maladies infectieuses du CHU de Sétif a organisé ce jeudi en collaboration avec la DSP et la faculté de Médecine, une journée d’information et de sensibilisation au profit des médecins gynécologues et des sages-femmes sous les slogans-zéro nouvelle infection à VIH" et-ensemble nous mettrons fin au sida"

Cette journée a été animée par Pr Lacheheb, Dr Guemache, Dr Rais, Pr Sahli et Pr Ouyahia de CHU de Sétif. Ces derniers ont axé leurs présentations autour du sida et la transmission du VIH mère-nouveau-né.

« Souvent, le médecin omet de faire dépister sa patiente et dont la séropositivité se confirme après l’accouchement », nous dira le Pr Ouyahia.

De son côté, le Dr Rais, dira : « Le nombre d’enfants contaminés par le VIH est de l’ordre de 9 sur les 340 patients dépistés au service des maladies infectieuses du CHU de Sétif. Le premier cas du sida à Sétif a été découvert en 1986 chez un étudiant inscrit en 5e année de médecine. » Selon Dr Rais, les hommes, en particuliers les chauffeurs routiers sont les plus touchés par le VIH.

Pour le Pr Lacheheb, « le dépistage et le test sérologique pendant la grossesse est un moyen efficace qui permet de mettre fin à la transmission du VIH mère-enfant ».

A l’issue de cette rencontre, les intervenants ont appelé à la promulgation d’un texte qui oblige un test sérologique chez la femme enceinte.


Partager cet article :
9 commentaire(s) publié(s)
Elah Yarahmou :
Est ce que les pédiatres et le service de pédiatrie ne sont pas concernés ??????????????
pediatre :
a chaque fois qu’une femme séropositive ou présentant le sida maladie entre en travail pour accoucher c un drame ;non averti (comme pour pour cette journée d’ailleurs) ;l’équipe de garde de pédiatrie et ceux de la maternité ;font la course contre le temps pour délivrer cette pauvre et son bébé,je me rappelle une fois ,une parturiente refuser par manque de moyens de faire face a un accouchement d’une sidéenne (pourtant hospitalisée depuis longtemps au service des maladies contagieuses et comme toujours n’ayant pas préparer l’accouchement et ses condition avec leur collègues pédiatres et gynécologues !!!!!!!!!!!!) une évacuation sur ALGER était décidée et l’interne qui l’a évacuer ;mesquine ;a fait le tour de tout les hôpitaux d’Alger pour faire accepter cette femme, personne n’a accepté ,heureusement a hôpital BAINEM .UN RÉSIDENT SETIFIEN ÉTAIT DE GARDE(dr artebas)qui l’a pris en charge(nif) et a libéré l’interne et la maman ;48 h après que toutes était finit de retour a se tif la femme et son bébé ont rejoint le (...)
said :
Bravo professeur lechehab vous etes un vrai homme de sciences Vous organisez des journées pour la science sans sponsors de laboratoires pharmaceutiques et autres interet extrascientifiques Bonne continuation
merouche charaf eddine :
l’algérie démocratique et populaire et un pays musulman avant tout le sida ne devrait pas éxister machala.
feremli :
Quand on pense que la plus banale des analyses fait courir le citoyen malade d’un labo a un autre et que celui du chu n’en dispose que le stricte minimum faute de payement de ses arriérés ,comment peut on alors réconcilier le chat et la sourie ? Le DG qui cadenasse tout et le médecin qui aspire au bon fonctionnement de son travail de traiter mieux ?normal que de telle pathologie progresse a la vitesse de l’éclaire par la faute de ces gestionnaires incompétents
Eraser :
Pour commencer la journée internationale sur le SIDA est le 1er décembre et non pas le 5 comme est écrit dans la photo du fond. @Pr Ouyahia Peut être aussi âpres l’allaitement ou lors de la première scolarisation. @Dr Rais, Dommage que vous donnez des chiffres sans significations, un travail correct est de préciser la période consacrée à ces dépistages. Mathématiquement parlant pour plus de fiabilité de l’anayse, il faut donner le coefficient de corrélation et l’écart type.. Plus de 2.5% des femmes sont séropositives c’est vraiment dramatique que Sétif est pourri. C’est aussi rigolo de dire que la population à risque a changé de camp. @Pr Lacheheb C’est une bonne chose mais il faut avoir les moyens de pratiquer ART (AntiRetroviral Therapy) qui consiste à utiliser plusieurs (au moins 3 à la fois) médicaments efficaces d’antirétroviraux. Finalement, exiger la promulgation de texte qui oblige les femmes à passer le test sérologique est un acte de fascisme, barbare et discriminatoire. Les praticiens ont à se (...)
Eraser :
Suite... Que faut-il faire ? Selon UNICEF Pour atteindre nos objectifs, les femmes enceintes dans le monde en développement doivent pouvoir être testées pour dépister le VIH. Les programmes de PTME doivent être intensifiés afin d’inclure toutes les mères et leurs bébés qui en ont besoin – Quels que soient le seuil de leur appauvrissement ou de leur isolement géographique. Et là où la prévention de la transmission de la mère à l’enfant du VIH est disponible, elle doit être dispensée uniformément et au moyen des médicaments les plus efficaces disponibles. Il existe une stratégie en quatre volets pour protéger les nourrissons et les jeunes enfants du VIH. Celle-ci comprend des interventions fondamentales à mettre en œuvre dans le cadre général des services de santé maternelle, néonatale et infantile. Volet 1 : offrir des interventions de prévention primaire du VIH chez les femmes en âge de procréer au sein des services de santé procréative, par exemple, les soins prénatals, postnatals/natals, ainsi que dans (...)
caspellero :
si on ne connait pas setif et son universite et son hopital et sa radio et ..........on dirait qu on est sur une autre planete ou regne l ordre et la paix l egalite la justice la recherche scientifique........arretez rana na3arfou ba3dhna....
Woman :
Il y a la lutte contre le sida quand il est là : les spécialistes doivent avoir à leur disposition tous les moyens pour se faire : la recherche, les moyens matériels et les malades un suivi tout ce qu’il y a de plus rigoureux.et de plus humain. En amont il y a la lutte contre la propagation de la maladie et ça a passe par l’INFORMATION encore l’information, toujours linformation sans tabou, sans fausse morale avec le langage qu’il faut, les outils médiatiques qu’il faut partout et en particulier dans les collèges, les lycées et les universités et auprès du personnel paramédical. Dans ce cas comme dans tant d’autres l’ignorance tue ! Les pays où ce fléau est plus ou moins jugulé ce sont les pays où on n’a peur d’en parler en toute franchise...arrêtons s’il vous plait la politique de l’autruche car nous sommes TOUS (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus