Accueil > Culture >

3ème Salon de l’habit traditionnel à Sétif : l’artisanat préserve l’identité nationale

jeudi 19 décembre 2013, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Les artisans prenant part au 3ème salon national de l’habit traditionnel de Sétif, organisé au palais des expositions, ont estimé jeudi que-l’artisanat contribue à préserver l’identité nationale".

Selon Lakhdar Boughrab, artisan spécialisé dans l’habillement traditionnel à Boussaâda (M’sila), les artisans qui s’emploient, dans les différentes régions du pays, à pérenniser l’habit traditionnel, apportent-une contribution irremplaçable" dans la protection du patrimoine national.

Il a estimé que la Kachabia (djellaba) et le burnous, à titre d’exemple, constituent, pour les créateurs, des sources d’inspiration qui peuvent-s’imposer à l’échelle internationale, sur le marché de la mode et de la couture".

Il a cependant ajouté que les artisans-font face à une concurrence pas toujours loyale des produits importés, proposés à des prix imbattables".

Les visiteurs du salon se sont étonnés de l’absence du-binouar" sétifien (robe ample fleurie), détrôné, durant cette édition du salon, par la gandoura constantinoise.

Pour Hayat Talha, de Constantine, la gandoura brodée continue de susciter l’intérêt, non seulement des jeunes filles préparant leur mariage, mais de toute la gent féminine, de tout âge et toutes régions confondues.

Selon la même professionnelle, l’introduction de techniques modernes dans la fetla et le medjdoub, (deux procédés traditionnels de broderie), ainsi que l’usage du fil-kentil" importé de Dubaï, de Syrie et d’Inde, n’a pas découragé les clientes en dépit des prix élevés, entre 7.000 et 12.000 dinars le modèle.

D’autres régions ont présenté leur style d’habillement traditionnel, l’algérois, la gandoura de Guelma, le-nabel" et la-chebika" de Cherchell, ainsi que l’habillement traditionnel kabyle et ses couleurs éclatantes.

Le salon national de l’habillement traditionnel de Sétif, ouvert par les autorités locales, se poursuivra jusqu’au 24 décembre prochain pour donner lieu à une journée d’étude qui sera animé par les membres du jury national du concours de l’habillement traditionnel. Des prix seront décernés au meilleur produit et au meilleur exposant du salon.


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
merouche charaf eddine :
qu’et devenue l’industrie téxtile qui éxister en algérie tout a fermer a qu’ose des importaeur qui gagne plus d’argents en important tout c’est produit . alor l’artisanat sétifien comment peut il survivre face a une concurence féroce il faudrait des label de qualiter pour protéger se quil réste de l’industrie téxtile et les petits artisant de l’habit et pour le réste aussi et informer le consomateur pour protéger se quil réste du marcher nationale . le téxtile et chaussure sont importer de chine et de turquie pourqoi les chinois n’ouvre pas leur usines de téxtile en algérie et les turque aussi au moin l’algérie en profite et sa donne du travaille au algériens.
Commentaire n°211416 :
oui le BINOUAR on ne voit pas beaucoup ces derniers temps pourtant nos meres et soeurs en portaient j’espere qu’il sera de nouveau sur le devant de la scene et comme ça on reconnaitrat L3AMRIA men haykal
Commentaire n°211436 :
Le binouar en nylon ,synthétique inflammable,allergique...heureusement cette horreur n’existe plus,Bon débarras.
LABO25 :
ou bien l’identité nationale préserve son artisanat ????????. Salem
Commentaire n°211541 :
Il y a des binoirs exposes mais ils sont tres loin du veritable binoir.La decoupe de l’avant rappelle celle d’un cahe rideau,le hait,une chemise de nuit,plutot une nuisette.La mutation du binoir est tres nette. L’exposition est de loin plus agreable que celle de la derniere fois.Les algeroises sont en force.Mais attention le petit mouchoir algerois en dentelle vaut Jusqu’a 750 ooo centimes,rien que ca meme si le travail est bien fait.´ Les artisans de Setif sont egalement presents ,nombreux mais les produits ne sont pas terribles.Il n’y a aucune recherche et encore moins de fidelite au produit artisanal Algerien authentique dont de nombreux modeles ont completement disparu peut être parce que jamais connus par les exposants choisis. A quand une belle exposition rafinee,bien finie pour faire connaitre le vrai costume Algerien ? C’est bien dommage ! L’amenagement de l’exposition des produits soumis au concours est interessante mais la presence d’un seau rouge pour recueillir les eaux de (...)
A-M :
SALAM ! le binoir est bien présent sur les stands sétifiens ,oui il a subit des transformations , c’est normal comme tout . le marché du textile et de la mercerie font en sorte qu’il évolue . maintenant si vous cherchez l’histoire du binoir ancien c’est dans un musée que vous la trouverai ,normalement .
Commentaire n°211593 :
vous parler du costume ou tenue traditionnelle de setif en l’occurance le binoir, qui a perdu sa valeur avec la perte des vrais sétifiens, ou sont les vrais de setif qui savent la vraie valeur de la tenue c’est un patrimoine qu’il faut perserver pour les générations futures
juju :
Le binoir, tenue vestimentaire féminine ...... Bizarre l’Algérie ce pays ou seul les hommes postent des commentaires relatifs aux vêtements féminins. Mais ou sont les femmes algériennes ????? l’Algérie pays ou les hommes décident seuls des vêtements que doivent porter les femmes. Les femmes du monde arabo musulmanes et algériennes trainent telles des âmes vagabondes et malheureuses en hidjab, en niqab, bref elles déambulent dans le rues dans des tenues ridicules, telles des mortes vivantes sans avoir la possibilité de décider ce qui est bon ou mauvais pour elles . Dire que les femmes qui ont combattu les colons l’on fait cheveux au vent, en jupe ....
juju :
Le binoir, tenue vestimentaire féminine ...... Bizarre l’Algérie ce pays ou seul les hommes postent des commentaires relatifs aux vêtements féminins. Mais ou sont les femmes algériennes ????? l’Algérie pays ou les hommes décident seuls des vêtements que doivent porter les femmes. Les femmes du monde arabo musulmanes et algériennes trainent telles des âmes vagabondes et malheureuses en hidjab, en niqab, bref elles déambulent dans le rues dans des tenues ridicules, telles des mortes vivantes sans avoir la possibilité de décider ce qui est bon ou mauvais pour elles . Dire que les femmes qui ont combattu les colons l’on fait cheveux au vent, en jupe ....
madadi houssam :
Comment peut-on revaloriser des produits traditionnels dans un pays transformé en vraie poubelle par ces pseudo importateurs dont la cupidité est leur seule motivation et ne se soucient guère de la qualité des produits avec lesquels, ils inondent le marché. En faisant une virée au fameux souk Dubai d’ El-Eulma, on aura l’envie de pleurer à chaudes larmes pour ce qui arrive à notre chère pays, lequel, après 51 ans d’indépendances, on importe des choses qui, si on a un grain de patriotisme et par pudeur, on les aurait jamais mises sur nos marchés. Hélas ! autre temps, autres hommes, autre moeurs. Excusez-moi, je suis peut-être naif.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus