Accueil > Culture >

Lancement d’un café littéraire à Sétif : Retour sur Taleb Abderahmane

samedi 18 janvier 2014, écrit par : Dj.Gherib, mis en ligne par : Boutebna N.

C’est une bonne nouvelle que d’apprendre la mise sur pied, depuis quelques jours seulement, d’un café littéraire aux nobles ambitions culturelles qui a élu domicile à la maison de la culture Houari-Boumediene de Sétif et qui affiche un plan d’action attrayant. Cette louable initiative n’a été possible que grâce à la volonté et le dévouement d’un noyau passionné des lettres, chapeauté par l’écrivain et poète Saad-eddine Mahdi, auteur notamment du recueil de poésie Le Funambule.

L’objectif est d’initier une dynamique de débat et de création intellectuelle tout comme l’instauration de traditions d’échange, d’élaboration et de valorisation du travail de création dans diverses disciplines littéraires, culturelles et artistiques. Le groupe qui a commencé depuis un moment à faire un travail de balayage du potentiel créatif local et national, compte, pour un début, programmer une rencontre bimensuelle avant d’opter, à moyen terme, pour un cycle hebdomadaire en lançant des invitations en direction des personnalités comptées parmi les écrivains, sociologues, poètes, économistes, hommes de médias, de théâtre et de cinéma. Pour la rencontre inaugurale prévue, le mardi 21 janvier, c’est M. Mohamed Rebah, écrivain, journaliste et chercheur en histoire qui aura l’honneur d’ouvrir le bal avec une communication qui s’articule autour du parcours du martyr Taleb Abderrahmane.

Faut-il rappeler que cet enfant studieux de Bir Djebah à la Casbah d’Alger, fils d’un père ouvrier pâtissier, est mort sur l’échafaud, le 24 avril 1958, à l’aube, à la prison de Serkadji. Il avait ce jour là à peine 28 ans. L’homme qui a fabriqué des bombes pour les faire exploser à Alger est immortalisé dans l’ouvrage de Mohamed Rebbah, intitulé Taleb Abderrahmane, guillotiné le 24 avril 1958 et édité par APIC en avril 2013. Ce livre est réalisé sur la base de témoignages directs et parfois inédits, il est destiné à présenter le chemin parcouru par Taleb Abderrahmane dont l’engagement pour l’indépendance nationale de l’Algérie était sans limite.

Dans certains de ses passages, l’auteur rappelle que Taleb Abderahmane est condamné à mort à chacun de ces trois procès, il n’est à aucun moment impressionné, au moment de la lecture du réquisitoire du procureur qui a réclamé la peine de mort. Bien au contraire, il a répliqué par ces paroles qui illustrent parfaitement sa conviction inébranlable dans l’issue du combat qu’il a mené : « L’Algérie sera libre envers et contre tout ». L’auteur Mohamed Rebbah est économiste de formation, il est connu aussi pour avoir fait partie de l’équipe rédactionnelle d’Alger Républicain sous la direction d’Henri Alleg, Boualem Khalfa et Abdelhamid Benzine. Tout comme il est auteur d’ouvrages portant sur la guerre de libération nationale dont Des Chemins et des Hommes, paru aux éditions Mille Feuilles, à Alger en novembre 2009.

Paru aujourd’hui au Jeune indépendant


Partager cet article :
16 commentaire(s) publié(s)
Hiba Chaoui :
Bonjour, peut-on savoir l’heure exacte et l’endroit de cette rencontre inaugurale s’il vous plait ? Merci.
merouche charaf eddine :
a quand des cinémas 7 d a sétif c’est la classe comme a alger.
Djafari :
Café littéraire, café théâtre, café des arts ... Quel bonheur ! On dirait que Taleb Abderrahmane nous fait signe de derrière sa sépulture. Qu’Allah le comble de sa miséricorde et nous inspire de suivre son exemple pour que renaisse l’Algérie de ses cendres malgré l’acharnement des pyromanes !
caspellero :
on salut cette initiative mais dites nous comment peut on y assister
Commentaire n°213568 :
c’est agréable de lire de bonnes nouvelles et d’apprendre qu’il y a des gens qui bougent et qui se bougent à,sétif,sa région et en algérie j’ai retenu ces derniers mois,un ciné club,un café littéraire,un festival de musique classique,des sammaa soufis,des peintres (zabachi),une galerie de peintures (ghadjati) et j’en oublie de ces initiatives oui je crois qu’il y a beaucoup d’énergie en algérie et qui ne demande qu’à s’épanouir merci à tous ceux qui font ,qui agissent,qui pensent,qui produisent et merci à sétif info de nous en tenir informés
Commentaire n°213569 :
اللهم ارحم شهداءنا الأبرار الذين صدقوا برسالة الحرية و كانوا روادها و منظموها و ماثوا من أجل ذلك Un exemple à suivre pour nos étudiants et une leçon de patriotisme pour tous ! Ce qui désole c’est que s’il na était pas tombé au champ d’honneur parmi les premiers (rahimahoum Allah wa Askanahoum fessih el djinane) on aurait accusé de bleuite comme tant d’autres patriotes sincères et entaché sa mémoire reluisante !
Nagib Bouguessa :
Suis de tout cœur avec vous ! Surtout que cette fois-ci personne ne semble oublié ; même les économistes sont de la partie. Faut dire que c’est une première . Ils étaient et le sont encore chez quelques-uns considérés comme des techniciens du chiffre, loin des lettres et de la Poésie. Ben non ! ...Si hier la Philo était et est encore considérée comme la mère des sciences , aujourd’hui la Prose en est le géniteur ; l’inspirateur, quoique que dit l’autre .
khier :
Merci beaucoup pour cette initiative à Sétif . Il a besoin de beaucoup de manifestations culturelles et artistiques pour l’épanouir correctement .Sétif accuse un retard considérable , je dirais plus que le retard à résorber concernant le déficit en logements .Bonne continuation .
El yazid Dib :
belle initiative. setif en manquait. bravo Djamel pour l’info et merci pour le café
s :
La belle ville endormie se réveille enfin.
Fayçal :
Bonjour, c’est une bonne initative mais pouvez vous nous donner l’endroit exact et l’heure aussi. Merci
wafahino :
Ahhh voila ce que nous attendions depuis longtemps, wallah on veut vraiment savoir notre culture et surtout améliorer notre savoir expression on n’est pas des connaisseur mais on essaie de se cultiver Incha Allah.
Seffih Zoheir :
je salue cette initiative et cet Hommage au Chahid Taleb Abderrahmane Allah yarehmou Une page Facebook sera utile pour l’information sur les activités du café littéraire .Merci à vous et bonne continuation
Woman :
La culture, encore et toujours plus, plurielle, diverse, ouverte est le seul chemin qui puisse sortir les peuples et les nations de l’ornière de l’étroitesse de vue et du renfermement avec toutes les conséquences désastreuses que l’on sait Un peuple cultivé est un peuple libre, même la plus petite manifestation a une grande valeur Bonne initiative et bonne fortune à ce café littéraire.
Younes M :
@ Nagib Bouguessa restons prosaïques mon ami ...
Nagib Bouguessa :
@ Younes. Cher ami, Pourquoi voulez- vous qu’on soit quelconque et...qu’on le reste ; Ou est l’injure si on évite le banal ? Est-il interdit de survoler de temps à autre cet ici-bas ; D’avoir cette belle impression du reste non partagée ; D’aller au delà en attendant l’Au-delà ; Pourtant c’est fantastique de rêver, de voyager, de rimer . D’être optimiste De se mesurer . De se dépasser Ou est le mal ? Ah, misère ! La médiocrité est devenue la norme. Tout nous pousse à être dépourvu de noblesse, de distinction et d’élégance. Tout nous mène vers une existence ordinaire sans relief. Je m’excuse si je ne puis l’accepter . Pourtant et au contraire, ceci et cela devraient être bénis, encouragés... Heureusement que chacun se meut dans son propre moule et dommage qu’on le soit tous dans un autre. Enfin, vous le savez, le romanesque, l’allegorique sont un privilège. Je sais cher ami, dit sur ce ton, c’est un éloge. (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus