Accueil > Culture >

1ères journées cinématographiques de Sétif 

mercredi 12 mars 2014, écrit par : Dj.Gherib, mis en ligne par : Boutebna N.

Le Noir en Blanc Abderrahmane Bouguermouh

La première édition des journées cinématographiques sera accueillie par la maison de la culture Houari Boumediene de Sétif du samedi 15 au 17 mars. Elles verront la présence de grandes personnalités du 7e art algérien et la participation d’une quinzaine de producteurs, réalisateurs et auteurs
Initiées conjointement par la direction de wilaya de la culture et l’association de la jeunesse et de la culture, ces journées cinématographiques se veulent un carrefour culturel et professionnel devant permettre l’échange d’expériences et des connaissances dans le domaine cinématographie à travers les projections de longs métrages, courts métrages, documentaires et les débats qui y suivront.
 Entre autres objectifs déclarés par les organisateurs, les JCS visent à réconcilier le cinéma et le public cinéphile de Sétif, à reconquérir la place du cinéma dans l’environnement culturel et enrichir les connaissances des jeunes talents dans le domaine de la réalisation et de la production cinématographique.
 On prévoit cependant, lors de la cérémonie d’ouverture de cette manifestation, la projection du documentaire (25mn) sur la vie et l’œuvre de Hassene Belkired (précurseur du théâtre sétifien) suivi d’un portait de 05 mn qui fera connaître l’activité cinématographique de l’enfant terrible d’El Eulma, Ahmed Zir et un autre portrait qui rend hommage au réalisateur algérien feu Abderrahmane Bouguermouh, décédé en février 2013.
Le public aura aussi, lors ce la séance inaugurale des JCS, l’opportunité de suivre avec beaucoup d’intérêt le savoureux film“ Kahla ou Beïda”. Cette oeuvre pleine de sensibilité et de finesse ,réalisée dans les années soixante dix, témoigne, on ne peut mieux, des grandes compétences artistiques et du génie de notre regretté Abderrahmane.
Selon les organisateurs, de nombreux comédiens de renom qui ont pris part dans cette belle œuvre, à l’instar de
 Sid Ahmed Aggoumi, Chafia Boudraa et Ahmed Benaissa, sont attendus à Ain fouara pour se remémorer le bon vieux temps et contribuer, à la fois, à l’enrichissement qualitatif de cet important évènement cinématographique.
A noter qu’en marge de la projection de la quinzaine de films prévue pour la circonstance, des ateliers de formation sont mis sur pied au profit des jeunes talents dans le domaine de la production cinématographique animés par des spécialistes en la matière.
Paru aujourd’hui au Jeune Indépendant


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus