Accueil > Santé >

Fièvre aphteuse à Sétif : les services vétérinaires en état d’alerte pour empêcher la propagation du foyer

lundi 28 juillet 2014, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Les services vétérinaires, en état d’alerte, sont mobilisés pour empêcher la propagation de la maladie de la fièvre aphteuse dont un foyer a été confirmé à Bir El El Arch dans la wilaya de Sétif, a-t-on appris dimanche auprès du ministère de l’Agriculture et du développement rural.

"Après la découverte de cadavres de bovins dans la daïra de Bir El Arch, les services vétérinaires se sont déplacés hier (samedi) et pris les mesures nécessaires, c’est-à-dire séquestration de la zone affectée, interdiction de déplacement pour les animaux, lancement d’une opération de vaccination autour du foyer, désinfection et fermeture de marchés à bestiaux", a indiqué à l’APS le directeur des services vétérinaires au ministère Karim Boughanem.

L’Algérie n’a pas connu cette maladie depuis 1999 grâce à des campagnes de vaccination régulières.

Ce foyer a été déclaré suite à une introduction frauduleuse sur le territoire national de bovins de Tunisie qui ont contaminé le cheptel local, affirme ce responsable.

Les propriétaires de ces animaux contaminés à Sétif ont caché la maladie et jeté les cadavres de 75 têtes bovines, d’après le constat des vétérinaires.

Les services vétérinaires sont en état d’alerte vu l’importance du cheptel que compte la région, une zone à forte concentration de bovin d’engraissement avec plus de 20.000 têtes, selon M. Boughanem.-Pour les services vétérinaires la déclaration d’un tel foyer de fièvre aphteuse est une situation grave parce que cela engendre des pertes économiques. Cela peut même toucher les petits ruminants", a-t-il souligné.

"Néanmoins, ce qui est rassurant c’est que nous avons un taux de couverture immunitaire correct, donc même s’il y a expansion du foyer on va pas avoir beaucoup de pertes. Mais, on fera tout pour cantonner la maladie au niveau de cette daïra", rassure ce responsable.

Deux campagnes de vaccination avaient été menées cette année et ont touché près de 1,6 million de têtes sur un effectif avoisinant 1,8 million à l’échelle nationale. Une autre campagne de vaccination préventive a été lancée en mai dernier, soit juste après la déclaration de cas en Tunisie en avril. Depuis, quelque 750.000 têtes bovines ont été inoculées.

Les services vétérinaires lancent un appel aux pour éviter de déplacer leur cheptel et de déclarer des cas suspects.

La fièvre aphteuse est une maladie virale strictement animale, très dangereuse pour les ruminants et peut occasionner des pertes importantes sur le cheptel. Cette maladie est extrêmement contagieuse et se caractérise par l’apparition d’aphtes et d’érosions sur les muqueuses buccales, nasales ainsi que sur les onglons.


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
yacine_Ain_Azel_Hôpital :
L’Algérie n’a pas connu de Fièvre aphteuse depuis 1999, car cette maladie par erreur s’est propagé dans le sang de nos dirigeants...Mais au lieu qu’ils pourrissent et meurent, non ! il font pourrir l’Algérie, son peuple, leur existence, et leur avenir
yanis :
de toute façon il faut supprimer tous les cheptel malade ---et bien les contrôler sur la destructions .car il sont capable de les vite les revendre -sur le marche .car il ya des gens sans scrupule pour du fric
merouche charaf eddine :
sa éxiste en algérie l’équarissage pour des raison sanitaire et environementale et usine de traitement des cadavres d’animaux en collaborations avec les sérvices vétérinaires étatiques a coter de sétif comme dans le réste de l’algérie en 2014.
Commentaire n°224256 :
C’est quelqu’un a une vie pourri ses de sa faute.
turki :
frontiere algero tunisienne une vrai passoire on fait traverser un nombre important de bovins sans que notre douane ne voit absolument rien mais pour les 5000 euros de l’entraineur d’el eulma la douane a utilisée le microscope du veterinaire de bir ei arch c’est malin ....
Commentaire n°224313 :
Salam alikoum, Il faut penser aux boucheries qui commercialisent de la viande sans contrôle puisque les prix ne sont pas affichés comme le prévoit la réglementation ni la qualité et la provenance de la viande .On ne sait pas si elle est congelée , si elle est abattue (égorgée) conformément au rite musulman , si elle vient de l’Inde du Pérou ou d’Israël ... la chambre de commerce , au même titre que la direction du commerce de la wilaya sont interpelés face à cette défaillance et négligence graves .
abbes :
au jour d’aujourd’hui,il vaut mieux etre vegetarien.... lol.
Commentaire n°224547 :
Donc, il n’y aura pas de kebch el aid !
merouche charaf eddine :
le chamia périmé venue de tunisie et maintenant les vaches malades l’algérie et elle une poubelle pour c’est voisin et pays frére .le réste du monde comme a une époque les pomme de terre invarié du canada qui sérvait a nourire les cochons revendu depuit alger vers toute l’algérie a quant des controles vétérinaires et controles de qualiter et de conformiter des produits venant de l’étranger avec la constructions de laboratoires en partenariat avec les doianes algériennes pour protéger les consomateures dans les ports maritim et dans les aéroports et au frontiéres terrestres comme sa se fait dans d’otre pays arabes au maroc .
recheche de la vérité :
au lieu d’indemniser les éleveurs, il faut chercher le coupable, non les coupables le trabindistes qui a introduit illégalement les bêtes contaminé de Tunisie les douaniers qui ont touché la tchiba les bergers transporteurs, les guides, les encadreurs de la mission de tragédie et du drame les malhonnttes gens du voisinage de ce sir tranbesdiste Morarité, la corruption et le silence sont des voisins qui yuent et brûlent tout ce qui y vivent au allontour le prueve d’une écurie , 18 wilaya, si non plus sont contaminé, une économis paralisé et UN AID-ADHA SANS KEBCH

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus