Accueil > Santé >

12e congrès de la Société algérienne d’hypertension artérielle : L’hypertension touche un tiers de la population algérienne

dimanche 26 octobre 2014, écrit par : Liberté

Par : Faouzi Senoussaoui

Lors des travaux du 12e congrès annuel de la Société algérienne d’hypertension artérielle (Saha), qui se déroule pour la première fois à l’est du pays, le Pr Ahcène Chibane a révélé que les statistiques montrent qu’un tiers des Algériens sont hypertendus.

“Selon les statistiques de 2004, pas moins de 35% des Algériens âgés de plus de 20 ans souffrent d’hypertension. Pis encore, cette maladie silencieuse touche de plus en plus les jeunes. Deux études qui datent de quelques mois, menées par des spécialistes en collaboration avec la Société algérienne d’hypertension artérielle, ont montré que même la population jeune, dont des lycéens, est touchée”, a déclaré le Pr Chibane à Liberté. Et d’ajouter : “Une étude menée à Ghardaïa a laissé apparaître que 13% de la population jeune sont touchés par l’HTA.”

Notre interlocuteur, qui s’exprimait en marge du congrès qui se tenait, hier, à Sétif, et qui a regroupé plus de 600 médecins spécialistes et généralistes venus des quatre coins du pays, a signalé que 50% des malades ne savent pas qu’ils sont hypertendus. “Parfois, les symptômes ne sont pas apparents et il nous semble que nous sommes en bonne santé”, dira-t-il. Par ailleurs, le président de la Saha a interpellé les différents acteurs pour jouer leur rôle dans la sensibilisation et la prévention de cette maladie sournoise qui fait des ravages. “L’OMS (Organisation mondiale de la santé) recommande 5 grammes de sel par jour ; cependant, en Algérie, on consomme 4 grammes, rien qu’en mangeant une baguette de pain. Le rôle des autorités est capital afin de mettre fin à ces dépassements qui nuisent à la santé”, dira le Pr Chibane qui compte beaucoup sur le rôle des médias pour sensibiliser les ménagères qui doivent mettre moins de sel, moins de sucre et moins d’aliments favorisant l’obésité, dont les sodas et le gras. Il faut, également, relever que le changement des habitudes alimentaires des Algériens, ces vingt dernières années, a largement favorisé l’apparition de maladies liées à l’hypertension. La restauration rapide, l’abandon de la cuisine traditionnelle basée sur les légumes et le stress sont des facteurs qui sont à l’origine de la propagation de cette maladie. Les Algériens sont aujourd’hui en train de subir les conséquences de l’amélioration du niveau de vie et de la surconsommation des glucides, des viandes, des matières grasses et des boissons gazeuses, au même titre que les pays développés, sinon plus.

La surconsommation de repas riches en matières grasses est devenue un phénomène social dû, notamment, à la propagation des fast-foods, a estimé récemment le Pr Nibouche, qui a tiré la sonnette d’alarme autour de la surconsommation de “chawarma et de grillades”, qui provoquent souvent des problèmes cardiaques et des cancers. Il est à signaler que le congrès de Sétif a été marqué par la participation d’éminents spécialistes français dont le président de la société française d’HTA, J.-M. Halimi, ainsi que plusieurs sociétés savantes.


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus