Accueil > Santé >

Affaire des 63 autorisations d’ouvertures d’officines pharmaceutiques : Les bénéficiaires réagissent

dimanche 22 février 2015, écrit par : Boutebna N.

Plusieurs points ont été abordés au sujet de la décision de justice ordonnant l’annulation des autorisations d’ouvertures d’officines pharmaceutiques lors d’un entretien avec des pharmaciens bénéficiaires des agréments pour l’année 2013

Ainsi, la Direction de la Santé et de la Population de la wilaya (DSP) a fait récemment appel à cette décision de justice.

Les bénéficiaires estiment que les 63 agréments ont été accordés selon les règles en vigueurs. « Comment ose-t-on parler de la maarifa alors que la liste a été validée par deux Directeurs de la santé et par deux Walis  ? » lance un pharmacien. Cependant, aucune réponse n’a été donnée quand au privilège accordé à la fille d’un député qui fait partie de cette liste.

Concernant le registre des inscriptions relatif aux demandes d’ouvertures d’officines, les bénéficiaires jugent que ce dernier ne les concerne étant entendu qu’il a été ouvert en décembre 2005 alors que les bénéficiaires sont tous diplômés antérieurement à cette date. De plus, lors de sa mise en service, la DSP avait exigé à tort la présentation d’un justificatif de la situation des candidats vis-à-vis du Service National pour leurs inscriptions sur le registre alors ce n ’est qu’à partir 2008 que cette condition fut levée. Le registre actuel dont font référence beaucoup de pharmaciens en chômage-n’est pas conforme" puisque l’inscription ne nécessitait pas la présentation du diplôme de pharmacien. Selon eux, le registre en question compte des candidats non pharmaciens. Il nécessite la présentation d’un dossier complet avec un accusé de dépôt de la demande.

Enfin, concernant la commission accusée de compter des bénéficiaires parmi ses membres, les pharmaciens déclarent que l’information est exacte et qu’il en serait au nombre de 4. Cependant, le refus de l’ordre des pharmaciens et du SNAPO (Syndicat National Algérien des Pharmaciens d’Officine) a obligé la DSP à faire appel aux autres pharmaciens. Selon eux, « cette commission était juste un rôle consultatif et qu’elle n’a jamais arrêté ou fixé cette liste », déclare un autre bénéficiaire.


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus