Accueil > Santé >

Premier congrès international de gestion des risques et qualité de soins

vendredi 4 décembre 2015, écrit par : Boutebna N.

Le Centre Hospitalo-universitaire Sâadna Mohamed Abdenour organise les 05 et 06 décembre 2015 le Premier congrès international de gestion des risques et qualité de soins et le VIème Forum Paramédical International destiné aux Professionnels des différentes structures publiques hospitalières et privées, Responsables qualité, Universitaires, Chercheurs et experts.

Ce congrès se tiendra à l’auditorium Nait Belkacem de l’université Sétif 1. Il a pour but de partager leurs expériences, de favoriser le dialogue entre les différents acteurs et de faciliter le travail de recherche et de réflexions sur la problématique de gestion des risques en établissement de santé.

Durant de cette manifestation, des ateliers, des tables rondes, des symposiums et des conférences seront organisés et débâterons des sujets thématiques animées par des experts Nationaux et Internationaux.

Ci-après le programme, les ateliers et la liste des posters au format PDF.


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°253731 :
BABABA...BABABA... -* Premier congrès international de gestion des risques et qualité de soins et le VIème Forum Paramédical International destiné aux Professionnels *-. C’EST POMPEUX. J’espère que ça ne serait pas LESME EL GHALI WEL MARBATE KHALI ?.
merouche charaf :
salam oualikoum-mois avant 2011 j’ai était a l’hopitale de bordj bou raridj en algérie c’est une cathastrophe les hopitaux algériens publique bienvenue en enfer et vidéo https://www.youtube.com/watch?v=G7CF-U7Psq4 et https://www.youtube.com/watch?v=AgBkqTO9v08 mois j’ai une idée pourqoi ne pas faire construire des hopitaux millitaire comme selui de ain naadja dans chaque wilaya et pourqoi pas la construction d’un nouvelle hopitale millitaire régionale univerçitaire comme selui d’oran https://youtu.be/k_UhzWqto0M?t=446 a sétif et déveloper se consépte dans chaque wilaya du pays la créme de la créme et donner tout les moiyen matériel et médicaments et moyens humains donner les plains pouvoir au millitaire sur le plan de la santé et des soin gratuit meme des soin d’entére gratuit sans différence entre la population riche et pauvre et un bon acceille et une organisation sans faille des personne et laisser les médecin et chirurgiens et inférmiére qui veule travailler sans saboter sont étre obliger d’aller (...)
malade bezef :
Ba ba la la ho ho hi hi....qualite ....et ... risque.....ces deux noms qui ont radies de nos chu......vont biens bien tot demissionner des cliniques prives......Quelle Audace.
el-hedi :
Ont a tout , bien mais Alors pourquoi certains parte la l’étranger pour se faire soigner... ! ! ! Les nantis bien-sûr , l’islam n’ait il pas aidé les pauvres & les malades...???
abdelhakim :
Salam alikoum, en Algerie la santé est considerée un optional, ce qui manque : dirigents à la hauteur à commencer du ministre CONTROLE - AUDITING le serieut dans son propre travail benamis NE PAS VOLER repondre a une ethique professionale(valeur islamique) HYGIENE formation à haut niveau respectez les standards intenationaux parceque tout le monde a une seule santé quand on l’a perd c’est fini.
Ancien confrère :
C’est une bonne initiative d’organiser ce genre de séminaires mais il faut qu’ils servent à quelque chose sinon ce ne sont que des Zerdas et attestations de participation pour gonfler le CV et passer au grade supérieur. Comment quelqu’un qui fait sa chimiothérapie ( le personnel est à remercier pour l’acceuil et le dévouement) est obligé d’attendre 08 mois pour ses soins de raditohérapie sauf s’il est pistoné ??? Donc il faut améliorer au moins la qualité des soins et prise en charge du malade avant de parler des risques. Nos services sont hyperinfectés , les chats se balladent sans aucune entrave entre les lits des malades et vous osez parler de risques ( surtout les épidémiologistes). D’ailleurs on n’a pas de médecine en Algérie car malgré les efforts déployés par l’état et les moyens mis à la disposition des médecins on continue à se faire soigner en Tunisie et en France. Donc de grâce cessez de bloffer et vous donnez plus d’importance à la pointeuse qu’au malade lui meme. !!!!! Au fait je suis passé pour (...)
bougaa :
La santé des Algériens n’est pas un sujet d’actualité pour nos gouvernants et ne l’a jamais été. Chacun d’entre nous, à le droit d’aspirer à une meilleure qualité de vie et cela passe par un système de santé qui devrait être au centre des préoccupations. Je me répète peut-être, mais la prévention est inexistante et nous sommes responsables collectivement en cautionnant le manque d’hygiène chronique de notre société. Notre environnement est détestable, provoquant régulièrement épidémies ou autres maladies liées à cet état de délabrement de la nature. Venir disserter sur la gestion des risques alors qu’aucune normalisation n’a été entreprise à ce jour, me laisse penser que l’on met la charrue avant les bœufs. La gestion des risques est excessivement compliquée et complexe à la fois, aucune formation post-universitaire n’existe et quel que soit le domaine d’application, qu’il soit médical, technologique et dieu sais-je encore. Bref, encore et encore la réunionite, maladie de la réunion parapluie (c’est pas moi, c’est lui) (...)
Commentaire n°253814 :
je ne pensais pas qu’il existe un service de cardiovasculaire au chu de setif ni l’expérience de son Pr dans ce domaine.A ma connaissance il était depuis son arrivé en nomadisme d’un service a l’autre.Il n’y a que ce pays ou l’on progresse a un rang magistral sans exercer dans un service
professourrrrrrrrrrrr :
si vous voulez voir ce proooofessour il est dans la clinique.............................................
Djafari :
Existe-il une politique de la santé dans ce pays ? La réponse est non parce que la santé coûte plus cher qu’ elle ne rapporte et la corruption prospère bien mieux dans d’autres secteurs.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus