Accueil > Culture >

Chaw Rabie

jeudi 24 mars 2016, écrit par : Hamoud ZITOUNI

Comme le nouvel an agraire Yannayer, Chaw Rabie ou Amenzou n’tafsout est une journée célébrée depuis la nuit des temps à travers tout le pays dans une liesse bon enfant.

Les familles accompagnées de leurs enfants font des promenades champêtres selon leurs moyens de locomotion. Certaines disposant de véhicules s’éloignent de la ville et vont investir les montagnes et les plaines alors que d’autres moins nantis se contentent de la verdure des alentours de la ville. Les enfants sont dotés de petites corbeilles dressées dans le passé en-doum" (palmier nain) mais à présent fabriquées en affreux plastique où se logent une orange, des fruits secs et les délicieux petits losanges de galette beurrée truffée d’une couche intérieure faite de-gherss" (datte écrasée) parfumé à l’eau de fleur d’oranger.

Ce sont les fameux-bradj" préparés à la veille par les maîtresses de maison pour la circonstance. Les familles se les échangent durant toute la semaine. Lorsque la journée est bien ensoleillée, on partage le repas froid sur l’herbe. Les enfants jouent et crient à tue-tête. Les plus attentionnés à leurs mamans cueillent le-belliri", cette fleur jaune bien odorante qu’on retrouve près des sources et des endroits humides (merdja). On court après les premiers papillons et on découvre les tout petits êtres vivants qui font la richesse de Dame nature. On cherche vainement le trèfle à quatre feuilles et on écoute les oiseaux pétiller. Les hommes les plus braves dotés de couteaux recueillent les cardes sauvages aux épines aiguisées et les femmes tout en papotant cherchent après le-tifaf", la-horaïcha", la menthe sauvage, le thym, le cresson et l’oignon sauvages ou même-talghouda" aux propriétés médicinales réputées. Alors que le coucher de soleil s’annonce par la baisse de la température, on ramasse ses affaires ainsi que ses déchets de repas champêtre et on rentre à la maison tout satisfait d’avoir profiter d’une belle journée annonciatrice du retour du printemps.


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°260765 :
tout est bien dit sauf qu’en fin de journée ils ne ramassent pas les déchets voyez la campagne avec les sachets et autres détritus moi je les vois assis au milieu des ordures pietiner les pousses de blé et les terres agricoles je sais pas si tu parles d’une autre campagne
iks :
Plutot laisser ses restes de repas et rentrer a la maison tout content !Voila ce que l on voit a la foret,sur la plage etc.....
Oued Dibourda :
Belle photo et très beaux texte. Nous devons etre nombreux dans le monde a nous retrouver dans ce très beau texte . Merci !
ouaret :
bonjour a TOUTES ET ATOUS ; ce chaw rabie , me rapel toute ma jeunesse et en voyent cette image des enfants heureux ; j’en ai presque les larmes aux jeux ;meme a 75ans::::merçi de nous rappeler ce moment ; ; ; a -o - originaire de kherata ; ; ; ; ; ;
Commentaire n°260797 :
C’est ailleurs que ça se passe ,les Sétifiens le célèbrent le 28 février et chez eux pas dans les près aux dabrek yabrek
Commentaire n°260798 :
belliri ....ça justifie les origines....
Commentaire n°260808 :
Ohhhh....Setif est un vrai paradis a chaw rbie...J’en garde encore des souvenirs adorables... Je ne sais pas si les familles ont toujours garde cette coutume de sortir ensemble a l’extérieur de la ville...C’était une bonne opportunité pour les enfants d’un meme quartier de jouer ensemble...Et de passer un bon temps...Enjoy !!!! You are lucky...Here, it is still snowing...grgrgrgr...
yel :
Pour le probleme des detritus Il faut instaurer des cours de civisme et d ėcologie des le plus jeune age a l ėcole, embaucher des jeunes pour nettoyer rapidement , sinon comme a chaque fois certais lieux deviennent ingėrables. parfois on vois des comportements particulierement choquants
حكيم :
يا زمان كي كان سطيف صغير و الناس كلهم نعرفوهم.....العائلات لكبار .......ايام لا تنسي....
setifo - algérois :
Je me souviens bien de cette soi disant fete qui est étroitement attachée à la beauté et à la bonté de notre grandeur nature là ou j’ étais tout jeune la veille ma mère préparait lembarja lmakrot rfiss les oranges à gros calibre pour feter cette fameuse journée de chaw rbi’ a en sortant dans les plaines de mon village Ain - MArgoum oui c’ était le bon vieux temps

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus