Ce site utilise des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérets.   Pour en savoir plus  

Lundi  03 Ramadhane 1438  -  29 mai 2017
  Accueil > Evénements

Sellal appelle les femmes de Setif à battre les maris qui ne votent pas

lundi 1er mai 2017, écrit par : Boutebna N.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a présidé dimanche, au terme de sa visite de travail à Sétif, une rencontre avec les associations féminines, tenue au complexe sportif 8 mai 1945.

Dans son allocution lors de cette rencontre, M. Sellal a appelé les femmes à pousser son époux à voter, même s’il faut le forcer pour cela !

« Le jour des élections, ne servez pas de café à votre mari tant qu’il n’a pas encore voté et s’il refuse, tapez le avec un bâton » a déclaré M. Sellal sous les youyous des femmes.

Video du discours : https://m.youtube.com/watch?v=y6u_lKEfQ9Q

31 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°273383 :

ridiiicule

Commentaire n°273384 :

Voilà, comment sommes-nous gouverné ? Quelle honte, Quel niveau
Son humour est fade, de préférence qu’il la ferme.
Il y’en toujours des imbéciles à l’applaudir et lui lancer des youyous
La malédiction de l’Algérie est la médiocrité à tous les niveaux.

Les algériens ont subi le mensonge de tab djnanou en mai 2012, voila maintenant en mai 2017, celui d’une nouvelle marionnette.

Hamoud :

Humour ? Le premier ministre devrait éviter ce genre d’humour maladroit qui lui a valu dans le passé des gorges chaudes notamment avec les Chaouis et même avec les religieux. Avertis, les Sétifiens et les Sétifiennes restent zen.

KARIMA de BEL AIR :

un type pitoyable à l’image de ce gouvernement pitoyable .
- et lui s’il commençait à battre tous les ministres qui piquent dans la caisse depuis des décennies !!
- effectivement il y aura toujours des
" crevards " qui viendront l’applaudir contre 1baguette et 1 sachet de lait à moins que ses rabatteurs aient distribué des dinars et des promesses un peu partout pour préparer le terrain,
les traines-savates ne manquent pas à Sétif , on pourrait remplir des stades
- tous les coups sont permis pour faire croire que le peuple est heureux -
- tout le monde ne peut pas loger sa fille à Kensington Street ( les Champs Elysées de Londres ) avec l’argent volé aux Algeriens -

BENCHOULA benchoula :

***(manahdrouch bezzefmais nefehmou yasser)***

LES MESSAGES de MR SELLAL aux Setifiens

Je n ’ecoute pas beaucoup MR SELLAL comme beaucoup de gens en ALGERIE (ma aandi la naqa wala jamal ; ; ; ; ; ;) SAUF que durant sa PETITE visite pour cette GRANDE wilaya j ai trouvé qu il avait bien raison de dire certaines choses qui posent probleme pour la population ( RALENTIR le développement dans notre region et bloquer les jeunes de la wilaya a acceder aux hautes fonctions (kima chi ness ) ALGER TLEMCEN TIZI etc etc
IL raison de rappeler qu il faut ouvrir les infrastructures sportives piscines , salles polyvalentes, stades etc etc qui restent fermées presque toute la semaine et les enfants jouent leurs sports preferés dans les places publics et dans les endroits dangereux ( oueds et lacs )

il faut encourager et motiver les gens à faire du sport et ouvrir ces infrastructure à la population et des un horaires pour les filles et leurs mamans etc etc (toutes les femmes quoi)
- C est comme meme bizarre et dommage pour une wilaya classée 2eme en Algerie (nombre d habitants ) de ne pas utiliser ce grand nombre de piscines et de salles de sport pendant les vacances scolaires et ou le sport feminin et presque inexistant . La santé feminine est en danger .
Bizarre de ne trouver que 2 equipes de foot ( ESS +le mouloudia d el eulma et 2 grandes equipes de volley l ESS et le FANNAR Amperois de AIN AZEL
MR sellal à RAISON de parler du 2eme souffle qui caractérise la region (un atout ) pour les jeunes sayfia +la facilité du deplaçement d une region à une autre

J ai trouvé ses REMARQUES et ( recommandations) tres intéressantes et LAZEM lazem ( nefehmou mlih) on doit les prendre en considération ; ; ; ;

— L utilisation des infrastructures à fond y compris pour les filles et les femmes (c est une tres bonne chose pour les generations futures ,et le 2eme souffle (un avantage )min aand rabi et nous on le neglige grave

— les langues (wa ma draka ma les langues !!! (un vrai probleme pour la majorité des enfants et les jeunes de de setif (ces 2 ou 3 generations ne sont plus bilingues comme avant ( nv faible dans les 3 langues ) arabe français, anglais

— Le niveau des eleves et des étudiants universitaires mr sellal voulait que setifdevienne un exemple à suivre (satif eraida) comme à la belle époque des lyceens de Malika Gaid KEROUANI IBN RACHIQ etc etc

— Le savoir et la lecture (dans les centres culturelles etc etc )

— les investissements et la realisation des GRANDS projets ET LE PERFECTIONNEMENT dans le travail .IL VEUT QUE SETIF donne l exemple comme d habitude ; ; ; ; ; ;QUELLE mission C EST UN HONNEUR pour notre wilaya ALLEZ AU BOULOT

QUAND à son humour il essaye de faire e son mieux ha ha mais ha ha
allah ijib el khir amiine

...Amicalement :

Si sa femme à lui, lui tappait les mains à chaque fois qu’il a dit une connerie, on ne serai pas arrivés là...

Commentaire n°273392 :

Il ne sait pas ce qu’il prononce. Un premier ministre !! C’est une honte.

Halim :

Meme le chanteur Lotfi DK réagit au dicours de Sellal. Voir cette vidéo : https://www.facebook.com/doublekanon2/videos/10155316296044096/?hc_ref=NEWSFEED

Woman :

La plaisanterie est lourde lourde et bien mal venue , l’ambiance d’une salle de meeting fait souvent déraper et il doit savoir que ces paroles seront rapportées, moquées caricaturées ..... mais puisqu’il en parle il devrait s’occuper, lui le premier ministre, un peu plus des conjoints battus, parfois jusqu’à la mort, humiliés et méprisés y compris par la police et la justice sensées les défendre surtout que 99% de ces conjoints ainsi maltraités sont des...conjointES !

nadhor :

ce matin en écoutant sur bfmtv le futur président (MR EMANUL MACRON) et aussitôt passer sur setif infos écouter le premier monstre de l algerie sellal abdelmalek je me suis dit pourqu oui dieu nous chatis-t-il comme ca qu’ a t on fais nous autres algériens......

hacene :

monsieur le peremier sinistre j e t informe que toutes les femmes qui etaient dans la salle n ont pas de maris

merouche charaf éddine :

salam oualikoum- a halim ta raison en dirait un bouffon qui fait rigoler sellal et censer représenter les algériens a l’intérieure du pays comme a l’éxtérieure c’est pas térrible intéléctuelement je dit pas que je suis plus intéligent que lui mais bon y a des limites. mois je regarde une émmision sur canal algérie le vendredi aprés midi sur l’islam avec des profésseur il on en dans la téte et son cultiver pourqoi il ne sont pas ministre ou députer a alger et il on a bien d’otre comme chems eddine chitour et il on a dotre qui en on dans la téte avec les conférence de la tedxalger http://tedxalger.com et déveloper se consépte dans toute les ville algérienne quelque éxemple et faire partisiper tout le monde sont éxclure personne les vidéo de double canon https://www.facebook.com/doublekanon2/videos/10155316296044096/ et https://www.youtube.com/watch?v=XCGGFpUX6gc et https://www.youtube.com/watch?v=tdC25ECOnvI

merouche charaf éddine :

salam oualikuom-je suis anti chita j’ai rien a gagner avec lui ou d’otre aller pas croire . il y a une personnes intéligentes en algérie qui pourait étre ministre ou députer ou se présenter au prochaine éléctions présidentiel en algérie et il on a d’otre et qui sont cultiver et en du savoir et qui en des idées comme mr kamel chekkat qui c’est parler l’arabe et l’écrire c’est pas le cas de tout le monde en algérie SELLAL ET LA LANGUE ARABE.les vidéo https://www.youtube.com/watch?v=YDwI2DzjIQ8 et https://www.youtube.com/watch?v=Kc8Lnp-aIyM et https://www.youtube.com/watch?v=QJxAkm5PXQE&t=205s

Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. (...) :

Ce que devra être le profil du futur parlementaire algérien
par Chaïb Aïssa-Khaled*
Celles et ceux, (ces députés), qui seront amenés à animer la vie politique en Algérie, avant même le pouvoir exécutif, (cette émanation du système politique aux commandes des affaires de l’Etat), en portant haut et fort la voix de ceux qu’ils seront censés représenter pour en défendre la souveraineté citoyenne, devront faire le serment de ne pas dévitaliser la valeur « confiance populaire » dont ils se feront les dépositaires, convaincus de la noblesse de la mission dont ils seront investis. Ils ne la réduiront pas à une vulgaire valeur boursière politique.

Ces femmes et ces hommes se refuseront d’être à la solde du rationalisme morbide, encore moins à la solde d’une mégalomanie démesurée ou à celle et de fantasmes gluants et politiquement primaires. Ils ne s’enfermeront pas dans une bulle et se limiteront alors à surfer sur les préoccupations de leurs concitoyennes et de leurs concitoyens, (ambitions, aspirations, besoins et contraintes), à s’emparer de leur sort pour le donner en pâture aux injures du temps, (précarité, débrouillardise). Ils s’érigeront plutôt en un authentique rempart face aux forfaits majeurs ou aux dénis intolérables s’ils venaient à être orchestrés à l’endroit de leur peuple et qui le mèneront, sans doute aucun, à cuver la lie d’une gestion à sens unique qui fera fi de l’ambition citoyenne à laquelle il aspire, (être à l’abri du besoin pour ne pas muer en sous-société boutefeu).

Ne se laissant pas dévorer par la stérilité politique, ils ne seront pas cette espèce de conjuration pilotée par des androïdes qui, s’inventant « parlementaires », s’en donneraient l’air d’avoir l’air. N’ayant pas l’air du tout, elle se limitera, le temps d’un mandat, à mordre dans son corps pour finir :

*soit noyée dans ses réflexes primaires, (refus obstiné d’admettre que l’effort et le mérite sont les seules causes de l’élévation sociale, « institutionnalisation » de la cooptation et de la corruption, accaparement des biens de la collectivité, enrichissement illicite, spéculation, mépris à l’égard de ceux qui ne lui ressemblent pas si ce n’est leur rejet, encouragement et promotion du gangstérisme administratif) ;

*soit épuisée en futilités. (Elle se figera, alors, dans des comportements diamétralement opposés à la mission qui lui est dévolue, ou elle campera sur des positions politiques et idéologiques non conformes aux préoccupations de la société).

Les régiments des laissés pour compte et les projets de ceux qui veulent que l’Algérie n’ait jamais de projets, devront les inquiéter. Ils ne s’encombreront pas du discours totalement en déphasage tant avec les préoccupations nationales qu’avec les exigences mondiales. De la sorte, ils ne relègueront pas à un ordre accessoire ce qui sera attendu d’eux.

Ne cautionnant en aucun cas la frustration de l’inaccessible qui agresse les jeunes, ils se dresseront comme un I face aux tensions qu’ils vivent au quotidien. Ils combattront les spéculations qui sévissent tous azimuts au même titre que les fictions politiques et les violences constitutionnelles conjuguées dans celles de l’argent, si elles viendraient à se produire, la promotion du clientélisme qui a accéléré le dysfonctionnement institutionnel, le césarisme administratif et bureaucratique qui s’est nettement élevé au rang de norme de gouvernance, le libéralisme débridé qui a farouchement favorisé la constitution de fortunes colossales et de fait, l’émergence spontanée de castes immobilières et foncières, le verrouillage du droit à l’expression s’il tendra à devenir l’expression d’une loi, toute obligation faite au citoyen d’admettre, motus et bouche cousue, que son sort se défasse. Par ailleurs, ils ne laisseront pas les coudées franches aux divers centres de décisions et les interpelleront s’il leur arrive de mettre au défi le souci national, (se mêler au monde sans gêne et sans complexe et gérer le tumulte de la modernité, sans erreurs et sans illusions).

Les futurs élus du peuple et bien qu’ils fassent le serment d’identifier à sa juste valeur l’importance de la sacralité qui devrait les lier à ce dernier et à en faire le fer de lance de leur mission, (garantir l’accomplissement du bien-être citoyen et de la souveraineté citoyenne), conscientisant la confiance mise en eux, ils ne légaliseront jamais les équilibres générateurs d’instabilité.

Appelés à jouer dans la cour des grands, ils ne feront pas de la scène politique un théâtre d’ombres. L’absence de visibilité politique nuit aux activités sociétales en nourrissant le malaise, en favorisant l’ineptie, en encourageant l’inertie et en jetant le discrédit sur les institutions. Ils ne perdront pas de vue que toute absence de visibilité politique est, par essence, savamment entretenue et exploitée par le panel de ceux qui investissent dans le désenchantement populaire provoqué et dans la méfiance et par ceux qui refusent de se défaire des attelages politiques occultes parce qu’ils y trouvent leur compte, (ils en sont même les sous-traitants).

Convaincus que le peuple algérien a compris que pour être efficace, un modèle de gouvernance parlementaire doit être ouvert et transparent et surtout nanti d’une volonté ferme à l’écoute de ses préoccupations, les futurs députés se refuseront de confondre le bien avec leur volonté. Ils ne seront jamais cette confrérie qui préférera plaire pour protéger ses acquis. La confiance mutuelle s’établissant et devenant alors une monnaie d’échange, les Algériennes et les Algériens se sentant concernés, réagiront positivement et collaboreront efficacement pour que s’accomplisse le rêve national. Et c’est là où résident tout le génie et toute la diplomatie du parlementaire.

A propos du génie du « parlementaire ». Le génie de tout parlementaire qui aspire à jouer dans la cour des grands est de compter parmi les Césars qui sauront composer avec les mutations des progrès scientifiques et technologiques et s’intégrer à ce mouvement dans la préservation de leurs génies propres, parmi ceux qui ne sauront plier sous l’orage acariâtre de l’illusion, qui ne se disperseront pas autour d’ambitions tourmentées, qui tourneront le dos à tout ce qui est nuisible, qui se refuseront d’être une négation de l’homme mais s’useront au profit du bien-être auquel aspire le genre humain, qui ne s’abandonneront pas sur la pente de l’imagination féconde en subtilités superflues, qui n’auront pas de contact avec le progrès que par des liens de consommation immédiate et sans plus, qui sauront composer avec les honneurs de la victoire pour les annexer à leur cause, la promotion du développement national autonome..

A propos du rêve des nations. Dans ce monde où le rythme des mutations que subit le complexe progrès / civilisation, est fortement accéléré, les pouvoirs législatifs qui ont compris leur rôle, refusent d’admettre que les pouvoirs exécutifs considèrent la souveraineté populaire comme une gêne infligée à leur autorité et lui opposent une attitude de répulsion. Ils refusent que soient régentées et mises au pas, souvent avec brutalité, les sociétés humaines. Ils refusent que leur soit dénié leur rôle dans la recherche de la solution au bien-être citoyen. Ils savent se mettre du côté du droit, de la justice sociale et des libertés fondamentales des citoyens. Ils savent, en outre, mener de manière soutenue une dynamique d’amélioration de leur gouvernance en matière de développement humain conformément à cette norme universelle qui recommande de faire du développement humain le centre des stratégies globales à adopter pour qu’aboutisse le développement durable de leurs nations. Aussi, ils n’occultent pas ce qu’ils devront avoir en commun avec les citoyens qui les ont élus, (œuvrer ensemble à la valorisation des atouts de leur nation).

Par contre, dans les pays où les absurdités engendrées par la stérilité politique que ces pouvoirs législatifs distillent sont légion, il n’en est rien de tout cela. Il y est, par contre, difficile de regarder vers l’avenir. Le gangstérisme de l’administration, le délitement des fondements de l’unité nationale, la mise à mort de l’espoir, « l’antitout » ce qui ne ressemble pas aux promoteurs de « l’échec recommencé », y sont consacrés. Le diktat y étant de mise, le souci d’embrigader les hommes moyennant privilèges y est érigé en savoir-faire national. Le comportement citoyen qui doit être l’unique contrepoids et l’unique chemin vers la démocratie, y est taxé de dangereux. Mieux encore, celui qui sait y est sommé de vivre caché quand bien même il dépérira par dégénérescence au profit de l’émergence d’instincts insolites. Le marasme y est réel. La délinquance politique, la délitescence sociale, la déliquescence économique ont fait qu’ils risqueraient, sans un élan salvateur et sans un sursaut salutaire, de se placer dans une logique d’exclusion, (déphasage sociétal et culturel et isolementa économique), telle qu’ils pourraient être condamnés par l’évolution mondiale à l’arriération porteuse de toutes les frustrations, de toutes les brimades, elles-mêmes porteuses de tous les intégrismes.

Moralité, les pouvoirs législatifs qui refusent de se réformer au profit de la promotion du bien-être national, de la démocratie et de fait, au profit de l’accomplissement de la citoyenneté, ont fini par frustrer les ambitions de leurs cités, par laminer leurs aspirations et par affûter leurs contraintes. Mis en mission commandée, ils se condamnent à prendre de mauvaises décisions. Ils refusent de faire des haltes, des audits réguliers, d’évaluer le chemin social, politique et économique parcouru, d’en identifier les failles, de proposer les correctifs adéquats et surtout de situer les responsabilités. Ils passent leur temps à se tailler des lois sur mesure dans la roche de la dérision. Mieux encore, ils ne respectent pas les lois qui ne les arrangent pas. Ils s’obstinent à rejeter le changement quand bien même il s’impose et combien sans lequel, ils risqueraient d’aller très loin dans la dérive, certainement jusqu’à provoquer le pourrissement.

En conséquence, ces pays n’ont su s’intégrer au mouvement progrès /civilisation qui est en train de faire le sort des nations. Ils perdent de l’altitude. Ils traînent inlassablement dans les profondeurs des divers classements mondiaux. Le FMI et la Banque mondiale les attendent avec des conditions qui emprisonnent ou à la limite altèrent leur souveraineté. La croissance économique peine à y décoller. Le virage économique entrepris pour rétablir l’équilibre, bien que de type libéral, (norme économique universelle), y soit des plus capitalistique. L’inflation y est galopante. La paupérisation des classes moyennes y est devenue une sorte d’affectation définitive. Le taux de chômage n’y est pas maîtrisable. La structure du marché du travail y est fortement bouleversée. La fiscalité s’y impose aux petites bourses et épargne les grosses fortunes. La sécurité sociale y est latente. La couverture sanitaire y est loin d’être conséquente. Le système éducatif y est des plus délétères. Le cyclone de la mondialisation y a aspiré l’ambition citoyenne, vivre et évoluer au rythme de l’international.

En tout état de cause, la responsabilité incombe unilatéralement à toutes celles et à tous ceux qui auront cautionné ces promoteurs de « la faillite » pour qu’ils s’érigent en ces tuteurs qui s’arrogent le droit de tous les droits sur leurs peuples et qui, faute de prospective, se contentent de castrer le réflexe citoyen qui a pour mission de construire un monde humanisé et débarrassé des germes de l’ignorance, de la violence, de l’instabilité en vue de réussir un bien-être social. Ils se contentent en outre de promouvoir la pensée unique, le discours unique, le raisonnement unique. Ils se contentent aussi de formater l’esprit citoyen de manière à ce qu’il soit comme conditionné pour que cette pensée unique soit forcément axiomatique. Ils se contentent par ailleurs d’évoluer à travers leurs fantasmes désarticulés et ne vivent que pour servir leurs propres intérêts et ceux de leurs ayant-droits. En conséquence, le risque de sacrifier, dans une passivité inconsciente et suicidaire, les chances de progresser de leurs pays, est majeur. Ils se contentent ainsi de dévorer la matière vivante de leurs peuples.

La démocratisation du pouvoir citoyen s’accélérant et s’intensifiant à travers le monde appelle les Etats à le sacraliser et à le promouvoir parce qu’il est l’émanation de la volonté populaire, parce qu’il est le seul capable d’écarter les risques de marginalisation et d’exclusion lors du choix du paradigme de la gestion sociale, économique et politique à adopter et le seul habilité à développer une coopération confiante et fructueuse entre les gouvernés et leurs gouvernants et qui s’engagera dès lors à relever le défi qui lui est subséquent, le développement durable, équitable et équilibré. Il est donc tout à fait clair que les futurs parlementaires algériens et parce qu’ils n’occulteront jamais ce qu’ils devront avoir en commun avec leur peuple, (œuvrer ensemble à la valorisation des atouts de leur pays), devront s’inscrire dans cette logique et non dans la promotion de toute forme d’entreprise politique qui fait fi de l’intérêt des peuples à sacraliser le sens réel de la gouvernance génératrice du développement durable, équilibré et équitable et qui ne subvertit pas la démocratie en lui opposant une attitude de répulsion.

Moralité, par souci de jouer dans la cour des grands, sans gêne et sans complexe, les Algériennes et les Algériens ne devront pas se faire représenter par des mégalomanes inspirés par leurs instincts de base et qui croient qu’ils ne seront rien d’autre que la sécrétion de leurs sociétés, par ce genre de planqués passés maîtres dans l’art de faire semblant, par des chantres de la démocratie alors qu’ils en sont le visage hideux, par ceux qui, renaissant de leurs cendres, se sentiront cautionnés et s’investiront, alors, par petites touches, aveuglément et sans remords, dans l’accomplissement du chaos qu’ils réussiront. Ils finiront par avoir raison et de façon définitive de cette grande ambition.

*Directeur de l’Education de wilaya, professeur-chercheur Institut national de recherche en éducation, auteur de douze ouvrages.
Le Quotidien d’Oran.

une idee :

Je pense qu il voulait dire ce vote n est q’une blague comme celle qu il vien de faire.

Aïssa :

HONTE, PITIÉ, DÉSHONNEUR ! C’est ça la Démocratie algérienne, et c’est le Premier Ministre de l’Algérie ! ? ! ? ! ? ! ? !

STAIFI 59 :

Quel con ce type , un vrai clown
HONTEUX
Pauvre ALGÉRIE !

Djafari :

Sellal veut sans doute suggérer, avec une allusion à peine voilée, d’administrer une correction purement symbolique et paternaliste aux conjoints qui ne reconduiraient pas aux affaires ces potentats d’un système dépassé, tant attachés à la conception passionnelle, féodale et clanique du pouvoir.

Sétencormoi :

Si le Premier Ministre compte sur ces femmes-là précisément pour obliger leurs maris à aller voter, il est sûr qu’il n’y aura pas grand-monde dans les bureaux de vote le 4 mai. Vous verrez, vous, une femme mariée délaisser sa maison, son mari et ses enfants et aller assister à un meeting ?
N’empêche qu’à travers la blague foireuse, le sous-entendu est terrible à l’encontre des Ameur Lah’rar.

khali :

au secours sellal le ....... que je suis consigné
je n’arrive pas à le joindre
dites à Sallal, ce ...., que ma femme m’a obligé à faire la grasse matinée, m’a interdit de sortir de chez moi ce jeudi 04 mai, qu ’elle a caché tout mes papiers ( carte de vote, permis de conduire, CNI, carte professionnelle, ) , qu’elle m’a servit un bon petit déjeuné au lit,

elle a programmé une sortie aérée à Megres car elle y tiens à la santé de son mari et ses enfants
je m’exécute

Commentaire n°273424 :

Pauvre faqaqir.....

KHELIFA ALBEURRI :

Salama alaikoum,

J’ai complétement oublié....
Je ne suis pas allé "voté" pour ces "dépités"....de la "ripoublique"....qui ne savent que lever la main pour la pâte à modeler...pardon...pour la "constitution"....ces voyous....ces ratés....ces ......
Malgré cela ma chère épouse m’a préparé le café...
Elle ne m’a pas frappé....ouf....je l’ai échappé belle !
Elle aussi n’a pas "voté"...
Mes chers enfants ont aussi oublié d’aller "voter"...
Ils se rattraperont ce dimanche pour aller VOTER pour le jeune homme...Macron...
Quelle honte vous nous faites ya les incapables....ya les corrompus...ya les cheuiétines.....ya khada3ines !!!
Quel spectacle vous offrez au monde....
Allah lé ireubeuhkoume !
Haramtou 3lina bledna !!!

PS/ J’ai toujours voté....mais depuis 2014...et le 4 ème "mandat"....ouellou....Bandes de voleurs et de corrompus....vous avez dilapidés les richesses de ce magnifique pays....
hisbi Allah oua ni3me al ouakile.

nosy-bé :

Voter ,c’est faire élire les candidats apparentés au pouvoir algérien, dans un jeu fabriqué par lui , pour lui . Pendant tout le temps , les élus "du peuple" ,mais choisis par le régime dans sa clientèle , n’ont fait que cautionner, à mains levées , ce que propose ce pouvoir. Je ne vois pas ce qui va changer ,en mieux, à l’avenir , si tant est qu’il y ait espoir d’en avoir un . Pour cette raison ,et pour d’autres , ,je ne saute pas . Pour revenir à notre sujet , le chef du gouvernement donne un message ..pas du tout naïf . Il suffit de lire entre les lignes !

khali :

Algérie Election législative

4 000 (4.5%) hommes de la wilaya de sétif (4.5%) battus par les femmes qui ont suivi la consigne de sellal
j’espère qui sera dégomme lors des prochaine élections

Question à Monsieur Sellal ? est-ce un bon score ou un camouflé ?

PS : sétif reste loin derrière la France où Le taux des victimes de violences conjugales, pour le cas des hommes battus ou maltraités représente 27% dont 17% des cas mortels

tant mieux pour nous tant pis pour le gouvernement

Suivez la démonstration

Nous sommes près de 40 millions d’Algériens,
Structure par âge de la population :
• - Zéro à 14 ans : 28,04 %
• - 15 à 29 ans : 27,21 %
• - 30 à 49 ans : 27,9 %
• - 50 à 69 ans : 12,5 %
• - 70 ans et plus : 3,87 %
• Avec une Population égale 1 .438.702, en 2005, Sétif reste la deuxième wilaya
Hypothèses :
1-
23 millions d’électeurs
Taux de participation nationale
Législatives 2017- Evolution du taux de participation national : 33,53% à 17H00 soit 7.6 millions de votants

2- Sellal appelle les femmes de Setif à battre les maris qui ne votent pas
Le taux de participation aux élections législatives 2017 dans la wilaya de Sétif est de 34,22 % soit environ 300 000 votants pour une 900 000 inscrits (source la cellule de la communication de la wilaya de Sétif.)

Démonstration :
Raisonnement par récurrence

Supposant que le taux de participation nationale (33.53%) est vrai
Considérons que le taux de participation de sétif (34.22% ) est vrai

Supposant le taux le nombre de femmes est égale au nombre d’hommes, alors nous pouvons conclure que 300 000 / 2 = 15 000 sont des hommes dont il faut expurger un peu plus que la moitié d’hommes non mariés pour cause le manque de logement et du chômage soit environ 8 000 moins de 07% sont des hommes battus

Ce chiffre est à prendre avec précaution car les hommes candidats aux législatives et leur entourage représentent une bonne moitié de ce chiffre ‘ces sirs (des candidats au vol) sont qui sont hors de la morale et qui sont toujours battus,

CNCLUSION
seul 4 000 (4.5%) hommes de la wilaya de sétif (4.5%) battus par les femmes qui ont suivi la consigne de sellal
c’est un record à effacer

khali :

des députés qui ne représentent que leur partis , qui sont appelés à siéger pour lever la main et empocher des sommes faramineuses que le pouvoir distribue pour se maintenir
des députés chèrement rétribues pour une sale besogne qu’il affectionne

le peuple ne veut pas de ces voleurs dont le vol est légalisé par le pouvoir mais discrédité par le peuple

l’acte de démission , l’acte d’annulation sont-ils des tabous dans votre pays ?
la honte est un qualification qui n’existe pas chez ces parias, ces voleurs.....!!!!!?????

khali :

le peuple a très bien compris ; il boude
le pouvoir a bien compris, il persiste

Commentaire n°273464 :

@ Khali

Donne la source de tes affirmations sur les femmes battues.. et même si c’est vrai - mais on en doute on en doute- en France les femmes battues portent plainte et sont écoutées en Algérie soit elles vont quelques jours chez leur parents panser leurs plaies et elles reviennent la tête basse, soit elles se taisent et acceptent parce qu’elles n’ont nulle part où aller car la police ne les écoute pas et notre pseudo-justice les renvoie chez leur bourreau pour lui "pardonner" pour ne pas " briser la famille’" lui il ne la brise pas en mille morceaux la famille quand il massacre sa femme devant les gosses bien sûr : Arrêtes tes énièmes élucubrations ...

souma :

il peut tout se permettre. Il est le sbire d’un pouvoir pérenne. il est vomi, lui et le pouvoir qu’il représente et pourtant ils sont tous et toujours là. Par quel jeu de mains ? je l’ignore. Mais ils sont tous et toujours là.
Son genre "humour" ? je suis tenté de dire que c’est sa marque déposée. Avons nous oublier sa fameuse boutade ? : "ينعل بو لما إحبنش maudit soit le père de celui qui ne nous aime pas".
Et j’ajouterai que c’est un signe de mépris envers les "sujets" de sa majesté, le "président à vie". Un président "légitime" qui légitimement boude son peuple depuis, et même avant, sa légitime réélection.
Et, comme dirait un certain, que le cauchemar continu. Ils ont la majorité absolue et il peuvent encore régner en chefs absolus sans être responsables de quoi que ce soit car tout se fait dans le cadre du programme du "président de la république", qui une fois disparu, ils s’en laverons les mains tout en enfourchant un autre cheval pour appliquer un autre programme d’un autre président. Bis repetita. Pourvu que le prix du pétrole augmente. Car il n’ont aucune solution pour ce pauvre peuple que celle de téter cette rente ou d’endetter les générations actuelles et futures.

BENBOULAID ; BENMHIDI,AMIROUCHE, EL HAOUES ; ZABANA, .... :

Ce Monsieur Sellal premier ministre 2017 de la république Algérienne Démocratique avec un régime oligarchique composé de médiocres, est la hantise des Algériens.
On a honte de dire qu’on est algériens et que notre premier ministre est un illettré, un médiocre, un mendigot et un stupide.

je le répète et je signe que ce monsieur Sellal est la Hantise de tous les Algériens.

VIVE CHOUHADA ET VIVE LES HOMMES QUI SONT MORTS POUR CE PAYS. qu’ils reposent en Paix.

NB . LES FEMMES QUI ÉTAIENT PRÉSENTES CE JOUR SONT TOUTES DES HAJALETES ET DES RÉPUDIÉES

Amicalement... :

Si boumedienne était là, il te fraperait autre chose que la main...Crois moi...

SetifPUR :

Tez tez tez !!

C’est notre François Hollande ...

On est foutu !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles