Accueil > Evénements >

Le ministre des ressources en eau chahuté à Sétif sur un chantier

lundi 22 avril 2019, écrit par : Boutebna N.

Le ministre des ressources en eau, Ali Hamam, a été chahuté et empêché d’accéder hier, à un projet de Cosider dans la wilaya de Setif.

Les travailleurs de l’entreprise Cosider ont fermé l’accès du chantier face au ministre et ils ont scandé devant la porte du chantier « Dégage », exprimant leurs refus des membres du gouvernement Bedoui. Ainsi, le ministre Hamam a connu le même sort que plusieurs autres membres du gouvernement, à l’instar de ministre de l’énergie ou celui de l’intérieur il y a quelques jours. Pour rappel, le Wali d’Alger a également été chassé ce matin, lors de sa visite d’inspection sur les lieux de l’effondrement d’un immeuble à la Casbah.aux régions Centre et Est, sera enregistré.

Reflexion


Partager cet article :
11 commentaire(s) publié(s)
Eraser :
Nous sommes passé à une phase critique et dangereuse. Au lieu de trouver une solution politique au moindre cout à la crise actuelle, on voit que la chasse aux sorcières (witch-hunt) a commencé, de même pour les règlements de compte. C’est vraiment dangereux. La justice n’est pas indépendante, elle est devenue un serviteur aux injonctions. Mettre Mr Rebrab (74 ans) dans un fourgon cellulaire sans condamnation, c’est scandaleux et une très grande honte à l’état de droit qu’on cherche à construire. Pour moi c’est une torture morale et une humiliation à sa dignité. Aux USA, Michel Cohen a été condamné à 3 ans de prison ferme et il est invité de se présenter à la prison dans 2 ou 3 mois pour exécuter sa peine. Ici c’est un bled qui est devenu très dangereux, c’est le pic du (...)
Eraser :
Ces clowns de 3 mois font des cons. Ils doivent le comprendre et de ne pas provoquer le mouvement populaire. C’est dangereux ils risquent d’être lynchés. Ce matin Zouk a fallu d’être lynché. On ne joue pas avec la masse silencieuse
Djafari :
Il faut leur livrer une intifada impitoyable parce que ces pestiférés politiques n’ont pas encore compris qu’ils sont indésirables dans le pays qu’ils ont ruiné.
khali :
Sans dignité les democrates de l’ére Bouteflika, cherchent l’humiliation dans un hamam de foule. N’est pas sir hamam qui matérialisé l’énergie de giganteste environnement politique de la petite famille Bouteflika. L’effet DOMINO est enclenché . Il ne reste dans le nid de l’oued que les gilets.
Game over ... :
Tous les symboles du système ont intérêt de comprendre que le PEUPLE à décider de passer aux choses sérieuses. Enough is enough ! Fini à la politique du bricolage et de la fuite en avant. Tous ceux qui ont été , de prêt ou de loin, coupables d’actes nocifs contre leur PEUPLE et pays, il serait de leur avantage , de passer aux aveux , et demander des excuses. Le PEUPLE algérien a toujours été conciliant, surtout avec ceux qui reconnaissent leurs fautes commises consciemment ou inconsciemment… L’état de droit est le but essentiel de la révolution pacifique du PEUPLE algérien. Une suite logique de la révolution de l’indépendance. Il n y a plus de temps à perdre.
Commentaire n°286333 :
C’est la débandade. Le régime pousse au pourrissement pour instaurer l’état de siège et il a trouvé des marionnettes pour le faire. Quand je vois ces deux lascars qui ont pris le micro pour intervenir ( Mayouf et Djirar), alors je dirai adieu pour l’Algérie. Le pays est entré dans le chaos avec ces agissements et c’est anormale car c’est la loi de la rue.
merouche charaf :
Salam oualikoum.l’Algérie et un pays foutu l’arbre et malade et c’est fruit sans pourie aucune solution vote ou pas vote les gents de se pays en prie de sale habitude rien ni changera exemple la corruption.la hogra.l’injustice.la chita et bien dotre .
radio activité :
Chacun d’entre nous aimerait pouvoir faire ce qui lui plaît quand cela lui chante, ce serait l’anarchie, car les lois perdrait justement toute leur valeur de lois, de la tomber dans un ( Etat ) de nature où ne régnerait finalement que le désordre ; Nous ferions peut-être mieux de réfléchir aux conditions d’un Etat qui serait non seulement bon pour nous, en tant qu’il qu’il favoriserait une coexistence Pacifique, pour passer à la 2° République, les personnes passent, L’Etat reste.
ferkess CA :
Il faut avouer que l’idée de perturber les visites des symboles de cet etat malade est une bonne idée, en esperant que ça ne va pas rentrer dans les habitudes des algeriens. Car ces gens là ont humilié le peuple pendant des decenies. La moindre chose serait de les rappeler à l’ordre de temps en temps... les hand-kissers,et les leches bottes n’aimeront pas ça, car ils ont été dressés à venerer tout ce qui symbolise El houkouma, edawla.... On s’en fou...S’ils leur est impossible de vivre sans venerer quelqu’un, ehh bien qu’il venerent leurs peuple..Aumoins, ça serai plus digne, et honorable, non ?...
aissa :
Une vraie opposition unie et forte, ne semble pas prête pour l’élection présidentielle annoncée pour le 4 juillet prochain, qu’il faut reporter sine die, et continuer à se battre pour leur report, sinon ce sera toujours la même bande, la même clique, le même clan , même après le départ contraint de Bouteflika, ce sont les mêmes mafieux qui sont encore en place, et au pouvoir ! Salam.
aissa :
Dispersés au gaz lacrymogène Les travailleurs empêchés de marcher Les travailleurs ont été empêchés de marcher en ce symbolique jour du 1er Mai. Un impressionnant dispositif a été déployé au niveau de la place du 1er-Mai qui a été littéralement assiégée par des policiers décidés à interdire l’accès à la Grande-Poste. Ils ont usé de gaz lacrymogènes et interpellé des syndicalistes. Déterminés, des centaines d’entre eux ont réussi à se rassembler au niveau de la Grande-Poste. Ils ont crié leur rejet du système. Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Tolérance zéro pour la marche à laquelle avait appelé la Confédération des syndicats algériens (CSA). Dès dix heures du matins, les accès menant à la place du 1er-Mai, point de départ de la marche, étaient quadrillés par un dispositif impressionnant. Des centaines de policiers interdisaient systématiquement l’accès à toute personne voulant rejoindre la symbolique place. C’est un véritable état de siège qui a été imposé non seulement aux travailleurs venus manifester mais à l’ensemble des (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus