Accueil > Evénements >

Massacres du 8 mai 1945 : la responsabilité historique hante l’Etat français

mercredi 8 mai 2019, écrit par : APS

L’Algérie commémorera mercredi le 74e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, qui ont fait plus de 45 000 chahid, victimes de crimes contre l’humanité dont la responsabilité historique hante l’Etat français qui a annoncé, sous le pression de la rue, l’ouverture du dossier de ses crimes coloniaux.

Ces crimes commis par l’armée française durant la colonisation de l’Algérie se sont invités dans le-grand débat national" lancé par le président Emmanuel Macron dans le but de résoudre la crise sociale devenue politique.

L’opportunité de ce débat a été l’occasion de mettre à nu la face hideuse du colonialisme français que les autorités de la France se sont attelées, quelques années auparavant, à en consacrer la glorification à travers un texte de loi avant de se trouver, à présent, contraintes de dévoiler son côté sombre.

C’est dans ce cadre que l’anticolonialiste Henri Pouillot a adressé, en tant que témoin de la Guerre de libération nationale, une lettre au chef d’Etat français soulignant le besoin impérieux pour-leur génération d’anciens combattants que les crimes contre l’humanité (tortures, viols, crevettes Bigeard et corvées de bois), les crimes de guerre (600 à 800 villages rasés au napalm et utilisation du gaz VX et Sarin...) et les crimes d’Etat (massacres de Sétif/Guelma/Kherrata en mai 1945 et massacres du 17 octobre 1961 à Paris) soient reconnus comme tels et condamnés et qu’ils ne soient plus considérés comme ayant été les responsables de leur exécution.

La pression de la rue sur les autorités françaises s’est illustrée, fin avril, par un appel lancé, à l’occasion de la commémoration des massacres du 8 mai 1945, par un Collectif composé de 31 associations, un syndicat (l’Union syndicale Solidaires) et 6 partis politiques à des-gestes forts" des plus hautes autorités de l’Etat français, à l’ouverture de toutes les archives et à l’inscription dans la mémoire nationale de ces événements et un soutien à la diffusion de documentaires relatifs aux évènements dans l’Education nationale comme dans les médias publics.

Le même collectif, qui appelle à un rassemblement le 8 mai à la place du Chatelet à Paris, a estimé-impossible" de célébrer l’anniversaire de la victoire contre le fascisme-sans vouloir arracher à l’oubli ce qui s’est passé en Algérie ce même 8 mai 1945 et les jours suivants".

Dans une tribune publiée par le site électronique Médiapart, les intellectuels François Gèze, Gilles Manceron, Fabrice Riceputi et Alain Ruscio ont estimé que-L’+aventure coloniale de la France+ a produit des conquêtes et des répressions de masse criminelles qui violèrent gravement les valeurs que la France proclamait par ailleurs et auxquelles elle continue à se référer. C’est son crédit qui est en cause".

Pour ces intellectuels, il reste pour les plus hautes autorités de l’Etat français-bien des choses" à dire pour-reconnaître par exemple les massacres de mai-juin 1945 en Algérie.

Ils considèrent que si le président Macron ne décide pas de s’engager-résolument" dans la voie d’une reconnaissance-pleine et entière" de ce que furent les-errements et les crimes" de la République française dans ses colonies, il-s’expose au risque de rester dans l’histoire comme celui qui aura simplement cherché à instrumentaliser, à des fins électorales, la +question coloniale+".

Lire aussi : 8 mai 1945 : des jeunes pétris de courage et de patriotisme bravent le colonialisme français

Lors de sa visite en Algérie dans le cadre de sa campagne électorale en date du 5 février 2017, le président français, Emmanuel Macron, alors candidat, avait qualifié la colonisation de-crime contre l’humanité".

En réponse à une question du journal électronique-Médiapart", le 5 mai 2017, le président français avait déclaré qu’"il prendra des actes forts" sur cette période de notre histoire.

Le président Macron a admis, le 19 mars dernier, que le système colonial en Algérie était-injuste" et-niait les aspirations des peuples à décider d’eux-mêmes", avait reconnu que la France reconnaissait le crime d’Etat à travers l’affaire de Maurice Audin, et était prête pour restituer à l’Algérie les crânes des dirigeants de la résistance populaire conservés au Musée de l’homme de Paris et lui livrer des copies des archives concernant l’Algérie de 1830 à 1962.

Un crime d’Etat imprescriptible

Les massacres commis par la France contre le peuple Algérien le 8 mai 1945 sont imprescriptibles, en vertu des dispositions du droit international relatives aux crimes de guerre, comme-il ne subsiste aucune restriction juridique", selon les juristes, pour engager des poursuites judiciaires à l’encontre la France, même s’il est impossible-d’appliquer la responsabilité personnelle, vu que les auteurs de ces crimes ne sont plus en vie". Cependant, l’Algérie est en droit-d’exiger des institutions au sein desquelles ces personnes exerçaient leurs fonctions de réparer le préjudice par des mesures juridiques et diplomatiques".

Des acteurs du mouvement associatif, à leur tête l’Association du 8 mai 1945, comptent prendre les mesures nécessaires en vue de demander la classification des massacres du 8 mai-crimes de génocide contre l’humanité" et leur enregistrement au niveau de l’Onu pour réclamer des excuses et l’indemnisation des victimes.

A cet effet, les juristes ont évoqué la possibilité d’engager une action judiciaire près la Cour internationale de justice (CIJ) pour les différents crimes commis par la France coloniale ayant fait des millions de victimes, entre autres répercussions, à l’instar de leurs effets négatifs sur l’environnement.

Les massacres du 8 mai 1945 furent un tournant décisif dans la maturation de la pensée de la résistance algérienne, en jetant les fondements d’une nouvelle orientation basée sur la règle-ce qui a été pris par la force ne doit être repris que par la force", et en mettant à nu les fausses promesses données par la France coloniale au peuple algérien pour le mobiliser lors de la 2e guerre mondiale.

Perpétrés dans plusieurs régions du pays où des dizaines de milliers d’Algériens avaient été victimes de la répression française, ces massacres furent une autre face du visage horrible de la France coloniale.

Alors que les Français célébraient la victoire des alliés contre l’Allemagne nazie marquant la fin de la seconde guerre mondiale, des dizaines de milliers d’Algériens sont sortis dans les rues à Sétif, Guelma et Kherrata ainsi que dans d’autres villes du pays, répondant à l’appel lancé pour l’organisation d’une marche pacifique en faveur de l’indépendance de l’Algérie.

Mais la réaction de l’administration française fut violente et brutale, lançant une vague de répression sanglante contre les manifestants sans défense. Durant plusieurs semaines, les forces coloniales et leurs milices ont eu recours à tous types de violences, avec des tueries en masse, n’épargnant ni enfants, ni femmes, ni personnes âgées.

Des personnes désarmées abattues à bout portant, d’autres transportées dans des camions pour être jetées dans des ravins, alors que d’autres sont emmenées en dehors des villes pour être exécutées. Leurs corps brûlés sont ensuite ensevelis dans des fosses communes.

Des fours à chaux étaient également utilisés par l’armée française pour se débarrasser des cadavres des victimes, un acte qui témoigne des plus ignobles crimes de l’histoire contemporaine.


Partager cet article :
12 commentaire(s) publié(s)
nobdoy :
Une fois que l’Algérie aura un gouvernement digne de son nom, il faut qu’elle este la France, en justice, pour crimes contre l’humanité, non seulement pour les massacres du 8 mai 1945, mais pour tous les crimes commis, durant les 132 ans de son occupation, barbare et esclavagiste... Gloire aux martyrs.
simple d’esprit :
Citoyen de la dernière roue du char,d’un peuples,sans droit et sans propriété, et qui était exclu, la plus pauvre de la société, qui ne possède rien, indigent,pauvre, Peut-on oublier ? NON ! nous sommes encouragés par le témoignage de fidélité de nos frères et sœurs Martyres , gloire à nos Martyres morts, pour que Vive L’Algérie .
nosy bé :
L’évènement du 8 mai 1945 qui restera gravé dans la mémoire de l’humanité est le largage de la bombe atomique sur Hiroshima ,ou encore la fin de la très douloureuse deuxième guerre mondiale . Au regard de l’Histoire ,tout le reste est détail..L’exploitation sans retenue des évènements de Kherrata,Sétif et Guelma pour expliquer ceci ou cela ,n’est pas dénuée d’arrières pensées politiques . C’est pour le pouvoir que l’on gesticule 74 ans après la douleur de ceux qui l’ont subie .Il faut se mettre tout de suite à construire l’Algérie de demain ,celle que réclament ,à cors et à cris ,des millions d’Algériens depuis que la France n’est plus ici,et surtout depuis un certain 22 février 2019 . Pour ne plus avoir à revivre la violence et le mépris du colon ,il faut le mériter par le travail ,l’équité ,la vérité ,la liberté....et l’amour vrai de la patrie (...)
M.F.TOUMI :
Que Dieu Tout-Puissant les accueille dans son vaste paradis. Mais qu’a fait l’Etat Algérien pour ces victimes et leurs ayants droits ?!...M.F.TOUMI
Naoui :
L’image n’est pas de très bon goût. Il faut arrêter la glorification nombriliste et élargir l’évènement à la condition humaine en recherche d’une culture de paix, ce qui seul peut donner un sens humain la mémoire de la douleur, au lieu de l’exploitation ad nauséam d’un victimisme instrumentalisé par le pouvoir qui a détruit l’Algérie depuis 1962.
NAWARA LAFAYETTE :
Je ne crois pas un instant que le gouvernement français soit hanté par le 8 mai 1945 - une chose est sûre : Boutef brother’s - Saadani -Khelil - Ghoul , Gaïd ( sous un prête-nom), ..etc etc et bien d’autres ne sont pas hantés par cette date vu qu’ils y ont élu domicile , s’y font soigner ! y investissent l’argent volé aux Algériens !!!
nobody :
@ Naoui--- Desmond Tutu disait : « La paix est impossible sans la justice. »
Commentaire n°286513 :
que fait l’état algerien depuis 1962, a part voler le peuple algerien ? ? ? ? ?
ISGHI :
Durant la guerre d’Algérie , certains combattaient courageusement, d’autres un peu moins mais contribuent financièrement,d’autres ont choisis la France soit par intérêt, soit par nécessité .... Le plus grand nombre de victimes est enregistré du coté des combattants courageux, alors que le nombre des autres catégories était plus important à l’indépendance du pays ; Avec çà, on comprend mieux pourquoi certains parlent de commémoration du 8 Mai 45, tandis que d’autres parlent de la fête du 8 Mai 45 !!!! Et comme cette année, le peuple a retrouvé son vrai courage, donc le nombre de combattants devient plus important, ce qui révèle la vrais histoire du combat glorieux de nos parents et grands parents !!!!!!
bougaa :
Les français s’en moquent et ignorent volontairement l’histoire de l’Algérie. Cessons de croire qu’un procès pourrait avoir lieu contre la France, c’est totalement ridicule. Seuls les algériens souffrent encore de cette sale guerre, les français l’ont balayé de leur mémoire. On peut vite dans le passé ou regarder en avant sans oublier notre histoire et il est évident que la majorité de notre peuple a choisi la seconde voie.
aissa :
@Naoui : tout à fait d’accord avec votre commentaire, et votre analyse. Merci. Salam.
CHAIBI Karim :
Bonjour Je ne me rends pas souvent sur votre site...mais pour SETIF, vous êtes quasiment le seul site hors des réseaux dits sociaux Juste une chose, évitez d’utiliser des images totalement anachroniques sur mai 1945 (je suis spécialiste sur cette question et vous le savez) Cette image date de 1959-60 dans la région de Saïda... L’association du mai 1945 et les archives à Alger reproduisent ces mêmes erreurs et je leur ai pourtant expliqué depuis plusieurs années. Karim CHAIBI

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus