Accueil > Evénements >

Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L’APC de Sétif tire la sonnette d’alarme

lundi 17 juin 2019, écrit par : F. Senoussaoui

Dans la wilaya de Sétif, notamment au chef-lieu, s’approvisionner en eau potable au niveau des puits, voire des fontaines privées est une habitude, voire une assurance pour les consommateurs du liquide précieux. Les responsables de l’ADE ne cessent de répéter que les eaux des barrages distribuées via le réseau public sont bonnes à la consommation, car elles sont traitées et contrôlées, une bonne partie des Sétifiens ne consomme pas l’eau du robinet, parce qu’ils se sont habitués depuis des décennies à consommer l’eau des puits. En effet, été comme hiver, de jour comme de nuit, les fontaines privées, appelées communément fontaines des puits, ouvertes par des bienfaiteurs en guise d’aumône pour leurs parents et proches décédés, sont prises d’assaut.

Certaines fontaines ne désemplissent pas, car la qualité de leur eau est jugée très bonne. Selon des chiffres du bureau d’hygiène communale de Sétif, 170 puits sont recensés et contrôlés périodiquement. Dernièrement, les responsables de l’hôtel de ville chargés de l’hygiène ont tiré la sonnette d’alarme quant au danger que peut constituer la consommation d’eau de puits non contrôlés et ont lancé via la radio locale un appel à la population et aux propriétaires des puits pour se rapprocher du bureau d’hygiène communal sis au siège de la mairie. “Veuillez vous rapprocher pour qu’on puisse vous fournir à titre gracieux les galets de chlore qui servent à désinfecter les eaux de vos puits et forages”, dira un fonctionnaire de la mairie de Sétif. Le fonctionnaire a tenu aussi à préciser qu’aucune autorisation ne sera demandée au propriétaire du puits ou forage, mais seulement son identité afin de le répertorier et suivre le contrôle du puits.

Par ailleurs, nous avons appris que les fontaines des puits qui connaissent une grande affluence sont contrôlées périodiquement afin de prévenir des MTH (maladies à transmission hydrique). Rappelons que, chaque année, la wilaya de Sétif enregistre des dizaines de cas de fièvre typhoïde et d’hépatite A. Les eaux des fontaines publiques ouvertes aux quatre coins des villes de Sétif et d’El-Eulma sont pointées du doigt. Les derniers cas de fièvre typhoïde ont été enregistrés à la cité Boucekine, où des habitants de la cité ont consommé les eaux du puits de la mosquée. Par ailleurs, plusieurs cas d’hépatite A ont été enregistrés depuis quelques mois à Sétif, notamment chez les enfants habitant les cités Berarma et El-Hidhab.

Liberté


Partager cet article :

Derniers articles

Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus