Accueil > Evénements >

Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L’APC de Sétif tire la sonnette d’alarme

lundi 17 juin 2019, écrit par : F. Senoussaoui

Dans la wilaya de Sétif, notamment au chef-lieu, s’approvisionner en eau potable au niveau des puits, voire des fontaines privées est une habitude, voire une assurance pour les consommateurs du liquide précieux. Les responsables de l’ADE ne cessent de répéter que les eaux des barrages distribuées via le réseau public sont bonnes à la consommation, car elles sont traitées et contrôlées, une bonne partie des Sétifiens ne consomme pas l’eau du robinet, parce qu’ils se sont habitués depuis des décennies à consommer l’eau des puits. En effet, été comme hiver, de jour comme de nuit, les fontaines privées, appelées communément fontaines des puits, ouvertes par des bienfaiteurs en guise d’aumône pour leurs parents et proches décédés, sont prises d’assaut.

Certaines fontaines ne désemplissent pas, car la qualité de leur eau est jugée très bonne. Selon des chiffres du bureau d’hygiène communale de Sétif, 170 puits sont recensés et contrôlés périodiquement. Dernièrement, les responsables de l’hôtel de ville chargés de l’hygiène ont tiré la sonnette d’alarme quant au danger que peut constituer la consommation d’eau de puits non contrôlés et ont lancé via la radio locale un appel à la population et aux propriétaires des puits pour se rapprocher du bureau d’hygiène communal sis au siège de la mairie. “Veuillez vous rapprocher pour qu’on puisse vous fournir à titre gracieux les galets de chlore qui servent à désinfecter les eaux de vos puits et forages”, dira un fonctionnaire de la mairie de Sétif. Le fonctionnaire a tenu aussi à préciser qu’aucune autorisation ne sera demandée au propriétaire du puits ou forage, mais seulement son identité afin de le répertorier et suivre le contrôle du puits.

Par ailleurs, nous avons appris que les fontaines des puits qui connaissent une grande affluence sont contrôlées périodiquement afin de prévenir des MTH (maladies à transmission hydrique). Rappelons que, chaque année, la wilaya de Sétif enregistre des dizaines de cas de fièvre typhoïde et d’hépatite A. Les eaux des fontaines publiques ouvertes aux quatre coins des villes de Sétif et d’El-Eulma sont pointées du doigt. Les derniers cas de fièvre typhoïde ont été enregistrés à la cité Boucekine, où des habitants de la cité ont consommé les eaux du puits de la mosquée. Par ailleurs, plusieurs cas d’hépatite A ont été enregistrés depuis quelques mois à Sétif, notamment chez les enfants habitant les cités Berarma et El-Hidhab.

Liberté


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
gawasetif19 :
gawasetif19 : A publier ebcore : http://www.reporters.dz/2019/06/17/setif-agression-du-foncier-des-residents-denoncent-le-detournement-dun-espace-public-au-profit-dun-promoteur/
Commentaire n°286909 :
La ferme ! puisque vous êtes incapables de nous procurer une meilleure eau....Comparer l’eau puante de Zada avec celle des forages ne nécessite pas de laboratoire...En principe vous tous en taule....
aba :
Zaama, j’ai alerté les autorités depuis 2017 sur le puits situé dans la harra au 28 rue frères meslem suite a la contamination de son eau par l’égout éventré au milieu de la cour de la harra. Avec un risque majeur d’une épidémie grave pour toute la ville et meme les autres régions. Du fait que les rats, chats, pigeons se croisent dans cette cour sinistrée et vont dans les magasins des grossistes en alimentations dans le voisinage de la harra et a tout le monde d’imaginé un début de peste et les dégats qui suivent. Mais aucun service n’a bougé et la situation est la même.
Colombe :
Consommer l’eau du robinet est un SUICIDE. Eau jaunâtre, voire marron, qui pue les égouts. Les pseudo responsables veulent rendre malade la population ??? Nous tenons à notre vie (don de Dieu) !!! Ces responsables ne font qu’encaisser de l’argent sur notre dos ; nous, petites gens. Donc un grand MERCI aux propriétaires des puits et que leur aumône leur soit rendue au centuple. Que Dieu veille sur eux. Si l’eau du robinet était potable, nous ne serions pas à courir pour trouver ce bien précieux. Pays riche et population obligée de recourir au système D en permanence pour assurer sa survie.
merouche charaf :
Salam oualikoum.Sétif une ville et son tramways et c’est coupure d’eau et c’est épidémie de choléra comme dans beaucoup d’endroit en Algérie.
Commentaire n°286966 :
Ce texte n’est pas sérieux du tout et c’est un bla bla di souk. Pourquoi parlez vous de la majorité avez-vous des chiffres sur le volume consommé. Les puits dans les milieux ruraux sont un plus et bénéfiques. Par contre dans les milieux. Avec de bonnes intentions de bienfaisances les propriétaires de puits font de plus de mal que de bien. La brique de chaux ne garantit pas la sécurité. Personne ne peut savoir ou garantir que les infiltrations des eaux usées et contaminées n’atteignent pas les circuits des eaux de plus. L’eau ne surgit pas à la verticale. Du point vu juridique, les propriétaires de puits ou de fontaines devront afficher eau non potable fermer le service.
Commentaire n°286967 :
Nous avons vu la latence de la santé à Blida pour déclarer le cholera et cerner la source. Et pourtant c’était une source d’eau ou les gens font confiance. Un ancien ministre a déclaré que peu de sources d’eaux minérales naturelles respectent les normes. Actuellement tous les problèmes n’ont pas de solutions parce que c’est l’Algérie. Chacun doit prendre les risques et les périls, personne ne peut garantir la qualité de l’eau. Il faut traiter votre eau à consommer

Commenter cet article
الرد على هذا المقال

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus