Accueil > Evénements >

Première thèse de doctorat en langue française à Sétif

Yasmina Khadra assure le lien entre Sétif et Rennes
mardi 23 juin 2009, écrit par : F. Senoussaoui, mis en ligne par : Boutebna N.

’université Ferhat Abbès de Sétif vient d’avoir son premier doctorat en littérature française. En effet, M. Mohamed BOUDJADJA, enseignant à l’UFAS depuis plusieurs années a dernièrement soutenu publiquement son doctorat en littérature maghrébine.

« Poétique du politique dans l’œuvre de Yasmina Khadra » est le titre de la thèse du premier doctorat en littérature française à Sétif. C’est une réflexion sur neuf romans de Y. Khadra, pour tenter de voir comment la poétique, inséparable du politique, peut proposer des modèles appropriés pour penser la politique et comment l’approche du politique par l’auteur peut générer des dispositifs spécifiques d’écriture ». Nous dira M.Boudjadja en marge de la soutenance.

Notons que l’auteur de la thèse a reçu pour ce travail la mention très honorable avec félicitation du jury à l’unanimité. Ce dernier a été composé par le professeur MILIANI de l’université de Mostaganem (président) et les deux examinateurs le professeurs Khadraoui Said de Batna et Martine Mathieu de Bordeaux. Le co-encadrement de cette recherche a été assuré par le Pr. Belaghoueg Zoubida et le Pr. Marc GONTARD de l’université de Rennes. Notons que cette thèse concrétise l’intérêt porté par les universitaires algériens aux œuvres de Yasmina Khadra et renforce les liens de jumelage entre les universités de Sétif et Rennes.


Partager cet article :
67 commentaire(s) publié(s)
khediset :
Toutes mes félicitations !!

Réponse de amina :

Cette information est mal fondée, il y a une année c’est Mme DHAIR qui l’a obtenue la premiere avec un autre que j’ai oublié le nom

Réponse de Artemissaire :

Oula erreur erreur, Mme Dhahir a obtenu son doctorat en didactique (et non en littérature) et ce en janvier 2009 (et non l’année dernière) donc pour le premier doctorat en LITTÉRATURE, il ne s’agit nullement d’une erreur !
anonyma :
Bonne nouvelle !! et la publication du doctorat ça s’est passé quand ??
Horra de Sétif :
Félicitation Docteur,vous etes une fiérté a l’université de sétif. Je garde de très beaux souvenirs de vous a Kirouani. Bravo !
Commentaire n°34935 :
Felicitations, je souhaite que cette thèse sra publiée et préfacée par notre grand YASMINA KHADRA
lahcene :
toutes mes félicitations ,finalement quand modesté et sagesse se croisent en la personne ,la réussite s’impose.
hitara :
Bizarre,l’article ne porte pas la même signarure dans el watan et sur le site

Réponse de ???? :

Bizarre ??moi j’ai lu le même article mais paru dans Liberté.Dans El Watan c’en est un autre.Je vous invite à le lire.MA-GNI-FIQUE !!

Réponse :

Et alors ? Il n’existe pas un seul journaliste à Sétif, et combien même ? En quoi cela vous dérange ya staïfia ?

Réponse de mhabel :

http://www.elwatan.com/Une-auscultation-romanesque-qui voilà le site de l’article d’el watan , il dit la même chose mais de manière plus précise ...et pour ceux qui revendiquent les soutenances de Dhahir et Regued ; l’article les évoque à la fin ( sans citer leurs noms bien sûr)

Réponse :

biensur vous parlez de votre article ma chère...

Réponse de mhabel :

bien sûr s’écrit -bien sûr- et non biensur kho ! Faut peut-être demander à ces docteurs des cours au lieu de perdre son temps sur le net !
ex : etudiant de Boujaja :
Monsieur Boujaja est l’un des enseignants les plus sérieux de l’institut des langues etrangères a sétif. il m’ a enseigné en 2001 la littérature du 19 ême siècle. si je dis ça, c’est parce que l’institut est géré d’une manière catastrophique, l’encadrement, le moins que l’on puisse dire est d’une qualité très médiocre. n’imprte qui enseigne n’importe quoi !!!! félicitation monsieur Boujaja.

Réponse de Artemissaire :

Je confirme, approuve et partage !
malek :
On ne peut que féliciter Dr BOUDJADJA pour sa soutenance
Commentaire n°34958 :
Mabrouk Docteur et félicitations de la part d’un confrère en relations internationales en exil... malheureusement. Bravo.
Halim Benyelles :
Félicitations pour le docteur Boudjadja, mais celà ne constitue nullement un évènement. Car si on se réfère à l’article du journaliste nous serions amenés à croire que Sétif vient d’honorer le titulaire du plus haut niveau universitaire de langue française. Or que c’est faux, puisque l’université de Paris La Sorbonne a décerné le diplôme de docteur en sciences du langages en langue française à Rabdi Larbi en 2007. Le docteur qui est aussi directeur de Collection chez L’Harlattan est là à Sétif depuis deux années, mais, hélas sans poste. L’université de Sétif n’a jusque-là présenté aucun argument valable pour rejeter la candidature du docteur venu de La Sorbonne.

Réponse :

Lisez bien l’article. Il parle du premier diplômé de .... l’université de Setif. C’est tres réducteur votre commentaire “ce n’est pas un évènement”. C’est dommage que vous réagissez comme ça. Un intellectuel de plus est toujours un atout pour le pays. L’arrestation de Hadj Aissa joueur de ESS était un évènement utile ??. Le cas de monsieur Rabdi Larbi est une autre preuve de la désinvolture des responsables. Le comble de l’absurde est que ce traitement réservé a ce docteur a été fait pas des responsables universitaires qui devraient être en principe plus sensibles. Mais la machine bureaucratique finit par abrutir nos intellectuels. Le commentaire plus haut d’un autre docteur exilé est révélateur, de la place de l’intelligence en Algérie. Je serais étonné que ce nouveau docteur soit honoré de la même façon et avec les mêmes égards que ceux réservés aux joueurs de (...)

Réponse de L’auteur de l’article :

Cher confrère Benyelles je tiens à vous dire que l’évènement que vous considérez un non évènement (vous etes libres) c’est que ce doctorat en littérature de M.Boudjadja a été décerné par l’UFAS et non par lA SORBONNE.Par ailleurs le fait que votre ami n’a pas été recruté par la dite université est une autre paire de manche.Cette info mérite un article.

Réponse :

Merci monsieur Halim Benyellès de vos félicitations, ça parle de doctorat soutenu à Sétif, et non pas à la Sorbonne, parce que si on venait à parler des docteurs sorbonnards, il y en a à la pelle, et Rabdi , je m’excuse est loin d’être le premier ou une référence, des dizaines ont soutenu avant lui à la Sorbonne, en littérature, en linguistique et autres spécialités. Alors ! Laissez ce jeune savourer son succès !

Réponse :

L’université a besoin d’enseignants, et si la demande de Rabdi a été refusée, il y a anguille sous roche, ils ne sont pas dupes les chefs, ils savent ce qu’ils font......
collègue :
Fière d’être votre collègue.Une très belle leçon de COURAGE et de MODESTIE.Merci.Bon courage pour la suite.
Dr Saliha :
Cette information est mal fondée, il y a une année c’est Mme DHAIR qui l’a obtenue la premiere avec un autre que j’ai oublié le nom. un peu de professionalisme monsieur le pigiste

Réponse :

l’auteur de cet article a précisé que ce premier doctorat est en littérature française et non pas en langue française.nuance !!!!

Réponse de S :

une année ??vous êtes sûre DR ?

Réponse :

Madame Docteur Saliha, vous êtes docteur en français ? Ou autre ? Peu importe, seulement corrigez votre langue, on dit -dont j’ai oublié le nom - et non pas que -j’ai oublié-.

Réponse :

drole de docteur Saliha
yessssssssss :
bravo à Boudjadja !!!!!et mille merci à ses encadreurs et plus spécialement à madame Belaghoueg Zoubida !!!!!!!!félicitation !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
contre cet article :
Non, Monsieur, le premier doctorat en langue française de l’université de Sétif, c’était le 21 janvier 2009, en effet , il y a eu deux soutenances , la première, était celle de Mme Reggad Malki Fouzia qui a soutenu le premier doctorat d’état en langue française sur l’expression spatiale et linguistique du département des langues étrangères. Le même jour Mme Daher moudir chahrazed, a soutenu le premier doctorat ès sciences en langue française sur la didactologie des langues et des cultures. Je suis étonné qu’au mois de juin 2009 , on vient dire que L’université de Sétif a eu un premier doctorat, de M. Boudjaja, je m’insurje contre ces informations qui ne sont pas toujours vérifiées. Quel folliculaire ( pigiste) a pu rédiger ce papier sans fondement.

Réponse :

Woow tout cette levée de bouclier contre une information tronquée. Ça y des précisions ont été apportées. Que cesse ces mises au point et arrêtez de gâcher le bonheur de ce nouveau docteur. Le 1er, 2e ou 14e, importe. Un de plus (+) pour le pays et l’intelligence algérienne. Il faut se réjouir et le féliciter au lieu de persister a couper les cheveux en quatre.

Réponse de minouche :

Vous devriez plutot vous insurger contre la médiocrité qui regne dans le département.Docteurs ou pas qu’est ce quon apprend ?,nous les étudiants de 4ème année par exemple on apprend plus avec les associés alloun,gamaz,belhires et personne ne dit le contraire

Réponse de L’auteur de l’article :

Si vous etes contre cet article c votre affaire mais je tiens à préciser que le doctorat de M.Boudjadja est en littérature française et non pas en langue française lisez bien l’article.

Réponse de S :

Premier doctorat en LITTERATURE.Relisez l’article.

Réponse :

A Contre cet article : appenez à lire, il est bien dit doctorat en littérature, oui c’est le premier, c’est tant mieux pour le dépt, et pourquoi en faites -vous tout un tintamarre ? Le Monsieur est heureux, il est docteur, tout le monde le félicite et partage sa joie, faites de même ! Ce sera mieux, et bonne chance à vous pour votre doctorat.....
hitara :
Et voilà que la polémique recommence,ce qui, sans étonnement, devait arriver (dans le département des langues, les enseignants en sont toujours à couteaux tirés).La thèse de monsieur Boudjadja a des qualités et bien évidemment des défauts,elle n’est pas parfaite mais elle a le mérite de reposer sur un travail de recherche sérieux,ce qui me direz-vous,est en soi normal pour un travail universitaire.Cependant, comparativement aux autres travaux,on ne peut que féliciter celui de monsieur Boudjadja pour son honnêteté intellectuelle.Alors n’entrons pas dans le jeu de la médiocrité,si on doit en tant qu’universitaire porter un regard critique sur cette thèse,il faut le faire sans béatitude ni malveillance subjective.Combien on aurait aimé que les jeunes universitaires qui se gargarisent de mots, basent leurs commentaires sur une approche réflexive.Quant aux thèses de Mesdames Dahir et Reggad,si elles n’ont suscité aucun commentaire,il faut croire qu’elles n’ont pas intéressé grand monde.Il faut avouer aussi (...)
Dés :
alors monsieur contre cet article ils ont dit le premier doctorat en littérature, relisez bien et en plus peu importe, l’essentiel est que ça vienne de l’université de Sétif. Vous vous attardez sur des considérations peu importante alors que vous devriez le féliciter et partager sa joie.!!!!!!
SANA :
Bravo, un grand bravo à M Boudjadja , vous êtes un grand exemple pour moi et pour beaucoup d’autre, c’est un prof très exigent et très sérieux, il est hors norme. Espérant qu’il ne va pas quitter l’université de Sétif car il faut malheureusement le dire elle est pas au niveau.
enseignant à l’ufas :
je suis tout à fait d’accord avec vous. lorsque une personne réussit quelque chose, on s’empresse pour lui gâcher sa joie, et ceci est revenu dans plein d’interventions (où est la publication ?, c’est pas la première soutenance, c’est pas un évenement, etc.) j’ai moi-même été étudiant de Mr. Boudjadja, et j’ai rarement vu un enseignant maîtriser aussi bien la langue française et surtout possédant l’art d’enseigner. alors un minimum de respect et présentez lui au moins des félicitations.
Commentaire n°35035 :
yasmina khadra quel désastre, un homme qui à longueur d’émission télé en France n’a jamais arrêté de dénigrer, l’Algérie et la culture algérienne au point de cacher derrière un nom composé. C’est vrai qu’il s’est trouvé dans un désert littéraire, quelle aubaine.!!

Réponse de Horra de sétif :

Combient d’ouvrages avez vous lus a Yassmina khadra ? Quel est votre dernier livre ( lu biensure) ? Pour que vous osez crétiqué quequ’un de son calibre. Pour Mr Boudjadja on a qu’a le félicité et j’espère qu’il reste a l’université de sétif. Aussi sage,aussi honnête aussi brave et aussi parfait que lui ne peut etre que bénifique soit a l’université,les étudiants et la litérature a sétif. Merci Dr vous avez honoré Sétif.
ssssssss :
youyouyouyouyouyouyou youyouyouyouyouyouyouyouyouyou
Halim :
le doctorat de Mr.Boudjaja n’est pas le premier.Le 21 janvier 2009 Mme Reggad a soutenu le premier doctorat d’état en langue française sous le thème de la déscription spatiale en français et en arabe.Le meme jour Mme Daher Cherazed avait soutenu un doctorat sciences en langue française avec une recherche doctorale en didactique des langues étrangères.
Halim :
le doctorat de Mr.Boudjaja n’est pas le premier.Le 21 janvier 2009 Mme Reggad a soutenu le premier doctorat d’état en langue française sous le thème de la déscription spatiale en français et en arabe.Le meme jour Mme Daher Cherazed avait soutenu un doctorat sciences en langue française avec une recherche doctorale en didactique des langues étrangères.

Réponse :

Mais de quoi parlez-vous Mr Halim, ce n’est pas du français, vous passez dans la même phrase du présent à l’imparfait. Oui on l’a compris, elles ont soutenu avant lui, mais dites aussi qu’il n’y a aucune commune comparaison, et que la première qui a soutenu n’est même pas francophone, elle n’a pas de licence en français, elle est prof d’allemend et miraculeusement en un clin d’oeil elle se retrouve spécialiste de la diadactique, et que le jour de sa soutenance le jury n’a même pas compris si c’était de la didactique ou de la linguistique, quand à la deuxième, sa médiocrité n’est pas à comparer avec l’excellence et l’honnêteté de Mr Boudjadja, nous nous connaissons entre collègues, alors basta !
Commentaire n°35090 :
Il est certain puisq’on aborde les parcours des trois intéressés qu’il n’est surement pas le meme !

Réponse :

Biensûr, ce serait difficile de comparer un nain à une montagne, Mr Boudjadja a fait un parcours normal, il n’a pas utilisé et profité de la -célébrité- de quelque parent pour soutenir, hchicha talba m’îcha, zawali wa fhal !!!!!!
Commentaire n°35097 :
en lisant ces messages et ces commentaires entre les lignes je ne peux que dire que la plupart des messages sont écrits par la dame qui a eu le premier ou le deuxième doctorat en langue française à Sétif arreter car ça ne peut que vous dévoiler docteurs avec un petit d

Réponse :

Vous avez raison, elles sont déchainées sur Mr Boudjadja, sa thèse a beaucoup de mérite ,c’est pas le blablabla de la didactique merdik, j’ai commencé un magistère en didactique et je l’ai abandonné, y’a rien à dire, y’a pas de recherche intéressante, c’est ridicule de passer des annnées à écrire sur comment enseigner telle ou telle chose, temps perdu, et la didactique est réservée à ceux qui n’ont rien à dire, ceux dont la boite est vide...., à bon entendeur salut.

Réponse :

Vous avez raison, khali el bir beghtah, c’est la honte ! Elles mélangent entre démocratie, la science et la jalousie. Soyons scientifiques et discutons vraiment science et savoir au lieu de s’arrêter sur qui est le premier et qui est le dernier, on dirait que nous sommes au forum d’un quelque marathon, c’est ça le niveau universitaire ! Non hacha ! Les vrais universitaires de Sétif, Allah Ybarak, sont loin de de ce débat, ils écrivent, ils publient, ils forment....
hitara :
Chers internautes.Vous avez là,la parfaite illustration de ce qu’est devenue notre université et plus particulièrement le département des langues étrangères.C’est honteux.On en vient à disputer une place qui n’a aucune incidence sur l’évolution de la recherche.Remerciez Dieu chers enseignants de travailler aujourd’hui parce que la conjoncture actuelle permet à n’importe qui d’enseigner,d’obtenir des diplômes qui ne le sont que de nom.Fut un temps où certains d’entre vous n’auraient pas pu prétendre à un poste même au primaire.Alors calmez vous et faites honneur à l’université en plaçant le débat plus haut
Commentaire n°35130 :
Je n’ai aucune relation avec les intéressés.Mais que je sache c’est un espace libre d’expression et si cela vous dérange j’en ai que faire. Le journaliste qui a ecrit cet article devrait vérifier ses sources.Car meme en littérature française ce n’est pas le premier il y a des gens trés compétents mais qui sont trop modestes pour se jeter des fleurs et qui ont obtenu leurs doctorats en France tout en étant toujours liés à l’université de Sétif. Par ailleurs,la moindre des choses serait que le nouveau Docteur porte lui meme un réctificatif à cet article par égard à ses confrères.Enfin ,il faut savoir rester modeste et viser toujours plus haut pour faire avancer les choses et les mentalités.

Réponse de Artemissaire :

Premier doctorat en littérature SOUTENU A SETIF, il ne s’agit pas de premier doctorat soutenu à Sétif ou de premier doctorat d’un sétifien, lisez la phrase dans son intégralité, cessez de vous l’approprier ; pour ceux qui étaient présents lors de la soutenance en question, -Premier doctorat en littérature SOUTENU A SETIF- fut l’une des premières phrases énoncées par les membres du jury suite à cela, l’info fut vérifiée et confirmée puis publiée sur el watan et liberté !
yasmine :
salut, mes félicitations m. boudjadja vous méritez vrément ce doc j’ai été votre étudiante l’année passée, vs travaillez jusqu’à la dernière minute du cour,honnete, vos conceils restent en moi, me guident.
lyndouchka :
s.de sétif,que Mer DE Boudjadja ait soutenu ,tant mieux pour lui,il y a dans le monde des millers de personnes qui soutiennent chaque jour que dieu fait avec beaucoup de modestie et de pudeur,sans tout ce tintamare,alors un peu de modestie et un peu de pudeur,au lieu de s’occuper des véritables problèmes que vit le département et d ’essayer d’évoluer et de faire évoluer les choses,on est encore à comparer les uns aux autres,qui a le le meilleur doctorat que l’autre,c ’est absurde,c’est pour tout ça qu’on n’évoluera pas dans ce pays....
sousou :
je suis étonnée qu’il n’y ait pas eu autant de tapage et de publicité pour Mer Nouri qui a soutenu au mois de janvier un doctorat en France,un travail remarquable sur un grand auteur français Proust,c’est très bien , cela prouve sa modestie et sa pudeur,deux qualités appréciables.Il ne reste plus que le pape qui ne soit pas au courant,quant à la grande découverte de Mer De Boudjadja,qui ,gràce à son génie créateur,va sauver des milliers de gens comme l’ ont fait Pasteur,Soeur Thérésa,l’Abbé Pierre pour n’en citer que ceux-là !!!pauvre algérie.

Réponse de déçu :

Ce n’est ni un tapage ni une publicité SOUSOU.C’est honteux.Pourquoi tant de haine.Pauvre algérie ??ohhh, très facile à dire.Faites un effort ,Changez de mentalité . Au fait, le mot Monsieur s’abrège -M.-.Remplacez l’accent grave de -Gràce-(ohhhhh)par un accent circonflexe.

Réponse de Artémissaire :

Non, cela prouve qu’aucun journaliste n’a eu l’occasion d’assister à sa soutenance afin de nous en faire part...Vous y étiez-vous pour dire que -c’était bien- ?Il est normal qu’on parle d’une soutenance ayant eu lieu à Sétif (si l’on est un journaliste sétifien)et non de celles ayant eu lieu à l’autre bout de la terre, on ne parle pas de Mr Boudjadja parce qu’il l’a demandé...le monsieur est assis tranquillement chez lui et d’autres remettent en cause sa modestie tout simplement parce qu’un journaliste l’a évoqué dans un article yekhi yekhi !
Malika :
Franchement c’est un non évènement, car des docteurs algériens sont tellement nombreux, et qui soutiennent en France ou ailleurs dans l’anonymat. Mais ce professeur qui a certainement du mérite, ^depuis quand enseigne-t-il ? En général il ne devrait enseigner qu’en étant déjà docteur. Mais en Algérie il suffit d’un Magister pour se croire le Roi du monde.

Réponse :

Pure jalousie. -aaned wmatahsadch !!-
massy :
Bravo à ce monsieur, il a fini et croyez-moi c’est un miracle qu’en Algérie et avec tous les tracas, on puisse terminer notre recherche. Moi en tout cas je le félicite car de mon côté je n’arrive pas à boucler ma recherche bien que j’y consacre tout mon temps.

Réponse :

M.Massy, je vous souhaite sincèrement BON COURAGE .
massy :
je vous remercie pour vos encouragements, j’en ai bien besoin surtout en ces temps. Si le docteur peut bien nous donner quelques ficelles pour boucler la thèse, ça serait gentil de sa part. MERCI ET BRAVO

Réponse :

Bravo ???Merci M.Massy, mais je ne suis pas l’auteur de la thèse.pour moi,le chemin est encore long. Vous y arriverez j’en suis sûre.Courage
Commentaire n°35717 :
Chers internautes et lecteurs est ce que vous savez où en est arrivée la jalousie /.MADAME .DHAIER et son amie l’autre docteur ont CHARGé UN CORRESPONDANT D’eNNAHAR POUR ECRIRE un artricle sur les deux doctorats qui sont les premier -ou est le problème-et pourtant soutenus au mois de janvier çA C UN 2V7NEMENT ET C4EST UNE INFO N4EST CE PAS m.L’auteur de l’article ?

Réponse de sétiffff :

Oh oui, c’est la meilleure hadhi, oui j’ai lu et on a bien rigolé !
réponse au commentaire du 26 juin 2009 :
El lisant l‘article, le premier élément qui nous accroche c’est bien évidemment le titre. Et ce qui gène sur ce dernier c’est le terme « PERMIER DOCTORAT »et non M.BOUDJAJA en lui-même qui a soutenu avec brio sa soutenance. A mon avis c’est ce qui a pu causer cette polémique. Certes il faut reconnaitre que les deux dames étaient les premières a soutenir, madame REGGAD premier docteur d’état en linguistique, DAHIR doctorat ès en didactique/sociologie et BOUDJAJA doctorat ès en littérature. Mais ce qui est certain c’est que l’université de Sétif à l’honneur d’accueillir dans son enceinte trois docteurs de trois spécalités différentes. Cela ouvre beaucoup de perspectives pour le développement de cette filière. Donc ne nous pouvons que féliciter nos docteurs. Mais dépassant un peu de renter dans la vie privée de chacun ou de sous estimer l’un par rapport à l’autre. Vous n’êtes pas mieux placés que le ministère pour dire que tel mérite son diplôme ou son poste d’enseignant. Les trois enseignants travaillent ensemble (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus