Accueil > Evénements >

UFAS : Colloque international sur la crise financière mondiale

La crise, la pauvreté et les normes comptables
mercredi 21 octobre 2009, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

l’initiative de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’UFAS, en collaboration avec le laboratoire du partenariat et de l’investissement dans les petites et moyennes entreprises dans l’espace euro-maghrébin, un colloque international sur « La crise financière et économique et gouvernance mondiale » se déroule actuellement (du 20 au 21 octobre) à l’Université Ferhat Abbas de Sétif, dans la grande salle de conférences de la sublimes battisse abritant les écoles doctorales, récemment inaugurée au niveau du deuxième pole universitaire El Bez.

 Des sommités en économie et de la recherche scientifique, venus de plusieurs pays, présenteront quelque 120 communications sur divers thèmes en rapport avec « La crise financière et économique, et gouvernance mondiale ». Il s’agit de docteurs et chercheurs de Paris VIII (France), de Jordanie, de l’Arabie Saoudite, de la Libye, de Mauritanie, de la Turquie, et d’autres pays du monde arabe, ainsi que de grands spécialistes des différentes universités et centres de recherches nationaux qui plancheront sur la question et animeront les débats et tables rondes, sous formes d’ateliers.

Face à un public constitué de l’ensemble des participants ainsi que des Cadres et responsables des organismes publics, cadres dirigeants des entreprises, chercheurs et enseignants universitaires et étudiants en post graduation, le président de l’université de Sétif a procédé à une brève allocution d’ouverture dans laquelle il s’est évertué à expliquer que ce colloque international sur « la crise financière et économique et gouvernance internationale » a comme objectif l’étude et l’analyse des différents aspects théoriques et pratiques de la crise systémique actuelle et la recherche de mesures pouvant contribuer à une éventuelle sortie de crise que vit depuis quelques années la situation mondiale, régionale et nationale. Après quoi, il a été directement entamé l’ordre du jour.

Les séances du premier jour ont été consacrées aux thèmes dominants : « les retombées de la crise mondiale dans les pays en voie de développement », un sujet développé par le Dr. Kamil TUGAN (Turquie), « les subprimes, crise économique, pauvreté et refondation de la géoéconomique mondiale » abordé par le DR. Abdelkader Chachi (enseignant en Arabie saoudite). De sa part, le Pr. Abdelkader Derbal (Oran) s’est penché sur « la crise financière mondiale et les économies émergentes, avec l’Algérie comme référence spéciale ». La communication la plus attendue de cette première journée, fut sans doute celle du Dr. Salah Eddine ARIF (Université Paris VIII), qui a expliqué l’impact des normes comptables internationales (IFRS), sur la crise financière et ses conséquences sue les entreprises algériennes ». Un sujet purement technique, selon le Dr. ARIF. « Nous avons hérité d’un système comptable français et nos spécialistes n’ont fait que de l’adapter pour le rendre avantageux à une certaine période ». Il a toutefois ajouté que la question qui se pose reste : est-ce que les normes comptables sont les causes de la crise financière ? A cet effet, les réponses sont diverses et peuvent s’expliquer sur différents aspects » conclu le Dr ARIF qui, avec un verbe facile et un langage vulgarisé, a su attiré la concentration des présents. D’autre part, des tables rondes suivies de débats très riches, ont été tenues en marge des communications présentées dans ce colloque, marqué par une organisation impeccable.

Dr. Salah Eddine ARIF (Université Paris VIII)


Partager cet article :
32 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°45466 :
La crise financière mondiale !, sa n’existe pas, elle n’est resentie que par les pauvres gents. Quand on voie (des responsables), utilisent tous les moyens d’une institutions qu’elle que soin ces moyens,(restauration, esence, logement, vehicule.) son scrupule son consience aucune. Il est le premier à dire attention y a crise !!!

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

M.Bouguessa Nagib. M.A.Chargé de cours. Faculté des sciences économiques. Université Ferhat ABBAS.Sétif. nbouguessa@yahoo.fr La bonne gouvernance, une réponse à la crise financière ? Allons au fond du sujet : Pour ceux qui s’intéressent quelque peu. Cher Monsieur,je suis désolé :La crise existe et elle n’est pas finie. La faillite de Lehman Brothers continue de troubler les marchés financiers. Cette banqueroute a été le point culminant d’un processus de désagrégation d’une série de pyramides spéculatives basées sur des montages élaborés à partir de crédits hypothécaires américains : Les subprimes.Elle s’est vite propagée aux marchés financiers par l’entremise des produits dérivés en raison de la titrisation. Ce « Pearl Harbour économique » (Warren Buffet) est encore d’actualité car le rebond actuel de l’activité économique (Aout 2009) pourrait être suivi d’une brutale rechute « récession à double creux » (double dip récession) selon certains experts. Nouriel Roubini , estime que le risque (...)
Commentaire n°45487 :
je me demande ouache dakhalhoum fi la crise fianciere mondiale. Ghir akounsou goudam foum el bab d abord. Yakhi hala yakhi

Réponse de Atatürk :

C’est un sujet trop fort pour toi. Laisse les universitaires travailler tranquillement. Un peu de respect pour les intellectuels du pays, ils savent ce qu’ils font, à moins que vous êtes un docteur en économie mais ta façon de parler ne le dit pas.

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Cher(e) anonyme A vous suivre, nous algériens, les universitaires en particulier, on n’a pas le droit d’organiser des rencontres à caractère scientifique. Calomniés, accusés ,jugés,oui. Cela a un qualificatif :Le Syndrome du colonisé.
Commentaire n°45488 :
tu as raison. combien a couté cette manifestation ?

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Débattons Ab imo pectore. Certes l’Université comme le reste des établissements vit une crise de croissance…certains établissements croulent sous le poids d’effectifs non maîtrisés, l’urgence étant souvent le lot du reste, des fois on manque de visibilité par manque de projets et de plans de développement, l’évaluation des activités est absente, l’efficacité n’étant pas une priorité, l’efficience non plus. Il est vrai que l’année ne dépasse rarement les 30 semaines, des fois la rigueur est délaissée au profit de la facilité, les normes non respectées. Un nombre d’acteurs sont tournés vers des activités plus lucratives, quelques étudiants recherchent le diplôme à tout prix en fournissant peu d’efforts. Le diagnostic est sans appel : La société est en droit de s’inquiéter. L’image de l’Université pâti. Le monde universitaire est en proie à un profond malaise. On cherche une identité, c’est le propre de tous les établissements Ces craintes ne sont encore dissipées : Qu’en sera-t-il lorsqu’on sera mis en concurrence avec (...)
Commentaire n°45500 :
Où est Ouyahia ? L’année passée il fanfaronnait d’une facon inconsciente que la crise financiere mondiale ne touchera jamais l’Algérie. Elle est à l’abri des soubresauts financiers comme si l’Algérie etait sur la planète Mars. Où est-il maintenant ?
fier d’être algerien :
bravo à nos savants économistes, c’est une trés bonnes initiatives qui va sortir avec des réflexions à la réputation mondiales de nos savants. nous sommes fiers de vous MM. ARIF, SALHI, DERBAL, BOUGUESSA et les autres enseignants

Réponse :

De quelle réflexions tu parles ? Les gens ont déjà réfléchi il y a des mois et des mois et les solutions préconisées et mises en œuvre ont commencé à donner des résultats et les économies de ces pays sont en train de se redresser. Et nous on se réveille toujours en retard. Les résultats de ce colloque, s’il y a résultats, ils peuvent les garder pour eux. Le train est passé.

Réponse de Nagib Bouguessa .Enseignant :

Cher -Fier d’être algérien-. Merci pour tes compliments, j’ai participé avec une communication sur -la bonne gouvernance, comme alternative à la crise- et j’ai suivi pas mal de communications en ma qualité de président d’un atelier sur la gouvernance. Effectivement, le niveau était relevé, les débats très riches et passionnés par endroits. Ce qui a été encore intéressant et qui passé inaperçu, c’est les échanges entre étudiants et enseignants étrangers après la clôture du colloque:les possibilités offertes par les universités jordaniennes, turques et parisiennes à nos étudiants. Enfin, je dois dire, loin de moi l’idée de tempérer l’enthousiasme de certains, l’optimisme des autres, il y a beaucoup de travail à faire : L’algérien lit très peu (le citoyen arabe lit pendant toute l’année à peine 10 mn.) L’édition (ouvrages) de la seule Espagne dépasse celle de tous les pays arabes réunis. Les bonus accordé aux traders des USA équivalent le PIB algérien. On peut citer à profusion des exemples de ce genre. Maintenant, il (...)

Réponse de jojo :

au pays des aveugles le borne est roi, pour ceux qui ne le connaissent pas , le fameux bouguessa a fait ses études à ’’l’université du soir’’ quand toutes les lumières sont éteintes alors son diplôme n’est valable que la nuit. Cessez de vous moquer des gens...

Réponse de korai :

il fallait parler du sujet : harcelements sexuels des enseignants envers les etudiantes de a la fac de setif. ou bien un autre sujet :combien de temps passe un enseignant de la fac de setif entre labo-orientation des etudiants-cours-TD-reflexions ect...c’est ça les problems actuels de l’UFAS n’est ce pas ? laisser la crise mondial a ceux qui l’on cree votre niveau ne permet pas...

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Cher -Jojo- Merci pour vos -Compliments-. Je vous invite à jeter un coup d’oeil à la Faculté,assister à un de mes cours et par l’occasion se renseigner sur mes diplomes et CV. Ayez au moins le courage comme je l’ai fait de signer par mon propre nom, Cher-Jojo-. Vous et les autres : Est-ce que au moins vous avez assisté au moins à une seule conférence ? l’art est difficile,la critique est aisée.... Vous n’etes pa à blamer !C’est dans l’air du temps de dire n’importe quoi ! De blesser les gens GRATUITEMENT ? De faire du mal. PS:J’étais responsable du centre de formation continue,je n’ai pas de diplome des cours du soir ;mais de l’Université de Constantine et de Paris-Nord . L’important est ailleurs ! Salutations

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Chers internautesJe suis très heureux de débattre avec vous de tous les sujets qui intéressent l’Université en ma qualité d’enseignant, avec une grande ouverture d’esprit, l’objectivité ET l’HONNETETE SCIENTIFIQUE requises en pareille circonstance, LOIN DE TOUTE DEMAGOGIE., loin de tout dogme ou préjugé de toute nature. L’Université reflète par moments la société dans laquelle elle s’insère : Il s’agit d’une communauté aussi et tous ses membres interagissent les uns sur les autres et chacun a une part de responsabilité. On ne peut imputer la cause de quelques dysfonctionnements à un seul acteur. L’histoire, la sociologie, la psychologie, la famille, les crises multiformes qui la traversent…ont une influence certaine sur chacun d’entre nous. L’enseignant, d’après vous, ne subit-il pas lui aussi une foule d’…de toutes parts. Par ailleurs, quelle est la place des activités scientifiques et de recherche dans notre subconscient, dans notre quotidien. Quel est le statut social de l’enseignant, sa place dans la (...)

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

A notre cher « jojo » Vous semblez manquer d’informations à mon propos. Je vous le concède Bien, je vous fais grâce de beaucoup de détails. Le lycée Kérouni est toujours la : promotion 1973(Abaoui,ghouila,Roubah,Djerrad,…) Université de Constantine, vous conaissez.1973/1977(Cité Nahas Nabil : Copains : Docteurs M’hettaf,Souakir,Hamdi-Chérif, juriste Ghédiri,cardiologue Meddour Salih,Chimiste,Ouaheb Hacène,…). Lycée Tlidjène : 1977/1978(élèves : Zououi, Rouabhi, Serai,…) Sous lieutenant du contingent :1978/1980 :Chlef,Bechar,Mostaganem :Camarades de compagnie,Bouaoud Salah :Vice-Recteur de la recherche(Cne),Mousser,… Chef de service commercial (SNTR) 1980 1981/2009 : Directeur du budget, secrétaire général de l’université, directeur de l’UFC, Chargé de cours gestion. Pour mes travaux,voir :Les universités d’Oran,Alger,Annaba,M’sila,Constantine ?Izmir(Turquie),Centre des études administratives du Caire,Paris-Nord,Marrakech,Tours,...Pour ce qui est de Sétif :Magister 1988, Doctorant 1994. Avez-vous entendu parler (...)

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Le dénigrement … C’est un genre de comportement réactionnaire et émotif qui agit à l’insu et contre ceux qui le pratiquent Le dénigrement c’est la façon qu’ont certains individus de réagir à tout ce qui va à l’encontre des formes de leurs croyances, c’est le symptôme même, la résultante, la preuve incontestable, du moins pour l’ego métaconscient, d’une conscience encore en mode involutif. Impuissants à voir ceci, les individus en mal de dénigrer ne réalisent pas qu’ils dévoilent encore plus au grand jour leur état réel de conscience, et qu’ils s’enlisent encore plus, tout au moins, aux yeux de ceux, avec qui ils pourraient créer certaines alliances, c’est-à-dire qu’ils ne réalisent pas à quel point, malgré tout ce qu’ils peuvent vouloir faire paraître aux yeux des autres, à quel point, ils définissent, par leur propos, ce qu’ils sont réellement, c’est à dire, qu’ils confirment malgré eux, pour les yeux qui peuvent voir et pour les oreilles qui peuvent entendre, l’état réel de leur conscience, c’est-à-dire (...)
Commentaire n°45515 :
كيما يقول لمثل :كي شاب علقولو كتاب كي خلاصت الازمة المالية العالمية فوقتو نتوما

Réponse de master 2 :

ما عرفولكش بصه كان لازم تكون وزير المالية، qui a dit que la crise été finis ? tu va commencé a la ressentir dans deux trois ans et après tu ne va rien comprendre, il faut etre un connaiseur avant de dire n’importe quoi !ça se voit que toi et l’économie vous faite deux

Réponse de fella :

je n’ai pas fait les grandes ecoles mais je sais que c’est du Khoroto,surtout de la part des enseignants de la fac de setif qui n’ont meme pas commencé a donner les cours aux etudiants alors qu’on est a la fin octobre 2009 !!!!est ce honete de faire cela ? شكون نزيد نام في بلادي

Réponse de فلا :

شكون نزيد نامن في بلادي

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Cher FELLA Certains cours ont commencé, d’autres non, c’est vrai. Seulement pour faire un bon cours, il faut être deux. Mais chère demoiselle (apparemment), Il faut aussi dénoncer les excès, les caricatures, l’outrance pour ne pas dire l’outrage, l’ignominie, la calomnie.. Je ne m’aveugle point ; d’un sot orgueil épris, Mon crédule Apollon sur son faible génie N’a point fondé l’espoir de leur ignominie [Voltaire] Face à tout ce qui a été dit, j’ai voulu surtout être conscient : les critiques font partie du combat de chacun. L’enseignement qui est un mode d’éducation qui permet de développer les connaissances d’un apprenant par le biais de communication verbale et écrite,la transmission d’un ensemble de savoirs(Wikipédia), est aussi un métier, une passion, dont l’auteur n’est ni immunisé, ni exempt de tout reproche, comme tous les autres d’ailleurs… Par contre l’éducation correspond à la formation globale d’un individu, à divers niveaux. Qui n’en a pas besoin (...)
LAMZA3AF :
CROYEZ MOI LES JOURNNEES 2E ETAIENT LE MOINS QU4ON PUISSE DIRE DU FIASCO PENSEZ VOUS VRAIMENT QUE CES JOURNN2ES VONT APPORTER UN PLUS A CE MISERABLE CITOYEN QUI COURRENT DERRI7RE LE MAZOUT ACET 2TUDIANT QUI N4A MEME PAS COMMENCER A 2TUDIER AU SEIN MEME CDE LUNIVERSITE CITOYEN ALORS QUE LA FRUSTRATION DU DOYEN ET DE CES ACOLYTES PARLE D ECOLE DOCTORALE LES COMMUNICATIONS ETAIENT TOUTES CONFUSES EN EFFET LES ENSEIGNANTS NE MAITRISE MEME PAS L OUTIL LINGUISTIQUE PS IL YA COMME MEME UN POINT POSITIF LORS DE LA DISTRIBUTION DU PACK DEJEUNER IL ETAIENT NOMBREUX ET EFFICACES LES SEMINARISTES DANS LE HAMHAM ALLAH YAHDIKOUM

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Cher LAMZA Vous étiez présent, me semble t-il et vous pouviez intervenir à loisirs, soutenir votre point de vue et par là relever le débat : Vous ne l’avez pas fait, malheureusement. Nous aurions aimé vous écouter. Pour votre gouverne, l’Université (La notre abrite plus de 50 000 étudiants, excusez du peu) n’est pas une usine de production de « mazout » ni autre produit de consommation courante mais bel et bien une institution de formation, d’enseignement, de recherche et de réflexion où foisonnent les idées, celles qui font avancer la société, pas celles qui la détruisent. Moi, en tout cas je vous invite amicalement à le faire à la prochaine occasion, débattre, publiquement : c’est à ce prix et à lui seul qu’on se comprendra, l’intention étant louable et sincère bien entendu. Je croyais que participer, cela relèverait le débat, mais en lisant certaines commentaires, je reste perplexe. Je vais tenter un éclaircissement, comprenne qui veut. Même si c’est par dépit. Je constate, toutefois, qu’au lieu de nous (...)

Réponse de madame dalila :

wellha ya si bouguassa ghir rana nouderbou fi rih behrawa ,ça fait 50 ans qu’on fait des seminaires rien n’a changé au contraire il y’a regression.vous comprenez ce que je veux dire j’espere

Réponse de salwa :

j’espere que vous etes au courant Mr Nagib Bouguessa ( tout mes respecte a vous ) que vous avez des députés dans l’actuel parlement qui sont illetrés et qui représentent Setif.alosr pour qui ce seminaire .

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Madame Dalila. Quelles sont vos propositions,vos remedes pour avancer ?POUR NE PAS TOURNER EN ROND. Faut-il arreter toutes nos activités ?

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Chère Madame Patience persévérance et courage. Vous le savez très bien, il y a des moments dans la vie ou il faut faire des choix, souvent douloureux, quelques fois heureux. Pour ce qui mon concerne, j’avais choisi l’Université pour tout ce qu’elle représente. Je crois avoir fait le bon choix, en tout cas je ne le regrette pas. Il se trouve maintenant, certains, une minorité, pour des raisons qui ne m’intéressent pas, descendent tout ce qui dans leur conscient représente celle là (l’Université). Il use ainsi de subterfuges divers, alliant procès d’intention et préjugés, mais à les lire attentivement ils ne sont guère convaincants, ne tirant pas grand bénéfice et ne proposant pas d’alternatives. L’Université fait son chemin bon gré, malgré ces redresseurs de torts d’un autre age. On saute du coq (finance internationale) à l’âne (l’infamie) au lieu de discuter de la bourse d’Alger, des finances locales, des lois de finances, du système bancaire, des réserves de change,… Restons concentrés sur la finance ! (...)

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Mlle, Mme. Vous ne l’ignorez certainement pas, pour faire partie d’une assemblée, de par le monde, il faut être élu ; et ce sont les électeurs qui choisissent en leur âme et conscience et en toute liberté (en théorie) et qui sanctionnent les défaillants . Ainsi on n’exige ni diplômes, ni d’états de services de candidats, ni de CV des postulants mais les partis peuvent le faire .Le font-ils ? Comment procèdent-ils ? C’est le propre des militants : Un autre débat. Pour ce qui est de notre assemblée, il faut reconnaître que des universitaires (anciens recteurs, professeurs, cadres,…) siègent à coté d’autres algériens de métiers et d’horizons divers. Il n’y a pas lieu, je pense de se focaliser sur certains mais sur l’apport, l’importance de la législation et des activités menées. Un simple citoyen peut très bien proposer un projet de loi, le défendre, travailler pour les électeurs qui l’ont élu sans être un grand clerc (savant).Reste qu’il y a beaucoup à dire sur les modalités de choix des candidats, les (...)

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Madame, Mademoiselle. Tous mes respects également. Toute rencontre à caractère scientifique est destinée à un large public. Cette manifestation de par l’importance du thème abordé (encore d’actualité) concerne les enseignants,étudiants,juristes,financiers,et naturellement tout métier en relation avec le sujet :Banquiers,assureurs,industriels,entrepreneurs,comptables,experts,magistarts,avocats, Politologues, élus et tous les citoyens en mal de culture et de savoirs. N’allez pas me dire que se serait de la perte de temps et d’argent si vous êtes en présence de tout ce bon monde et d’expériences et de chercheurs étrangers (Turquie, Jordanie, France, Libye, …). Fraternellement.
lamza3af :
ya si bouguessa je vois que tu as beaucoup de temps moi non moi je travaille ......franchement qu’est ce qu’il va noues ramener cette rencontre gastronomique faiters un séminaire juste pour démarrer la rentrée universitaire jespérz que ce n’est pas trop demander !!! chiche l’économie c’est trop grand pour vous

Réponse de Nagib Bouguessa,Enseignant :

Cher Monsieur Vous avez raison,tout est -grand - pour vous , pas seulement -la gastronomie- ,pour -l’économie-,je vois que vous avez besoin d’un -psy- pour qu’il n’y’ait plus confusion entre les deux,...je vous laisse à vos importantes et chères occupations et à votre conjugaison préferée -je mange,tu ne manges pas,il n’a pas mangé,si.Ils ont mangé !Tu n’as pas eu ton pack,tu l’auras à l’au delà...

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus