Accueil > Evénements >

Agression d’un écrivain

vendredi 12 février 2010, écrit par : A. Nedjar, Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

bderahmane Zekkad, un nom bien connu dans les milieux culturels. Moudjahid, Anciens officier de l’ALN, officier de L’ANP à la retraite, ingénieur urbaniste, ayant formé des générations de techniciens civils et militaires , écrivain, connu pour être un fervent animateur dans les milieux culturels, a fait l’objet d’une agression caractérisée dont l’auteur n’est en fait que son propre ‘éditeur’ patron de la maison « Millefeuilles » . Cette agression a suscité un profond émoi dans les milieux culturels, de la peur et de la tristesse auprès de toute la communauté nationale empreinte du respect des anciens.

Pour avoir réclamé ses droits, Abderahmane Zekkad , auteur du livre ‘Le terroriste’,ouvrage soutenu par le ministère de la culture , a été lui-même sauvagement agressé et terrorisé par son ‘éditeur’. Cette agression lui a valu une incapacité de 21 jours.

Nous ne pouvons nous taire devant ces voies de faits dont a été victime un sage âgé aujourd’hui de soixante treize ans .Le coupable n’est autre qu’un personnage connu , surtout dans les milieux sportifs qui ,en plus de cette agression barbare ,aurait gravement offensé la communauté des écrivains, des poètes et des éditeurs.

Nous vous livrons ci après la version des faits telle que rapportée par M Abderahmane Zekad a qui nous apportons notre soutien .Vous pouvez le faire vous aussi en lui adressant directement votre message à son adresse électronique : azakaddz@yahoo.fr pour manifester notre réprobation pour ces actes vils et surtout pour lui dire que nous avons toujours besoin de lui et de sa plume car, pour paraphraser Malek Haddad, il décidé de ‘briser ‘son stylo.
 

Nous n’admettons donc que l’auteur du ’Terroriste’ ne fasse impunément l’objet d’actes terroristes de la part d’un personnage abject, se réclamant de la même communauté des gens de la culture.

- Ci après le texte reçu de l’honorable citoyen Abderahmane Zekad : 

On connaît le chemin tortueux de l’édition où l’argent fait taire la vérité, discrédite l’esthétique et dissout l’intelligence. Si un éditeur m’a agressé, tous les éditeurs ne sont pas agressifs.

J’ai écrit-Le Terroriste" paru aux éditions Millefeuilles, livre soutenu et aidé par le ministère de la Culture.

Depuis un an, j’ai demandé, j’ai écrit, j’ai supplié, j’ai insisté pour que mon éditeur me remette les 15 exemplaires de mon livre auxquels chaque auteur a droit - Pas de réponse depuis un an. Le mépris total !

Je saisis le ministère de la Culture et l’éditeur en question une dernière fois, avec copie à l’ONDA. L’éditeur a paniqué et n’a pas apprécié ma démarche. il me convoque pour le 4 février 2010. Enfin !

Je vais le voir au siège de la maison d’édition, 26, rue Khelifa Boukhalfa qui se trouve être aussi sa librairie. Comme il était absent, une vendeuse l’appelle au téléphone et me dit : il vous attend au café-L’île Lettrée". Après qu’elle lui a téléphoné, la vendeuse me dit : il vous attend dans son café. Je ne savais même pas où c’était. Je trouve le café, rue Zabana. Café plein de monde, l’éditeur me fait entrer, me demande de m’asseoir. Je dis, non merci, n’ayant pas l’habitude d’entrer dans les cafés. Il me dit-on va discuter du contrat". Je réponds-je ne parle pas du contrat dans un café, on n’est pas à l’aise". Il s’énerve et il m’emmène dans un réduit qui n’est autre que la cuisine du café. Odeur d’eau grasse, vaisselle et pâtisserie alignées, un gamin lavait des verres. L’éditeur ferme la porte et me fait face. On se retrouve ventre contre ventre, vue l’étroitesse du lieu. Il me dit :- ici ça va". —-Non, ça ne va pas. Ce n’est pas dans une cuisine que je vais parler du contrat et de mon ouvrage".

Colère, les voix montent, les bras parlent, puis visage contre visage, sueur, cris, altercation, je ne sais plus ce qui s’était passé. Evanoui, je me retrouve à l’hôpital transporté par les pompiers. Je dois subir une intervention chirurgicale et le médecin légiste m’a établi un certificat de 21 jours avec IPP.

Voilà, c’est terminé.

Le reste est affaire du juge et j’ai confiance en la justice de mon pays.

On peut se demander pourquoi cela est arrivé ?

J’étais convoqué par l’éditeur. Je n’avais aucune crainte ni velléité : mon contrat a été signé, le contenu est clair, le ministère est accessible, l’ONDA disponible, la justice compétente.

De mon point de vue, le problème est le suivant : l’incessant mépris de l’éditeur envers l’auteur. Dans le domaine de l’édition, on relève un conflit dû à l’incompréhension des rôles, à l’inégalité des pouvoirs et à un manque de clarté des intérêts de chacun.

L’auteur parle d’œuvre, de beauté du texte, de couverture, de délai.

L’éditeur parle de quantité de livres, d’argent, de pourcentage, de distribution, de quota, de TVA.

L’auteur et l’éditeur ne sont pas toujours sur le même plan ; le premier est dans l’esthétique, le second dans l’équilibre financier.

Tout le problème est dans cette relation-là. Nous manquons de professionnalisme bienséant dans l’exécution des règles normales qu’exige le domaine du Livre.

Je ne saisirai pas la presse, mon pays va déjà mal, et je ne veux pas que le secteur de la Culture soit entaché.

En plus les éditeurs sérieux (Barzakh, Apic, Dalimen, et d’autres) risquent d’être assimilés à cet éditeur qui se livre à des voies de fait sur son auteur.

Nombreux sont les anomalies et les contentieux qui ont eu lieu et que les auteurs et les éditeurs n’ont pas fait connaître. Tout est souterrain dans l’édition (livre, musique, art,...).

Je souhaite que ce regrettable incident servira à assainir notre champ Culturel. Le minimum à envisager, c’est la création d’un syndicat représentatif fort ou d’un Ordre des éditeurs qui promulguerait des normes, une charte de bonne conduite et de respect des auteurs. Quant à l’Union des Ecrivains, elle ferait œuvre utile en se manifestant ne serait-ce que pour faire appliquer la pédagogie des bonnes manières.

En attendant, je n’écrirai plus, hélas ! Vous ne m’entendrez plus. Je ne serai plus avec vous.

"Quand elle n’a plus de poètes, la tribu disparaît"

Cordialement,

Abderrahmane Zakad (Alger le 8.02.2010) 


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
RAYAN :
S’en prendre à une personne agée,il n’ya que les lâches qui osent faire ça.Courage et bon rétablissement cher monsieur.
mattem :
lorsqu’on accuse ! il faut prouver ? où sont les témoins ? y-az-t-il eu plainte ? moi je pense que c’est une histoire à dormir debout.... CRAPAUD BIFETEAK SALADE et vive la bouiallabesse culturelle des vrais BEGGARA.... hi ! han !

Réponse :

Tu ne dormiras pas debout,tu te cacherais surement si tu lisais Liberté de ce jour

Réponse de KULTUR BALOU ! :

@ matem, normal pour des -sportifs- zahma !....On sent le parti pris chez vous...Vaut mieux jouer a la babal est fermer sa g...! une plainte a etais deposé, ministere de la-culture-,certificat medicale, l onda....pffftttttttt !!!! C’est connu l’balou ca rend intelligent des ...pieds !
Commentaire n°61594 :
voir ce lien et les commentaires venu d’ailleurs :http://www.socialgerie.net/spip.php?article183

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus