Accueil > Evénements >

Interopérabilité Bis, la CNI, le passeport biométrique et les risques encourus

vendredi 9 avril 2010, écrit par : A. Nedjar, Sétif info, mis en ligne par : Boutebna N.

Souvenez vous, nous traitions du sujet en date du 26 octobre 2009 sous la formule d’une interrogation en disant que les droits de l’homme en prendront bien pour leurs comptes chez nous avec l’introduction du passeport et de la carte biométrique. Ce n’est pas à priori ces nouveaux éléments qui dérangent plus que les questionnaires qui s’y rattachent. Pour se faire, il faut fournir entre autre votre identification et la filiation, le nom d’un répondant qui vous connait depuis au moins deux ans et qui doit attester de votre identité avec photo comprise .Il faut indiquer en sus les noms de vos petits copains de classe ainsi le nom d’un camarade avec lequel vous aurez effectué le service national. Il faut également ajouter votre cursus scolaire et universitaire, vos diplômes, votre numéro de téléphone, votre Email, vos adresses anciennes et nouvelles , la catégorie de votre permis de conduire et son numéro, le groupe sanguin, les signes particuliers ,votre activité professionnelle des trois dernières années ,vos fonctions ,les noms de trois collègues, votre employeur etc. etc. Et la signature de la déclaration de l’exactitude des renseignements ainsi consignés sous peine de poursuite judiciaire pouvant aller à la prison.

C’est véritablement des renseignements qui ne sont exigées nulle part ailleurs dans le monde que pour les fichiers du grand banditisme ou des activistes terroristes. A la conclusion de tout ça, vous êtes transformé en un numéro qu’on appellera le N I N (numéro d’identification national). Bien des états ont en mis cependant des gardes fous en termes d’informatique et de liberté pour éviter les abus et les mauvais usages . Avec le N I N, les système très élaborés échangeraient intelligemment entre eux. Ces systèmes peuvent être « craqués » comme diraient les hackers car ils n’existent pas encore de systèmes inviolables et vous risquerez d’être la cible de personnes ou de groupe de personnes mal intentionnées.

Pour l’instant le ministère de l’intérieur ne peut offrir aucune garantie en la matière. Il n’existe pas à ce que l’on sache des systèmes étanches et inviolables à cent pour cent.

L’interopérabilité, pour les personnes qui ne connaissent pas encore cette définition, c’est cette capacité et cette qualifications des ordinateurs d’échanger entre eux des données privées vous concernant.

Les ligues des droits de l’homme auront fort à faire pour convaincre les autorités du danger à garder les choses en l’état et ce n’est point contre la modernisation des instruments de l’identité que pour l’usage qui pourrait être fait encore une fois en cas de violation des systèmes et l’exploitation des éléments qu’ils renfermeraient.

Demain, il se trouverait peut être quelqu’un quelque part dans le monde qui fonctionnerait avec une « doublette » ou un de vos documents pour utiliser le jargon des faussaires, portant tous vos attributs qu’il aurait tout simplement piqué dans l’un de ces systèmes.

Les étrangers se frottent déjà les mains car vous risquez de ne plus être des inconnus pour eux pour toutes sortes d’exploitations de ce renseignement précieux puisqu’ils sauront même quel est votre groupe sanguin !

Voici donc encore en gros les risques que confèrent les fichiers ainsi élaboré à l’interopérabilité mais surtout des données qui danseront à travers les systèmes d’informations sans votre connaissance et sans votre permission.

Oui aux documents numérisés interchangeables, inviolables et infalsifiables. Mais à comparer notre demande a nous avec celle des français par exemple (demande simplifiée), il y a vraiment à s’interroger sur la masse des renseignements demandés qui n’ont aucun rapport avec la preuve de notre identité. C’est tout simplement une atteinte grave à nos libertés qui ne dit pas son nom.

Documents joints
(PDF - 398.9 ko)

Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus