Accueil > Evénements >

Ultime hommage rendu à Tahar Ouettar

vendredi 13 août 2010, écrit par : APS, mis en ligne par : Boutebna N.

Un ultime hommage a été rendu vendredi au palais de la Culture à Alger à l’écrivain Tahar Ouettar décédé jeudi à l’âge de 74 ans des suites d’une longue maladie. Etaient présents à cet hommage, Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, Abdelaziz Belkhadem, ministre d’Etat, représentant personnel du président de la République, ainsi que Khalida Toumi, ministre de la Culture. De nombreuses personnalités du monde de la culture, des amis et des proches du défunt étaient également présents à cette cérémonie.-La disparition de Tahar Ouettar est une perte, non seulement pour sa famille, mais pour la nation tout entière. C’est en nous inclinant devant sa dépouille que nous réalisons le grand vide que son départ a désormais laissé", a indiqué M. Belkhadem. La ministre de la Culture a, pour sa part, mis en évidence le fait que le défunt était une-véritable école" qui a inspiré les créateurs, les étudiants et les chercheurs arabes et étrangers.
Elle a rappelé que les œuvres de Tahar Ouettar ont été traduites dans de nombreuses langues étrangères, ce qui atteste du respect qu’on lui voue et de la place qu’il occupe dans la littérature mondiale.

De leur côté, des hommes de lettres et de culture ont salué l’œuvre de Tahar Ouettar qui a marqué de son empreinte la scène culturelle nationale. Pour Larbi Ould Khelifa, président du Conseil supérieur de la langue arabe, Tahar Ouettar était un intellectuel qui prenait en charge les attentes du peuple et qui a beaucoup donné à la langue arabe. Citant quelques-unes des œuvres du défunt, l’écrivain Amine Zaoui, a, quant à lui, insisté sur le fait que Tahar Ouettar était considéré comme un ambassadeur culturel de son pays et quelqu’un qui a grandement contribué à faire connaître la littérature algérienne.

Ouassini Laâredj a, lui, relevé que Tahar Ouettar n’a jamais fait preuve d’indifférence face aux questions qui se posaient avec acuité dans son pays.-Une fois l’émotion passée, nous nous devons de réfléchir à une méthode à même de faire perpétuer l’immense héritage légué par le défunt", a indiqué M. Laâredj.

Considéré comme l’une des figures littéraires incontestables de l’Algérie, Tahar Ouettar a fondé en 1989 l’association culturelle Al Jahidya. Il a reçu plusieurs prix et distinctions, dont notamment le prix Sharjah de la culture arabe décerné par le comité exécutif de l’Unesco. Parmi les ouvrages célèbres de Ouettar, il y a-Al-Zilzal" (1974),-Les noces de mulet" (1988) et-Les martyrs reviennent cette semaine", nouvelle qui a été adaptée au théâtre et qui a reçu le premier prix du festival de Carthage.


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
H :
En plus du plagiat du roman de Toucef Dris, sur le net je trouve que Yasmina Khadra a plagié le roman AL-LAZ pour son roman le privilège du phénix ; http://karimsarroub.blog.lemonde.fr/2010/04/10/ce-que-yasmina-khadra-doit-a-tahar-wattar/
Commentaire n°75534 :
Je voudrais seulement citer son roman L’As dont personne ne parle plus. C’était un roman prémonitoire, il avait prévu l’Algérie d’aujourd’hui, malheureusement. Mais depuis qu’il s’est réjouit de la mort violente de Tahar Djaout, il est beaucoup tombé dans mon estime. Seulement, il faut reconnaître que malgré tout, malgré son manque de collégialité et d’objectivité, il a laissé aussi une oeuvre importante.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus