Accueil > Evénements >

Ouverture de cette rentrée professionnelle : El Hadi Khaldi à Sétif

lundi 18 octobre 2010, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

El Hadi Khaldi, ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, accompagné du nouveau wali de Sétif, M. Abdelkader Zoukh, et l’ensemble des autorités civiles et militaires de la wilaya, ont procédé à l’inauguration de la nouvelle rentrée de ce secteur, placée sous le signe de la qualité de la formation, l’ouverture sur l’environnement extérieur et la valorisation du produit de la formation pour le marché du travail.

Pour marquer l’événement historique lié aux massacres du 17 octobre 1961, la délégation ministérielle a procédé à la baptisation de cités aux noms de moudjahidine de la région.
Après quoi, la cérémonie d’ouverture de cette rentrée professionnelle s’est déroulée au niveau de l’INSFP « Agro-alimentaire » de la cité El Hidhab où, M. El Hadi Khaldi, dans son allocution à l’occasion de cette rentrée, s’est adressé aux nombreux stagiaires qui viennent de rejoindre les établissements relevant de son secteur ou ceux poursuivant leur cursus à travers le territoire national. Le ministre a mis en exergue les efforts déployés par l’état dans le secteur de la formation et de l’enseignement professionnel. Du côté des infrastructures, on notera pour cette année l’ouverture de 52 nouveaux établissements dont 4 instituts et la mise à disposition du secteur de plus de 2.000 postes budgétaires pour le recrutement de professeurs et 680 encadreurs techniques et pédagogiques ainsi que l’équipement de 1.050. D’ailleurs c’est ce qui fait, aujourd’hui, que le budget alloué au secteur de la formation dépasse les 28 milliards de dinars.


Partager cet article :
9 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°80509 :
Le problème que pose actuellement la formation professionnelle est son adéquation par rapport à l’environnement économique et social.Le produit de la formation prof ne répond pas entièrement aux besoins exprimés par ses différents partenaires ni en qualité , ni en quantité.L’exemple le plus frappant est celui du BTPH.Ce secteur reste demandeur de bons techniciens ,conducteurs de trav,de bons maçons, de façadiers,surtout que matériel a évolué ,de bons plâtriers etc...,Si l’on veut bâtir correctement notre pays. Il faudrait donc adapter en qualité et en quantité le produit de la formation à la demande ,même, si nous devons faire appel à la coopération technique étrangère.
Lahcen :
C’est tres bien de former les jeunes et de les faire evoluer dans l’avenir. C’est vraiment un grand dommage, de mettre tout sur les petits services et oublier que sont les labos qui font vivre/evoluer les populations labos investisseurs industriels usines ouvriers , tout le monde sera satisfait et nous aurons nos produits nationaux, de nos jours, tout est importe.
Commentaire n°80514 :
depuis le 5 juillet 1962 on ne fais que nous endormire et vous tous naifs comme nous l etions nous memes autrefois vous croier a ce qu ils racontent mais vous avez le droit de croire et attendre que votre jeunnesse ce passe comme la mienne et celle de ma classe allah kabir !!!!!!
citoyenne :
Oui tout a fait d’accord avec vous !Le probleme c est que toutes les formations en Algerie ne repondent ni en qualite ni en quantite aux besoins reels du pays.AAa hadhik khlettttttt !
babana :
le problème c’est les responsable du secteur aucun planification !!
insfp el hidhab :
a mon humble opinion je vois que le problème réside au niveau du type de formation.....la plupart des pays développés ainsi que pas mal de pays en voie de développement ont procédé a la suppression de la formation type résidentiel....et ont concentré tous les efforts sur le système dual ....qui a donné ces fruits...en prenant l’exemple de l’Allemagne qui est la force économique n° 1 dans l’Europe grâce a son système de formation professionnelle le plus dynamique.....malheureusement ici chez nous les responsables de ce secteur ont toujours la vision de la quantité sans le moindre réflexe de l’aspect qualitatif....
Commentaire n°80572 :
il y avait de bons centres ou collèges d’ensignement technique dans les années 1960 qui assuraient une bonne formation dans tous les corps de métiers et artisans ........ que sont ils devenus ces CNET ? qui a décidé de leurs disparions ?
Commentaire n°80617 :
Qualité de la formation !! Mais il blague ce ministre. Il est vraiment rigolo. Il fait semblant d’ignorer que ces centres sont devenus des endroits pour faire passer le temps. Des diplomes qui ne valent rien.
yolanda :
bonjour à tous ! si la formation professionnelle recupère les recalés de l education nationale , c est une bonne chose parce que ces eleves n auront que la rue pour y verser dans les vices sociaux , seulement avant la creation de ce secteur ministeriel la solution pour ces eleves existait deja ils etaient orientes vers les centres nationaux de l enseignement technique (CNET) d ou ils sortaient avec une tres bonne qualification et dès leur sortie ils etaient inseres dans le monde du travail ; alors qu aujourd hui au final quand ils finissent leur formation ils se retrouvent au point zero pas d embauche, pas de travail ils se sentent penalises doublement par un systeme qui ne planifie pas et qui fait dans la quantite et non dans la qualite .Dans ce type de formation à l inverse de l enseignement general, le souci majeur est de former pour les secteurs demandeurs de main d oeuvre à court terme moyen terme et long terme sur la base (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus