Accueil > Evénements >

L’Aïd et ses coutumes à Sétif

jeudi 18 novembre 2010, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Malgré la saignée à blanc des prix du mouton, les sétifiens ont célébré, mardi, la fête de l’Aïd El Adha dans une ambiance de joie et de piété.
Car Sétif, comme toutes les anciennes villes du pays, a ses propres traditions pour célébrer la fête de l’Aïd el Adha, appelée aussi Aïd El Kebir. La veille, les sétifiens entament les ultimes préparations pour célébrer l’une des fêtes les plus prisées, certes, mais qui risque avec les effets conjugués du temps et des mouvements des populations de se voir vider de ses essences. L’après-midi est consacré par les femmes de la cité à la préparation de khobz eddar, un pain traditionnel à base de semoule, de l’huile végétale, de djeldjelania « sinoudj », le rituel de la Henné pour les enfants et biensur sur le front du « Kebch », tradition oblige,façon de marquer les moments de joie comme les fêtes religieuses, les réussites socio-professionnelles, l’enrichissement…
Le jour « J », dès les premières lueurs du jour, les fidèles se sont rendus aux différentes mosquées pour accomplir la prière de l’Aïd. Les imams ont appelé à faire preuve de tolérance et d’entraide et à suivre les nobles valeurs de l’Islam. Ils ont souligné l’importance spirituelle et sociale de la fête de l’Aïd El Adha, évoquant également le sens de l’immolation du mouton en application à la tradition du Prophète Ibrahim. Une fois la prière accomplie, les fidèles sont rentrés chez eux pour accomplir le sacrifice du mouton devant leurs enfants. Des jeunes et des vieux exhibant couteaux et haches se sont rassemblés dans les différents espaces d’abattage. D’autres, vu le manque flagrant des lieux d’abattage, ont préféré accomplir ce sacrifice dans le balcon de leur habitation. Inconscience des gens dans plusieurs quartiers, des mares de sang ont été abandonnées sur la chaussée et les lieux d’abattage et des canalisations d’évacuation des eaux usées ont été bouchés, sans que ces citoyens n’aient pris la peine de lessiver les lieux. D’autres, dans un esprit de propreté, ont entrepris une grande opération de nettoyage des cages d’escalier et des lieux d’abattage. Des agents des services de nettoiement de la commune de Sétif ont tenu promesse et ont entrepris le ramassage des ordures dès 11 h. L’Aïd El Adha se veut également une occasion pour s’échanger les vœux et les visites pour préserver et consolider les liens familiaux. Plusieurs familles se sont rendues aux différents cimetières pour se recueillir sur les tombes des défunts, tandis que d’autres ont saisi cette opportunité pour rendre visite aux personnes hospitalisées. Certains ont profité de cette journée pour se rendre aux centres sociaux abritant les personnes âgées dans le but de partager quelques moments de joie avec cette catégorie qui a tant besoin de chaleur familiale. Les scouts musulmans du commissariat de Sétif ne sont pas en reste puisqu’ils contribuent à préserver les valeurs d’entraide et de solidarité. Les louveteaux ont pu rendre le sourire aux familles nécessiteuses en leur distribuant des parts de viande collectés à travers les quartiers de Sétif, permettant ainsi à leurs enfants de manger des brochettes comme tous les autres enfants.

Par contre, certains bénévoles se sont présentés dans les l’hôpital et les centres de la ville pour apporter un peu de chaleur aux malades dans cette journée spéciale en offrant aux enfants hospitalisés des cadeaux.

Avec ce geste humanitaire se terminent les festivités de l’Aïd el Kebir, un rituel qui date de l’époque de “Sidna Ibrahim”.


Partager cet article :
15 commentaire(s) publié(s)
zinoviev :
Cher khalil !, Vous oubliez de mentionner que dans certaines villes, il existe des combats de béliers avec enjeux financier qui font parties aussi des traditions du pays.Une raison pour ce GRONE double airbag qui s’est vendu à 13 millions
Bougaa- USA :
Saha aidkoum
Commentaire n°82918 :
Malgré la saignée à blanc des prix du mouton, les sétifiens ont célébré, mardi, la fête de l’Aïd El Adha dans une ambiance de joie et de piété Pas tous, beaucoup n’ont pas eu cette joie ,ils n’arrivent même pas à acheter de la semoule.Donc pour acheter un bélier ils doivent patienter.
EXILEE :
Avant tout je presente tous mes voeux a l’épique de Sétif-Info et à tous les internauts saha aidkoum. C’est très bien de continuer les traditions et pratiquer la religion, mais ce qui est dommage que l’esprit et le comportement les citoyens n’est pas saint, comme cette belle fète. Bonne journée a tous.
Commentaire n°82921 :
oui exilée l’éducation est responsable en partie des problemes que rencontre notre communauté hélas une mauvaise éducation à la base ne donne pas de bon musulmans voila saha aidkoum à tous les musulmans.
Z :
Des traditions qui se perdent au fil des années comme par exemple : donner en aumône la « SADAKA » l’épaule droite du mouton, ou bien « travailler » sa peau avec du NILA et du TAKHACHKHACHET. Qui sait ce que c’est ? De nos jours, faute de temps ou par fainéantise ou de peur de se casser les ongles, nos femmes jettent tout à la poubelle : la tète, les pieds, le JELD s’en foutant du « SOF » puisqu’il y a de l’ouate .J’ai vu des gosses avec des grands sacs remplis de cette FADHLA de maison en maison faire la quête. hélas ! Place à la modernité et la femme d’aujourd’hui, fini le temps de nos veilles grandes mères !
A :
@ Z. Quel beau rappel de ta part. Hé oui, al assala ou l’authenticité se perd. La vie moderne ? Comme tu l’as dit. Je me souviens des festins de bouzellouf. Ou des ragouts à base d’abats succulents. Du melfouf grillé au feu de bois ou au fhem. Aidek mabrouk ainsi qu’au monde musulman. Mes amitiés.
seti19 :
Anonyme : tes commentaires sont contradictoires sa donne même pas envie de les lire.
une femme :
Saha aidek Z. Autrefois les femmes allumaient le feu avec des pierres ( mieux c’était l’homme qui l’allumait) maintenant, la femme appuie légèrement sur un bouton de sa cuisinière et Oh miracle le feu surgit ! Z ! nos hommes se déplaçaient à pieds ou à dos de mulet . En fais-tu autant ou bien prends-tu ta voiture ? Alors quant à laver la toison du mouton.........................
Z :
Et alors pour la peau de chagrin ?....
Homme :
@ Femme Le mouton n’a pas de toison. Ah Jason et ses argonautes qui partaient à la recherche de la toison d’or. Le roi des animaux a fière allure avec sa toison. Quant au coq, c’est le toupet. D’où l’expression : quel toupet ! Sans aucune arrière pensée et aydek mabrouk.
Commentaire n°83060 :
à homme tu es sûr que le mouton n’a pas une toison ? quant au lion il a un pelage et une crinière
Commentaire n°83063 :
à seti19 au contraire les commentaires d’anonyme sont très pertinents
Homme :
@ Anonyme Méa culpa. Maintenant, je suis sûr que le mouton a une toison. Merci à toi et à femme. Pour ma défense, ce n’est pas la toison que Jason et ses argonautes cherchaient.
raoul :
j’ai horreur de ça tout le monde le jour de l’aid apprend a egorger , un bon entrainnment pour habituer les jeunes gens a la vue du sang ( future terroristes ) . c’est une tradition a revoir , nous avons des abattoirs c’est propre controlé et les enfants n’ont pas besoinde voir un assasinat en direct meme s’il s’agit d’un mouton ..... ( le pauvre ! ) a titre indicatif , je ne mange plus de mouton de l’aid depuis plus de 25 ans .

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus