Accueil > Evénements >

25e Anniversaire de la disparition de Ferhat Abbas

La belle revanche de l’intelligence sur la bêtise
dimanche 26 décembre 2010, écrit par : Liberté, mis en ligne par : Boutebna N.

Ingratitude des hommes, Ferhat Abbas, véritable monument du mouvement national algérien, a été, pendant des décennies, frappé d’un ostracisme d’un autre âge.

L’histoire officielle a presque banni le nom, même après sa mort. Cet acharnement cruel a-t-il eu raison de la légende de ce pharmacien qui a consacré toute sa vie aux siens ? Non. Et, hier à la salle de conférence du journal El Moudjahid, l’intelligence a eu sa belle revanche sur la bêtise. Une foule nombreuse a pris d’assaut les lieux pour assister à l’hommage que l’association Machaâl Echahid en collaboration avec la famille du défunt, a décidé de rendre à cette figure emblématique de la cause nationale à l’occasion du 25e anniversaire de sa disparition.
Des moudjahiddine et d’anciens ministres ont été de la partie. “L’histoire se porte bien. Elle avance à petits pas certes, mais de façon sereine et sûre,” s’est félicité Mohamed El-Korso, historien et ancien président de l’association du 8-Mai-1945. L’historien a vivement regretté l’absence des autorités à la cérémonie de recueillement à la mémoire du défunt organisée vendredi au cimetière El-Alia à Alger. à suivre son argumentaire, Ferhat Abbas n’avait pas rompu avec Abdelhamid Benbadis, président de l’association malgré une virulente polémique qui les avaient opposés. Mohammed Belkhodja, journaliste et historien, a soutenu que Ferhat Abbas avait été le précurseur dans la mobilisation des élites françaises en faveur de la cause algérienne.
Auteur d’un livre consacré au premier président du GPRA, Leïla Benammar Benmansour, docteur en information et communication, s’est longuement attardée sur les qualités et les idées de “l’homme illustre” comme elle n’a cessé de le qualifier. “C’est la première fois depuis l’indépendance du pays qu’on se réunit de façon aussi solennelle pour rendre hommage à cet illustre homme,” a-t-elle remarqué avant de déplorer que beaucoup de grandes avenues de la capitale algérienne portent les noms de personnalités de marque (Didouche Mourad, Larbi Ben M’hidi, Abane Ramdane, Hassiba Ben Bouali,…) ou même étrangères (Patrice Lumumba, Kennedy, Che Guevara,..) Mais pas celui du premier président de l’Assemblée nationale. Parlant des idées de cet homme qui s’était engagé sur les sentiers escarpés du militantisme politique en 1921 à l’âge de 23 ans, Mme Benmansour assure que Ferhat Abbas accordait une grande importance à l’éducation des masses qui était au cœur de ses préoccupations. “Pour Ferhat Abbas, sans éducation, toute action est vouée à l’échec,” explique-t-elle. Prenant la parole, Abdelhalim Abbas, fils du défunt, a soutenu : “J’ai été fidèle à sa mémoire en publiant le livre qui délivre un message à la jeunesse algérienne mais aussi à tous les hommes de savoir et de culture pour faire de l’Algérie un pays pour tous sans exception.”


Partager cet article :
38 commentaire(s) publié(s)
OMEIR :
L’ingratitude des arabes ne date pas d’aujourd’hui,sa carrure se place bien au delà de leur veulerie ...DORS EN PAIX MON FRERE TA CONSCIENCE EST TRANQUILLE.MERCI POUR CE QUE TU AS FAIS POUR TON PAYS...Ceux qui t’on connu prient Dieu pour toi.
historia :
Il n’a pas marché dans la combine et a trouvé contre lui une prostutition à la France plus grande que la petite francophilie qu’on lui reproche.....
Sétifis :
Ferhat Abbas, grande figure du nationalisme raisonnable, celui des Lumières et de la Conscience, pas Amirouche ou Haoues qui étaient certes nationalistes mais juste avec la mitrailleuse. Ferhat Abbas était de ces grands hommes qui dépassaient leur condition d’algérien. A l’instar de Che Guevara, il était de ceux qui honoraient l’Homme dans toute sa plénitude. Déçu par Camus, il s’est tourné vers la direction du GPRA et a lutté non seulement contre les colonialistes mais aussi contre les militaires d’opérette qui voulaient que l’Algérie devienne une vaste caserne. Ferhat Abbas, figure de proue qui a porté la ville de Sétif au-devant de la scène internationale et qui a laissé en Kateb Yacine un fils et en Kamel Bencheikh un petit-fils, descendance méritante qui honore notre ville même si ces derniers sont totalement ignorés par la population comme Ferhat Abbas est toujours ignoré par les autorités de Sétif ou d’ailleurs. Ferhat Abbas, Kateb Yacine, Kamel Bencheikh, enfants tous les trois du quartier des (...)
Makhlouf Boumbardi :
Heureusement mazal aandna si Abdelkader el mali, rabi ytaoualou aamrou.
Rayan :
Ferhat Abbas,incarna l’exigence et la rigueur,tout autant que la liberté et la fraternité. Citoyen libre,il a toujours manifesté une grande attention à ces compatriotes,riches ou pauvres. Reposer en paix, président !Que l’éternitè comble votre attente.
Hamdi :
Feu Ferhat Abbas est un incompris par les siens. C’est un homme sincère et non pas un idéologue hypocrite. S’il était resté à la tête du pays, l’Algérie serait aujourd’hui au même niveau que la Corée du sud, car c’est un politicien chevronné, pragmatique et visionnaire. C’est aussi un véritables méditerranéen. Malheureusement, les Ben Bella et consorts (rejetons des moukhabarates égyptiennes) l’ont brisé et brisé l’Algérie aussi avec lui. Non seulement ils l’ont écarté du pouvoir, mais ils l’ont encore isolé et traité injustement de francophile jusqu’à sa mort. Nous voyons aujourd’hui le résultat du travail des suppôts algériens au service de Nasser.
Commentaire n°85356 :
Parlant de l’agriculture, Ferhat ABBAS avait dit : La terre, c’est comme la femme. Il faut la donner à celui qui sait l’enfanter. Malheureusement, depuis 1962, l’Algérie est dirgée par des impuissants !
Ibn Arabi :
Il parlait de l’agriculture lors de ’la révolution agraire’
Ibn Arabi :
Parlant de l’agriculture, au moment de ’la révolution agraire’, Ferhat ABBAS avait dit : La terre, c’est comme la femme. Il faut la donner à celui qui sait l’enfanter. Malheureusement, l’Algérie est, depuis 1962, gouvernée par des impuissants !
Kamel :
Juste une question : pourquoi on ne trouve toujours pas ses livres en Algérie surtout le dernier l’indépendance confisqué ? ou Autopsie d’une guerre ?
abdelkader wahrani :
farhat abbas notre pére et pére de notre indépendance. farhat abbas c´est un nationaliste de la premier ordre. (léve toi pour reconquérir par un rassemblement populaire tes franchises et tes libertés) ??? ya farhat abbas rahimek allah wa allah yarham echouhada el-mokhlissine. merci
Commentaire n°85367 :
@ Makhlouf Boumbardi ...quelle insolence d’évoquer ton Abdelkader el mali devant un GÉANT. C’est ton Mali et les autres assoiffés du pouvoir qui ont mis en résidence surveillée et envoyé en exil, un des précurseurs du nationalisme algérien. Ton Abdelkader et sa bande ont effacé des livres d’histoire toute référence à des héros comme Messali, Ferhat Abbas, Boudiaf, etc.
Bourboune :
Pourquoi oubliez vous qu’il a interrogé les morts, les cimetières et que tous lui ont répondu que la nation algérienne n’existe pas et n’existera pas ! Et il était pour l’assimilation non ? Il faut raconter l’histoire vraie, arrêtons de falsifier. Oui il a fait quelque chose pour l’Algérie mais après quoi ? Après avoir renié le peuple et l’identité algérienne, l’histoire est là, elle ne s’oublie pas, sa citation sur les morts et les vivants sur la nation algérienne est partout dans les livres d’histoires, elle le poursuivra toujours, ettarikh ma yssamahch.
Commentaire n°85376 :
C’est qui abdelkader el mali s’il vous plait ? Expliquez nous, merci.
Elguellile :
Le pharmacien qui détestait les ordonnances......... wallahi les algériens ont perdu un grand monsieur, les militaires du clan de oujda ont ont privé les algérien d’un vrai président.............................
berri fi stif :
reponse a setifis .primo abbes et kateb ne sont pas setifiens mais algeriens et fiers de letre .arretez votre regionalisme qui ne peut vous faire que du mal.tous nos grands patriotes ont etes marginalises et meprises par le clan doujda et ce depuis 62 et a titre dexemple aucune place ne porte le nom de abdelhamid benzine emprisonne en45 ou kateb yacine que le lycee qui devait prendre son nom ne lest pas encore.
irbas ifiats :
sallam allakom je vais vous racontez une histoire de ce grnd mr il me la racontait quellqu un qui a travailler avec mistre abas pendant la revolution dans la pharmacieallayarhamhouh fi zouje. (un jour il m a invite de prendre un cafe avec lui au cafe de france de setif , dans la terasse du cafe il n y avait que des pieds noirs ,il les a salue( bonjour mrs dammes )il tendait sa main un par un ,bonjour madame bonjour monsieur ,on tendant sa main a un pied noire, le pied noir qui etait allonger sur la chaise lui donne son pied , mr farhet abas se sourit sans aucun complexe une femme demanda a mr Abas pourquoi se geste te fait rire .madame se monsieur qui me tend son pied il me rapelle mon chien quand je lui tends ma main il me donne sa patte wlehdith (...)
Hamdi :
À Bourboune Primo, où avez-vous lu « qu’il a interrogé les morts, les cimetières et que tous lui ont répondu que la nation algérienne n’existe pas et n’existera pas ! » Apportez vos preuves. Secundo, est-ce que la nation algérienne existe aujourd’hui ? Elle n’existe pas non plus puisque le clan d’Oujda nous a assimilés, malgré nous, à une fictive nation arabo-musulmane qui n’existe que dans leur caboche vide. Ferhat Abbas a lutté pour le droit des Algériens à la dignité ; l’assimilation pour lui voulait dire l’établissement de l’égalité entre les Européens d’Algérie et les Autochtones. C’était le début du combat. Il avait attaqué la France sur son propre terrain en luttant dans la légalité pour arracher ces droits promis mais jamais donnés. Au cours de son combat, il avait compris que les Français n’étaient que des menteurs alors il avait dissous son parti et rejoint le FLN en 54. La suite, vous la connaissez. Selon votre logique, on peut aussi traiter Messali El Hadj et Ben Badis de traîtres, puisque le premier (...)
Pujolien :
C’est pour quand la fondation Farhet Abbes ? Sans oublie ses hommes de confiance les Hakimi ,les Laoumri,Amar Guemache saout laarab l’homme fidèle al’homme et a l’idée. Repose en paix tu as fais ton devoir et plus reste a nous de faire le notre.
Commentaire n°85422 :
A tous les thuriféraires de Ferhat Abbas. A ceux qui ont la mémoire courte. A ceux qui ont oublié. Ferhat Abbas a déclaré : QU’IL A CHERCHE LA NATION ALGERIENNE SANS LA TROUVER ... Vous pouvez écrire ce que vous voulez mais la réalité est bien triste. Il n’a pas trouvé la nation Algérienne. Pourtant, elle est là debout sans lui.
Commentaire n°85423 :
Aux falsificateurs apprentis de ce forum : vous oubliez de dire que Ferhat ABBAS a cherché la nation Algérienne et qu’il ne l’a pas trouvé. IL ETAIT POUR L’ASSIMILATION : L’HORREUR ABSOLUE. Heureusement, il y a eu Cheikh BEN BADIS, Cheikh el OURTILANI et tous nos glorieux oulamas qui ont lutté contre la disparition du peuple Algérien.
Commentaire n°85469 :
Tes oulémas étaient a la traîne. Ils ont pris le train de Novembre 54 quand il a déjà démarré grâce à des héros.
Bourbooune :
A Hamdi : Consultez Robert Ageron pour F. Abbas, vous y trouverez la citation, et quant à Ben Badis, il est vrai aussi qu’il n’a jamais prononcé le mot indépendance et que même dans un des ouvrages de Kaddache, il y a en annexes des photocopies des lettres du Cheikh adressées au consul de France où il dit notre mère la France, personne ne l’a inventé c’est écrit de la main du Cheikh, et même que Mohamed Harbi en avait parlé. Pour le clan d’Oujda et toutes les luttes qu’il y eut, vrai aussi, mais ils n’ont pas oublié qu’il y avait une indépendance à atteindre et elle est bien là, quant à la nation arabo-musulmane, Mr Hamdi c’est un autre débat.
Commentaire n°85506 :
Nos oulémas étaient là. Grâce à eux, les héros sont morts pour l’Algérie au nom de l’islam. Sans eux, tu serais un cerf chez Marcel ou chez Tony ou Gonzalès. Aujourd’hui encore, ils tiennent le flambeau pour empêcher que l’Algérie tombe entre des mains comme les tiennes. Des mains qui creuseraient sa tombe.
Commentaire n°85509 :
A l’anonyme qui écrit : Tes oulémas étaient a la traîne... Cette seule affirmation de ta part montre l’étendue de ton ignorance sur notre passé. C’est plutôt rassurant. En effet, il n’y a pas plus facile à défaire qu’un ignorant. Il est même un allié précieux pour sa propre déroute. Les gens ne meurent pas pour Marx ou pour Tartempion. Ils versent leur sang pour un idéal qu’il t’est impossible de comprendre. C’est pourquoi, tu affabules avec facilité déconcertante.
Commentaire n°85511 :
@ Hamdi. La nation Algérienne n’existe pas. Ah bon. Et toi, existes-tu ? Je voudrais bien que tu me donnes la preuve de ton existence. LA NATION ARABO-MUSULMANE EST LA DEPUIS L’AN 610. ELLE EST EN TRAIN DE SE RÉVEILLER DE SON SOMMEIL. LA FIXATION DE L’OCCIDENT SUR UN GROUPE COMME LE HAMAS DOIT SUFFIR A TE CONVAINCRE. LORS DE LA GUERRE DE GHAZA, L’OTAN A PARTICIPE A LA GUERRE SANS OUBLIER LES LAÏCS QUI SONT AU POUVOIR DANS NOS PAYS. IL N’EST PAS LOIN LE TEMPS OU LES MAUVAISES LANGUES SE FERONT TOUTES PETITES QUAND IL S’AGIRA DE PARLER DE NOTRE OUMMA.
berri fi stif :
il nya jamais eu de oumma par contre la ghouma elle est helas bien reelle du pakistan au maroc en passant par liran et le soudan.notre revolution est faite par des revolutionnaires issus tous du seul grand parti qua connu notre nation cest le ppa de messali el hadj.
Commentaire n°85534 :
@ Anonyme : Nos oulémas étaient là... Voila à défaut d’argument vous tombez dans l’insulte. Le pire ignorant est celui qui ne veut pas reconnaître une réalité historique et qui manipule l’insulte pour combler ses faiblesses et ses âneries. Votre texte (je vous vouvoie même si vous êtes impoli et agressif) est un chef d’oeuvre de la langue de bois dans toute sa splendeur. C’est une vérité historique. Les oulémas ont rejoint la révolution plus tard, une fois déclenchée. Les initiateurs du 1er Novembre sont connus. Aucun alem. Vos fanfaronnades ne changent rien à la réalité historique
Commentaire n°85541 :
@ l’anonyme du 28 décembre 2010, 11:48 pour ta culture Intervenant lors d’une conférence consacrée à la personnalité de Ferhat Abbès, organisée au Forum d’El Moudjahid, le Pr Korso a mis l’accent sur les relations entre l’Union démocratique du Manifeste algérien (UDMA) que présidait Ferhat Abbas, et l’Association des Oulémas algériens, à partir de 1936, affirmant que “malgré leurs différences politiques et idéologiques et en dépit de la polémique qui avait éclaté entre les deux hommes, Ferhat Abbas et cheikh Ben Badis étaient très proches”.
Commentaire n°85548 :
Berri fi stif Cesses de boire et ta ghouma disparaitra. Tu crois trouver le bonheur en te détruisant. Ouallah, tu ne trouveras jamais la quiétude, le bonheur et la sérénité dans la désobéissance à celui qui t’a créé. Repens toi à Allah et tu trouveras ce qu’il t’est impossible de trouver en dehors de lui. Allah yahdik.
Commentaire n°85549 :
Messali el Haj (Allah yarhamhou) a refusé de prendre la tête du FLN lorsqu’on le lui a proposé au début de la glorieuse de guerre de libération. La libération du pays s’est faite sans lui. C’est dommage.
Commentaire n°85567 :
Je n’ai jamais insulté qui que ce soit. Je m’interdis une telle pratique car elle est l’œuvre des sans arguments et des sans éducation. Mon père appartenait à l’association des OULEMAS. Il a, dans les années 40, enseigné le Jihad dans la région d’Aflou (loin de toute famille). En 1954, tous ses élèves sont montés au maquis animés uniquement par La ilaha illa Allah. En 1962, à sa sortie du camp d’internement (comme ultra dangereux car religieux doué de savoir), il a été porté par les jounouds comme un héros. Les musulmans agissent dans le sentier d’Allah. Ils n’ont pas l’habitude de crier sur les toits leurs actes. Comme les laïcs par exemple. A sa mort, en 1992, des Algériens de tout le pays ont assisté à ses funérailles. Nous étions impressionné par un tel rayonnement.
Commentaire n°85570 :
@ Anonyme qui rudoie l’histoire. J’insiste, je n’ai jamais insulté ni été agressif envers qui que soit. Y-a-t-il un problème de lecture ? De compréhension ? J’insiste lourdement : les OULAMAS sont l’âme de la lutte. Il aurait fallu peut-être qu’ils disent à l’occupant : nous sommes derrière la résistance etc.. Nos glorieux moudjahidines auraient dû informer les paras et l’armée française qu’ils luttaient contre elle. Le conflit était asymétrique. La guerre n’est elle même que ruses, stratégies et stratagèmes. Dans notre région (je suppose que c’est le cas partout en Algérie), les paysans étaient des guerriers la nuit. La journée, ils travaillaient la terre car l’armée française venait vérifier qu’ils ne dormaient pas (signe de fatigue...). DE NOS JOURS ENCORE, LES LAÏCS AU POUVOIR PERDENT LEUR TEMPS ET LE NOTRE EN DES NÉGOCIATIONS STÉRILES ET HUMILIANTES. LES OULÉMAS ET LES COMBATTANTS EUX SONT AUX PREMIERS RANGS POUR LUTTER CONTRE LES AGRESSEURS : Hamas en Palestine, en Afghanistan... Ils sont les seuls à (...)
Rayan :
A anonyme:Que vient faire le hamas et l’afghanistan dans ce débat,l’auteur de l’article à voulu rendre hommage au président Ferhat Abbas ni plus ni moins.Respectons le géant de notre histoire !!!!
Commentaire n°85625 :
A Rayan. Je rends hommage à M. Ferhat ABBAS. Il n’y a aucun doute la dessus. Je respecte sa mémoire. Ainsi que celle de tous les hommes et femmes qui ont contribué à la libération de l’Algérie par quelque moyen que ce soit. Relis bien mon message en ce qui concerne ta remarque. Et tentes de comprendre les choses au premier ordre car il n’y a aucun sous entendu..
Kamel :
Bonjour à tous, Depuis la publication de cet article je lisais les commentaires des uns et des autres et je constate que le débat est très animé. Je voudrais apporter mon point de vue. Pour moi Ferhat Abbès est incontestablement l’un des plus grand homme que l’Algérie a enfanté. Il a consacré toute sa vie à L’Algérie. La vie de Ferhat Abbès c’est 50 années de l’histoire de l’Algérie. Il serait injuste de réduire son combat à une phrase prononcée en 1936 ou 1939. Cette phrase, il faut d’abord la remettre dans son contexte et à son époque. Il parlait de l’inexistance de la nation Algérienne ce qui est vrai à l’époque. Il y avait certe un peuple musulman arabo-berbère sous l’empire automan mais l’Algérie en tant que nation avec ses frontières n’existait pas telle qu’on l’a connait aujourd’hui. Mais quand on lit ses ouvrages on comprend beaucoup mieux son combat, ses souffrances et les difficultés de l’époque. Avant 1954 il y avait en Algérie beaucoup de parti politiques qui luttaient chacun selon ses convictions : les (...)
Commentaire n°85663 :
Quelle ingratitude !!! On est un des rares pays au monde qui crache sur ses héros. Le Marechal Pétain qui est tout simplement un harki et un criminel de guerre illustrant à lui seul la traitrise française en s’aplatissant devant Hitler et les SS joint d’un estime considérable en France. Alors que l’un des nos premiers intellectuels algériens, militant acharné, patriote convaincu et nationaliste de la première heure est dénigré par les charognards et les médiocres qui nous gouvernent, tentant d’effacer le rôle de tous nos héros, Massali, Abbas Ferhat, Boudiaf, etc... pour se faire une légitimité. Alors que l’Histoire connait les siens.
Houria :
A,tous nos amis qui ont bien animés ce forum et pour le monsieur qui a cité le nom du mon père si Amar GUEMACHE Je leur dédie les beaux paroles du notre premier président de l’Algérie Ferhat ABBAS Rabi yarhmou : A la jeunesse Algérienne Et A la jeunesse du Maghreb Pour que l’Algérie, dans un Maghreb renaissant, se développe comme une partie radieuse ou tous les algériens, sans distinctions d’opinion, seront heureux de vivre Pour que la famille demeure la cellule sociale, source d’énergie, d’esprit d’entreprise et de solidarité nationale Pour que l’Islam, foi de nos pères et de nos chouhada, reste la pierre angulaire sur laquelle s’édifiera le renouveau et la grandeur de notre pays Pour que vous soyez fiers de notre race et de notre civilisation, sans tomber dans le racisme et sans ne mépriser aucune autre civilisation Pour que le Maghreb devienne une grande communauté unie par le sang et par la foi de nos ancêtres et s’impose, comme telle, au monde extérieur. Pour que la culture et la science (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus