Accueil > Evénements >

Les universités sous tension

jeudi 10 mars 2011, écrit par : K. Khaled (synthèse), mis en ligne par : Boutebna N.

La contestation estudiantine n’est décidément pas prête à s’estomper. À peine un front se calme qu’un autre foyer de tension se déclare. En effet, la protestation s’est élargie aux étudiants du système LMD. Les étudiants du système classique et ceux du LMD se sont “affrontés” devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Le département de Harraoubia ne désempli point. C’est le point de chute de tous les grévistes de la communauté universitaire. C’est sous le regard amusant des agents de sécurité que les étudiants accrochaient leurs banderoles sur le portail. On pouvait y lire : “Ministère sans décisions” “pas d’études avant un engagement officiel”, “Harraoubia out”, “ministère injuste”. Ces étudiants du système classique de plusieurs universités algériennes revendiquent la valorisation de leur licence par rapport à celle du LMD et la satisfaction de toutes les revendications pédagogiques autres que l’abrogation du décret présidentiel de la discorde 10-315. Ceci au moment même où les étudiants du LMD qui se sont également rassemblés hier devant la tutelle, contestent l’abrogation du même décret et revendiquent l’alignement du magistère avec le master. Des revendications complètement contradictoires que chaque partie justifie à sa guise. C’est dire que même après son abrogation officielle, le décret 10- 315 continue de susciter des remous et diviser les étudiants qui se sont échangés, hier devant la tutelle, des commentaires et propos provocateurs. Chacun défend son statut en accusant l’autre alors que ni l’un ni l’autre n’est responsable des décisions prises à la hâte pour combler des lacunes.

Pour les étudiants du LMD, l’annulation du décret 10-315 n’avait pas lieu d’être et “c’est une dévalorisation pour nous. Il ne faut pas classer les diplômes en fonction des années d’études seulement. Il est vrai que ceux du classique font une année de plus mais la masse et les conditions d’enseignements du LMD sont plus contraignantes”, estime la déléguée des sciences politiques. Et d’ajouter : “Eux, ils ont la chance de se rattraper par des synthèses alors que nous, on peut refaire l’année avec un 10 de moyenne quand on n’a pas réussi les principaux modules.”


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus