Accueil > Evénements >

Conférence sur le rôle de la presse nationale durant les périodes de crises

dimanche 1er mai 2011, écrit par : NF, mis en ligne par : Boutebna N.

A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, le forum des intellectuels et des journalistes algériens organise une conférence sur le rôle de la presse nationale durant les périodes de crises, en particulier celles qui ont secoué récemment le monde arabe.

Cette conférence aura lieu le 3 mai prochain, vers 8h30 au musée de Sétif.

Le public est cordialement invité


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
Ouahiba Chaoui :
8h30 !!!!!!????????
kais :
La première mission du journalisme a pour objet la recherche de la vérité. La loyauté du journaliste s’exerce envers les citoyens par une discipline de vérification et une indépendance des faits, événements, personnes dont il parle. Il n’existe pas de journalisme sans exercice de la conscience personnelle. Le journaliste justicier et engagé a-t-il encore lieu d’être aujourd’hui ?
KARIM DE PARIS :
JE FELECITE LES MEMBRES DU FORUM POUR CETTE INITIATIVE. LA LIBERTE DE LA PRESSE EST UN GRAND ACQUIS QU’IL FAUT PRESERVER. LE PRESIDENT DU FORUM MR N BOUSSEKINE EST L’ARCHITECTE DE CE COLLOQUE, C’EST BIEN. BONNE CONTINUATION.
oulad ayad :
8H30 ??????????????? pourquoi pas 6h00 un dimanche je veux bien croire a une coquille ...mais tout de meme !!
..... :
On doit d’abord accepter l’autre et son idée, même si elle est contraire à notre opinion et risque de détruire notre conception et surtout la publier pour faire éclater la vérité et non la censurer pour cacher un secret de polichinelle.
Ouahiba Chaoui :
La liberté de la presse en Algérie !!! Ce beau rêve !!!
KARIM DE PARIS :
à OUHIBA CHAOUI Je suis tout à fait d’accord avec vous ; c’est un rêve difficile à traduire dans la réalité, car le changement est un tout ; pas d’allotissement (segmentation) et pas de soupoudrage ; La presse a besoin d’une réorganisation. il faut établir une commission de carte pour dire qui est journaliste ou qui ne l’est pas. Pour l’instant, c’est l’anarchie totale. Il faut aussi créer un office du suivi de la diffusion qui nous dise qui sont les titres porteurs donnant plus de visibilité aux annonceurs, il faut se débarrasser de l’auto-censure et militer pour les droits socio-professionnels des journalistes et pour le droit à l’expression libre non seulement en presse écrite mais aussi à la télé et à la radio qui demeurent contrôlées par le gouvernement ; Les pouvoirs publics doivent admettre que le travail des journalistes doit être libre et protégé. Les pouvoirs politiques doivent créer les conditions économiques et politiques pour que le métier de journaliste s’exerce de manière correcte. Au fait, de (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus