Accueil > Evénements >

Les jeunes journalistes du FIJA en visite aux sièges des medias à Alger

samedi 28 mai 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Dans le cadre des sorties pédagogiques programmées pour les jeunes journalistes du Forum des Intellectuels et des Journalistes Algériens (FIJA) de la wilaya de Sétif, une quarantaine d’étudiants en 4eme année journalisme, affiliés au forum, ont rendu visite, la semaine dernière, aux sièges des directions des Quotidiens El-Khabar et Echorouk à Alger avant de participer à des émissions radiophoniques animées par les chaines 1, 2 et 3 pour enfin être flattés lors d’une émission spéciale de « Sabahiyate » , organisée à leur honneur, mercredi, à la télévision algérienne. Le programme du séjour dans la capitale a compris, outre une visite à la bibliothèque nationale, une virée d’information pour le musée nationale une visite guidée au lycée sportive de la capitale fut également programmée.

Encadrés par les membres actifs du FIJA, conduit par le journaliste Hamouche Raouf, les jeunes journalistes, ont reçu, à travers l’ensemble des structures visitées, d’amples informations sur la confection du journal, la réalisation des programmes radiophoniques et les nouvelles techniques audiovisuelles utilisées à la TV.

Des questions intéressantes ont été posées par les jeunes du Fija qui parmi eux beaucoup deviendront certainement des journalistes confirmés de la presse écrite ou tout autre média. D’ailleurs, certains jeunes ont été sollicités par les premiers responsables journaux « Echorouk » et « El Khabar » pour faire partie de leurs rédactions régionales, en passe d’une éventuelle réorganisation.

Avant de quitter chaque structure et après la traditionnelle photo souvenir, les encadreurs, au nom du Fija, ont tenu à remercier l’ensemble du personnel des services visités.


Partager cet article :
4 commentaire(s) publié(s)
anis :
Qui est cette femme au chapeau ? On dirait la reine d’Angleterre !! (Juste pour rire, ne l’a prenez pas pour autre chose).Cela dit, je suis quand même étonné que ces jeunes voulant s’acquérir du métier aient visité le siège d’Echourouk .Un journal arabophone ayant traité la question kabyle d’une manière policière l’information relatif a la marche de Aarch en 2001 il titrait a la une : “LES SINGES ENVAHISSENT LA CAPITALE”, un racisme anti kabyle pur et dur. Nos jeunes journalistes ne devraient à aucun cas suivre cette exemple.
sabi19000 :
A anis Bonjour a vous.Je vois que vous êtes expére dans la critique,en tout les cas cette femme sur la photo est plus humble et a plus de coeur que vous.Arrêtez de critiquer tout et tout le monde.Soyez gentil et ayez du coeur.
nigrobabay :
tres elegant ce jeune journaliste.ce qui lui manque c est de lui accorde un peut d espace pour s epanuire dans son domaine.
aghilas-kosseila :
azul fellawen, @ anis vous etes un artiste qui descerne bien les couleurs et les choses singulieres. merci pour cette vision etonante. moi au depart j’ai pensé a nos paysannes du rif ou de l’atlas. de kabylie. de hergla du sous en tunisie ou les amazones d’ifren de lybie. ces visites sont d’un apport appreciable pour nos oisillons journalistes. c’est vrai egalement que ce journal chourouk que j’appelle ghourouk et ghouroub depuis 1990 ce livre a un fascisme rare et particulier . stigmate avec un racisme virulent tout le monde et particulierement tout ce qui traite la kabylie. ce delateur sombre des annees 1990. comment a pu renverser la vapeur ,devenir frequentable...!!! un peuple d’une memoire amnesique. ne peut pas construire un etat. peut se livrer a ces boureaux a tout moment... nous constatons que plus en plus des gens qu’on croit cultivé,democrate de tous les domaines deviennent sans scrupule frequentent l’infrequentable fasciste du sciecle. ou est passé notre descernement du (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus