Accueil > Evénements >

Le professeur Djilali Larbaoui n’est plus

mercredi 9 novembre 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Nous avons appris avec une immense tristesse le décès du professeur Djilali Larbaoui, l’illustre professeur de pneumo-phtisiologie, le 6 novembre 2011 à Paris.

Après avoir exercé dans sa ville natale, Sétif, professeur Djilali Larbaoui prit l’initiative de fonder le premier service régional de pneumo-phtisiologie au niveau de l’hôpital Sâadna Abdenour. Dans cette mire et pour assurer la pérennité de ce service et surtout de cette spécialité médicale dans la région, il prit en main la formation de plusieurs médecins de tout le pays, dont figurait le nom du Dr Abdelkader Amrane, qui effectuait son internat à Sétif sous la houlette du Pr Larbaoui en 1963 avant de prendre le flambeau et perpétuer ainsi son œuvre.

Le professeur Djilali Larbaoui fut aussi le premier président de la Société algérienne de pneumo-phtisiologie après l’indépendance, ancien chef de service au CHU de Beni Messous, il avait été président du Croissant-Rouge algérien en 1965 et président du Comité médical national de lutte contre la tuberculose et les maladies respiratoires auprès du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière de 1999 à 2007. Par ailleurs, il était le secrétaire général du Comité algérien de lutte contre la tuberculose, une association bénévole d’éducation sanitaire, depuis sa fondation en 1965. Il a contribué à former plusieurs générations de médecins généralistes et spécialistes. Que c’est également le premier algérien à avoir fait des recherches reconnues sur le traitement de pneumo-phtisiologie. Ce résumé oublie de préciser qu’il fut aussi moudjahid.


Partager cet article :
23 commentaire(s) publié(s)
mimi :
رحم الله الفقيد و ألهم ذويه الصبر و السلوان و جزاه الله خيرا عن كل مرضى العالم يقول خالق المخلوقات في كتابه الكريم : من قتل نفسا بعير نفس أو فساد في الأرض فكأنها قتل الناس جميعا و من أحياها قكأنما أحيا الناس جميعا صدف الله العطيم
ahmed :
tte mes condoleances a la famille du defunt
Commentaire n°113571 :
Allah Yarehmou. C’est une grande perte pour l’Algerie. Ina Li Allah Wa Ina Ilaihi Raji3oun.
Aissam :
Allah Yarahmou Inchallah
houda :
Le docteur Amrane ,mort aussi et Allah yarhamou, était son élève. Il lui appris la pneumophtysiologie et les cancers.On dit ,avant qu’il ne parte pour Alger il lui a proposé de le suivre pour progresser dans la carrière mais notre maitre le Dr Amrane a préféré rester ici à Sétif pour se consacrer a la population au détriment de sa progression,il était resté un simple spécialiste mais un bagage d’un grand Prof.On lui doit l’ouverture de la fac de médecine en 1981 ou 82.De véritables humanistes !!!!que Dieu le tout puissant les accueille dans son vaste paradis.
bichou :
Mes sincères condoléances à la famille du défunt qui était pour la plupart des citoyens un simple quidam dans cette société qui ne fait que cultiver la médiocrité. Un professeur de ce gabarit méritait plus d’attention et, à titre posthume, l’Ordre de Mérite National. On devrait baptiser une rue à Sétif à son nom. Aux jeunes universitaires maintenant de suivre son chemin. ALLAH YARAHMOU. Et la vie continue !!
loup blanc :
Que dire , devant cette perte d’une imminence de la sorte que mes prières les plus sincères et les plus a notre créateur notre dieu qu’il accueille notre frère et fils de l’Algérie dans son vaste paradis et qu’il lui accorde son pardon son œuvre et sa semence qu’il a germé durant toute sa vie en tant que medecin qui cherchait toujours a aider ,sauver, donner le sourire et la quietude sont des exemples de générosités et de bontés de cet homme qui reste et restera un digne messager de la capacité de nos illustres chercheurs et chercheuses 100% Algériens qui participent a fournir toujours le biens pour le peuple Algérien , je considère sauver une vie et la plus grande distinction entreprise dans la vie et pour qui dieu le tout puissant récompensera son fidele par le pardon aussi je transmets mes condoléances a sa famille et tous les familles des morts musulmans. Nous appartenons à dieu et à dieu nous revenons. Les hommes de la vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l’avoir (...)
CHU :
pas comme les chers professeurs de nos jours , n’est ce pas houda ?
Commentaire n°113607 :
Le décés du professeur Laarbaoui aprés celui du Pr Amrane, il ne reste plus rien.
houda :
CHU ! Non ! vous vous trompez,il y en a au chu qui sont aussi valable que les anciens mais en plus jeunes et dynamiques.ça ne se voit pas tellement tout le monde il est beau ,tout le monde il est gentil.C’est le système qui a changé donnant moins de pouvoir au médecin
Commentaire n°113632 :
que DIEU le tous puissant lui accorde une place dans son vaste PARADIS ..........la suite que nos chers professeurs de ce temps ne merite meme pas une place dans le couloire allez messieurs voire le cotés de la medecine interne femme vous trouverez que il y a plus de bureaux que de places pour les malades monsieur le professeurs de la medecines internes ont le voies meme pas oscultés un malade il a un bureaux qui peut prendre 15 lits messieurs or que ces professeurs ont etudiers en france et ils voie comment leurs colegue travail.......ect ont as mare de parler
CHU :
houda ! tout a fait d’accord avec toi houda , dynamique pour leurs intérêts, pr larbaoui et Amrane ne partaient pas régulièrement à l’étranger, n’avaient pas d’internet , n’avaient pas de firmes pharmaceutiques derrière, mais ils étaient compétents ...peut être faible en informatique !!!
Mahboul :
Ah Ya si Anonyme,Tu te trompes Nos professeurs sont compétents, gentils, modestes et surtout facilement touchables, se sont les autres qui sont grossiers et méchants.et lehdith Kyass.
Mahboul :
Mon ami CHU, Ne sois pas trés méchant avec nos professeurs, ils sont malgré tout gentils, modestes, compétents et surtout facilement accessibles.
Dr AZLI :
Monsieur le défunt Professeur Larabaoui fut un grand Monsieur respecté de toute la communauté médicale eu égard a sa compétence , sa simplicité ,sa sagesse et sa disponibilité ; par ailleurs il a toujours gardé setif dans son coeur en évoquant a chaque fois ses souvenirs inoubliables lors des premières années d’indépandance à Setif
Madame Burdin Irène :
J’apprends avec peine le décès de mon responsable au dispensaire antituberculeux de Sétif pendant de nombreuses années. J’adresse mes sincères condoléances à son épouse, gynécologue, si je me souviens bien, à ses deux filles et à sa famille.
Commentaire n°114064 :
rabi yarhmou et l’acceuille dans son vaste paradis
houda :
Dr AZLI ! Je pense que tu n’as pas connu le Pr Larbaoui, il était déjà a Alger quand toi tu as entamé ton cycle universitaire. ton ami A....,je te laisse deviner qui !
un curieux :
Moi aussi je ne suis pas de la génération qui a vu Le Feu Pr Laarbaoui à l’œuvre, j’étais enfant à la période où il exerçait à Sétif , mais moi, au moins, je peux nommer les personnes qui sont sur la Photo, mais pas vous Houda n’est ce pas ?
Commentaire n°114259 :
le grand professeur djilali larbaoui est ne a Boufarik, il a débuté a setif puis a alger en tant que chef de service, il été de renomée mondial,
Commentaire n°114314 :
ALLAH irahmou, un grand homme ALGERIEN est parti, il été un exemple pour sa famille, ces filles , ces neveux et ces nieces sont tous de tres haut cadres, parmis lesquel son neveu le PR larbaoui chirurgien orthopediste chef de service, les larbaoui sauvent des vies humaines, el marhoum pr larbaoui djilali avec sont freres el marhoum le directeur larbaoui mouloud ont tout donnees pour la sante en algerie il ont tout sacrifier, et la sante algerienne ne leur a rien fait, ................................................................... rien laisser seul a l’etranger, ......................... difficile , difficile de dire .
Larcenciel :
Un lampion de l’ancienne génération s’est éteint ! Avec Larbaoui il y avait les professeurs Zirout à Oran, Abbas et Khellaf à Constantine, Lazib à Blida. Toute une génération aujourd’hui disparue qui a fait le bonheur de la Pneumophtisiologie Algérienne. Que Dieu aie leurs ames.
Dr AZLI :
j’ai eu la chance d’échanger quelques souvenirs avec le Pr Larbaoui de son vivant ou il m’avouai son amitié à l’égars de mon grand père si Amar (que les anciens de la cite Branca connaissent si bien) qui était son voisin et ami ; Par ailleurs je n’ai apporté ici qu’un modeste témoignage sur une personne qui forçait le respect et l’admiration , rien de plus ; Chacun connais le boucher de son village chère Houda( cherches tu trouves)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus